En images: les principales villes de Russie adoptent l’allure de cités fantômes

Alexander Avilov/Moskva Agency; Artur Lebedev/Sputnik
Kazan, Saint-Pétersbourg et d’autres villes du pays semblent être délaissées par les habitants et touristes en cette période de confinement qui se poursuit depuis fin mars.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Face à la pandémie du coronavirus, la plupart des régions russes ont appelé la population à adopter le régime de confinement, ce qui veut dire que les habitants doivent rester chez et ne sortir que pour s’approvisionner en médicaments et produits alimentaires nécessaires. En conséquence, les rues des villes encore récemment encombrées, se sont vidées.

Grozny

À partir du 5 avril, la République russe de Tchétchénie a fermé ses frontières à toute sortie ou entrée à bord de véhicules privés. La mesure en question ne s’étend toutefois pas aux services d’urgence et au transport de biens essentiels. Les habitants des villes sont appelés à rester chez eux via haut-parleurs. Selon le bilan disponible au 9 avril, 22 cas d’infection ont été enregistrés dans cette république, dont un mortel.

Kazan

Pour pouvoir quitter son domicile au Tatarstan, une personne doit envoyer un texto en mentionnant son numéro de passeport, son adresse de résidence et la raison de sa sortie. Si le feu vert est donné, elle recevra à son tour un SMS avec l’autorisation. Il n’est possible d’y recourir que deux fois par jour. Sans permission on ne peut qu’aller au commerce le plus proche ou sortir son chien (distance maximale – 100m du lieu de résidence). À ce jour, 50 cas de contagion ont été recensés dans cette république russe.

>>> Ces Russes qui vont au travail malgré le régime de confinement

Sotchi

La ville balnéaire de Sotchi a fermé tous ses infrastructures sportives et touristiques jusqu’au 1er juin. Les hôtels ont pour interdiction d’accueillir des clients pendant la période d’auto-isolement. Dans la région de Krasnodar, 105 malades ont été détectés.

Nijni Novgorod

Dans la ville de Nijni Novgorod, les habitants doivent télécharger un code QR délivré par le site de l’administration locale et le montrer aux agents de police, si arrêtés. Ils en ont besoin même pour sortir leur poubelle, mais bénéficient de 30 minutes pour le faire. Pour aller faire les courses, trois heures sont mises à leur disposition. L’autorisation peut également être envoyée via un texto. Dans la région de Nijni, 87 cas d’infection au coronavirus ont été enregistrés.

Ekaterinbourg

Dans la capitale de l’Oural, tous les parcs et commerces - sauf ceux d’alimentation – ont fermé. La mégapole a donc vu disparaître les embouteillages, à la grande joie des amateurs de vitesse. Selon les médias locaux, rien que le premier jour du confinement 8 000 cas d’excès de vitesse ont été flashés. Dans la région de Sverdlovsk, dont Ekaterinbourg est la capitale administrative, 59 patients avec le nouveau coronavirus ont été enregistrés.

Vladivostok

Depuis le 7 mars, un système d’autorisation par texto y a été adopté. En outre, la personne doit avoir sur elle sa pièce d’identité et un papier délivré par son employeur. L’application du régime de confinement est surveillée par des drones. Dans le Primorié, 20 cas d’infection ont été confirmés et 2 décès sont à déplorer.

>>> Dix habitants de Saint-Pétersbourg racontent leur confinement dans une ville déserte

Krasnoïarsk

Si les résidents de cette ville sibérienne doivent se déplacer pour le travail, il leur faut posséder une autorisation délivrée par leur employeur. Tous les autres doivent respecter le régime de confinement. En quittant la maison pour une urgence, la personne doit rédiger une explication et la fournir en cas de besoin à la police, faute de quoi elle risque une amende à hauteur de 3 000 roubles (37 euros). 39 cas ont été enregistrés dans la région.

Saint-Pétersbourg

La ville russe la plus populaire auprès des touristes a interdit tous les événements publics. Dans les rues, il est recommandé d’observer une distance sociale de 1,5 mètre.  Les universités et écoles sont passées à l’enseignement à distance. La plupart des transports publics – à part le métro – ont été suspendus. Avec 373 cas, cette ville compte parmi les zones les plus infectées du pays, après la capitale et la région de Moscou.

Région de Moscou

Selon les dernières données, 748 cas de contamination et 13 décès ont été enregistrés dans la région de Moscou. Certains des plus grands centres commerciaux du pays y sont situés et ont fermé leurs portes au public, comme en témoigne ce parking vide à Kotelniki. Seuls les magasins alimentaires et pharmacies fonctionnent encore.

Moscou

Plus de la moitié des cas du coronavirus enregistrés en Russie ont été localiséс à Moscou – 6 689 sur 10 131. 38 décès sont à déplorer. Dans la capitale, la plupart des gens sont passés au télétravail et les commerces et restaurants à la livraison à domicile. Pendant que la majeure partie des habitants est confinée, la ville procède à la désinfection des rues et des transports en commun. Depuis le début du régime d’auto-isolement, le nombre de passagers des bus et du métro a diminué de 80%, quant au nombre d’automobiles individuelles circulant dans les rues, il a été divisé par deux. En conséquence, le nombre d’accident de la route a lui aussi chuté de 86%, par rapport à la même période de l’année dernière. Pour la violation du régime d’auto-isolement, les citadins risquent une amende allant jusqu’à 4 000 roubles (50 euros).

Dans cet autre article, découvrez les rues de Moscou vides depuis l’entrée en vigueur du confinement.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies