Ces soudains changements survenus dans le quotidien des Russes lors de la chute de l’URSS

Russia Beyond (Vladimir Rodionov/ Sputnik; TASS; Domaine public)
Il y a trente ans, un empire qui semblait éternel s'est effondré en quelques mois. Les habitants d'un pays se sont soudainement retrouvés dans un autre, et ont immédiatement constaté de nombreux changements. Quels ont été ces bouleversements?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Drapeau national

Ce fut le tout premier changement visible : lorsque le drapeau rouge de l'URSS a été abaissé au-dessus du palais du Sénat au Kremlin de Moscou et que le tricolore russe y a été hissé. Cela a été fait 38 minutes après l'intervention en direct de Mikhaïl Gorbatchev sur la télévision centrale, où il a annoncé sa démission. Cependant, ce premier changement est passé largement inaperçu des gens ordinaires – le remplacement de drapeau ne deviendra l'un des symboles les plus forts de l'effondrement de l'URSS que plus tard, après coup.

Et ce, parce que la descente s’est déroulée de manière prosaïque, aucune équipe de télévision n'ayant été invitée à l'événement. Il n'y avait pas beaucoup de monde sur la place Rouge ce soir-là, sans oublier qu’il neigeait et pleuvait. « Je n'ai pu prendre que quelques photos car tout s’est passé très vite. Un-deux, et voilà, le drapeau rouge était déjà abaissé, et ensuite les travailleurs ont rapidement hissé le tricolore russe. Le changement historique du drapeau n'a pris que 10 minutes », se souvient le photojournaliste Alexeï Boïtsov, l'une des rares personnes à avoir immortalisé cet épisode.

Prix dans les magasins

En haut: dans un rayon de viande moscovite en 1990. En bas: à Moscou en juin 1992

Avec l'effondrement du pays, la réglementation des prix par l'État a également été supprimée : l'État a dans les faits cessé d'interférer dans la formation des prix. Le gouvernement a qualifié cette libération de réforme économique nécessaire. Les pénuries de produits de base avaient atteint des proportions alarmantes au début des années 1990 ; selon certains rapports, la quantité de marchandises dans les rayons était trois fois inférieure à la quantité d'argent entre les mains de la population. Les responsables s'attendaient donc à ce que la réforme ne fasse qu'ajuster l'offre et la demande à un niveau normal.

Cependant, à la fin de l'année 1991, les prix de nombreux biens avaient été multipliés par 8 à 11, et en 1992, ils étaient plusieurs dizaines de fois plus élevés. La réforme a été populairement surnommée « thérapie de choc ». Les étiquettes de prix dans les magasins changeaient parfois plusieurs fois par jour, anéantissant les économies de nombreuses familles.

Lire aussi : Pourquoi la loterie était immensément populaire en URSS

Alcool

Vente d'alcool clandestine à la gare de Iaroslavl, Moscou, en 1992

En 1992, l'heure est venue de la liberté totale du commerce de l'alcool. Le monopole d'État sur la production a été aboli et l'alcool étranger a reçu le feu vert. La marque la plus frappante de l'époque a été un alcool allemand au nom aristocratique de Royal. Un litre de ce spiritueux était 25% plus cher qu'un litre de vodka, mais on le buvait sous forme diluée, ce qui permettait de produire plus de vodka artisanale sur sa base.

Royal est immédiatement devenu massivement populaire en raison de sa publicité accrocheuse, de son caractère bon marché et abordable – il était vendu dans toutes les échoppes et s’est imposé comme une sorte de symbole des années 90. « Je me souviens encore des interminables publicités pour Royal, dont le nombre était incroyable. Ainsi que la réaction suspecte des agents de la circulation en hiver face à l'odeur monstrueuse de la voiture, car nous versions cet alcool à l'état dilué dans le réservoir du lave-glace », a décrit l'acteur Iouri Stoïanov.

