Opinion: pourquoi est-il impossible de comparer les prix du passé avec ceux de notre époque?

Alexeï Soukhoroukov, Alexandre Poliakov/Spoutnik; Russia beyond
L'argent avait-il une valeur plus élevée jadis - ou vice versa? Quels biens ou valeurs pouvons-nous utiliser comme «étalon» pour appréhender la situation financière des gens du passé?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les tsars russes étaient-ils riches ? Comment vivaient les nobles russes ? Quels articles de luxe avaient-ils à leur disposition ? Combien coûtaient-ils ? Telles sont les questions auxquelles tout historien est obligé de répondre lorsqu'il évoque la vie des temps passés. Mais il ne suffit pas d’écrire « le costume coûte quarante roubles » - je veux comprendre la valeur réelle de ces roubles, les « convertir » en monnaie moderne. Je pense qu'un tel « transfert » est impossible - parce que la valeur de l'argent ne peut être évaluée indépendamment de la situation économique. Et dans le passé, elle était fondamentalement différente.

Pièces de monnaie de l'époque de l'émeute du cuivre (XVIIe