Cependant, parallèlement à la popularité de l'alcool importé, le taux de mortalité par intoxication alcoolique a été multiplié par 4 à l’horizon 1994. À l'époque, les alcools étrangers contrefaits ne représentaient pas moins de 67% !

Générique de l’émission Vremia

Vremia (« Temps » en russe) est le journal télévisé le plus ancien et le plus important du pays, qui fournit des informations sur les événements locaux et internationaux. L’émission commençait exactement à 21 heures sur la première chaîne de la télévision centrale et la regarder est devenu une tradition nationale. En URSS, son générique, sur la musique prenante de Gueorgui Sviridov, représentait le globe terrestre en rotation, en grande partie teinté en rouge – couleur du pays. Après quelques secondes, sur la carte, une étoile rouge, semblable à celles des tours du Kremlin, s'élevait de la partie occidentale de l’Union soviétique. 

Néanmoins, avec l'effondrement de l’URSS, la démonstration de la taille énorme du pays a perdu de sa pertinence et le changement de générique a été un autre symbole d'une époque révolue. Il a d'abord été remplacé par une version politiquement neutre présentant des attractions touristiques de différentes régions de la Russie, puis, rapidement, ce thème a cédé sa place à des images de la salle de rédaction du studio de télévision. Tout ce qui restait de l’émission soviétique était la célèbre mélodie.

Lire aussi : Vremia, histoire de cette émission d’information née en URSS et toujours populaire en Russie

Nouvelle citoyenneté, mais passeport d'un pays inexistant

Des millions de personnes ont changé de citoyenneté du jour au lendemain. Selon la nouvelle loi, tous les citoyens de l'ancienne Union soviétique, qui vivaient à ce moment-là sur le territoire du pays nouvellement formé, ont été reconnus comme les citoyens de ce dernier. Dans le même temps, les passeports n'ont pas été modifiés avant le début des années 2000 – avec un passeport soviétique, il était officiellement possible de vivre dans le pays et même d’en franchir les frontières. La seule différence était que les citoyens de Russie recevaient un tampon dans leur passeport soviétique, tandis que les non-citoyens (issus d’autres anciennes républiques soviétiques) avaient le même passeport soviétique, mais sans tampon. Toutes les conditions sont restées les mêmes pendant encore dix ans : les gens pouvaient, munis de leur ancien passeport soviétique, enregistrer leur mariage, la naissance de leurs enfants, trouver un emploi, etc.

Signe soviétique de qualité

Production portant le signe de qualité, en Géorgie soviétique, 1976

En Union soviétique, une marque spéciale était utilisée pour garantir la longue durée de vie des produits achetés, avec la lettre « K » retournée (du mot « katchestvo », « qualité »). Elle n'était apposée que sur les marchandises approuvées par un comité spécial qui contrôlait l'ensemble du processus de production et était chargé de veiller au respect des normes.

C'est ce symbole synonyme d'excellence qui a immédiatement manqué à de nombreuses personnes après 1991. Le label de qualité n'existait plus et les marchés ont été inondés de produits importés dont l'origine n'était pas toujours claire, qui présentaient un pourcentage élevé de défauts et dont la qualité s’avérait douteuse. Les nostalgiques de l'URSS s'en souviennent encore : à l'époque, bon marché ne signifiait pas mauvais et peu fiable. Soit dit en passant, les meubles et armoires soviétiques servent encore à de nombreuses familles russes et sont jetés non pas parce qu'ils sont cassés, mais parce que leurs propriétaires s’en sont lassés.

Argent

Échange d'argent à Moscou en juillet 1993

La monnaie soviétique représentant Lénine a été retirée de la circulation et les roubles russes ont été introduits. La population de cet énorme pays n'avait initialement que deux semaines pour changer un maximum de 30 000 roubles (par la suite, la période a été prolongée jusqu'à la fin de l'année et la limite a été étendue à 100 000 roubles). La situation était compliquée par le fait que les nouveaux billets ne pouvaient être échangés que sur présentation du passeport (on y apposait une mention spéciale) et une seule fois par lieu de résidence enregistré.

Une véritable panique a alors éclaté. Les gens faisaient la queue pendant des jours entiers, trouvaient des connaissances qui n'avaient rien à changer et leur demandait d’effectuer des échanges pour eux. Cela n'a pas fonctionné pour tout le monde, et beaucoup ont simplement vu leurs économies s’évaporer.

« Il est compréhensible que la réforme ait causé quelques désagréments aux citoyens, a expliqué plus tard Viktor Gerachtchenko, chef de la Banque centrale. Mais qu'y avait-il à faire ? Lorsqu'il est finalement apparu que l'espace unique du rouble ne pouvait être maintenu, la tâche principale a été de couper rapidement de l'économie l'énorme masse de roubles soviétiques qui circulaient encore dans les pays voisins de la CEI. Jusqu'alors, ils affluaient sans entrave sur le marché intérieur, provoquant des pénuries et une hausse des prix ».

Lire aussi : Pourquoi est-il impossible de comparer les prix du passé avec ceux de notre époque? (opinion)

Disparition de Lénine

Démolition d'une statue de Lénine à Riga (Lettonie), en 1991

Le nom de Lénine dans la vie du peuple soviétique est resté inébranlable pendant six décennies et demie entre sa mort et l'effondrement du système communiste. La place principale de chaque ville de l'URSS, à quelques exceptions près, était la place Lénine. Des cinémas, des écoles, des stades, des universités, des gares, des villes et des fermes collectives portaient son nom. Les futurs pionniers (scouts soviétiques) appelaient respectueusement Lénine « grand-père » – pour certains, il était véritablement un peu comme un membre de la famille, les accompagnant invisiblement dans leur vie par le biais de nombreux portraits.

Avec l'effondrement de l'Union soviétique, les choses ont changé radicalement. Le nom de Lénine a commencé à disparaître rapidement des titres de livres, articles et dissertations. Les programmes scolaires et universitaires ont aussi subi une transformation. La déléninisation a atteint son apogée en 1993 : comme le note l'historien Iouri Pivovarov, la presse a fait de Lénine l'incarnation du mal absolu. Cependant, dans la nouvelle Russie, ce processus de démystification du culte était plutôt de nature immatérielle.

« Toutes ces métamorphoses ont eu lieu principalement dans la presse, à la télévision et à la radio. [...] Le renversement de Lénine s'est produit dans la parole, sans presque se matérialiser », souligne-t-il. La démolition des monuments n’était en effet pas systématique, et personne n'a supprimé son image de manière massive en Russie. On ne peut cependant pas en dire autant des autres anciennes républiques de l'URSS – le rejet des symboles soviétiques y a été sévère, et dans certains endroits, il a commencé avant même la disparition du pays. En particulier, le premier monument à Lénine a été démantelé en avril 1990 dans la ville de Tchervonograd, en actuelle Ukraine.

Location de vidéos

Le choix de films étrangers pouvant être vus par les Soviétiques était très limité, mais avec la chute du rideau de fer, la situation a radicalement changé. Tout d'abord, les gens ont commencé à avoir des magnétoscopes et ensuite, le monde merveilleux des films occidentaux sur VHS s'est ouvert à eux. Les premiers magasins de location de vidéos sont apparus – avec des copies sans licence, piratées et dont le doublage était réalisé à l’aide d’une voix unique et amusante pour tous les personnages.

À l'époque, le lieu de location pouvait se présenter sous la forme d’un recoin dans un supermarché ou chez un coiffeur avec une liste de films écrite dans un carnet. Vous déposiez alors une caution (le prix de la cassette), payiez la location, et le vendeur notait les détails et la date de retour. L’on pouvait apercevoir des files d'attente pour les dessins animés Disney et les films d'action hollywoodiens sanglants, tandis qu’étaient prévues des amendes pour ceux qui ne rendaient pas leurs cassettes à temps.

Dans cet autre article, nous vous présentions les cinq principales conséquences de la chute de l'URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies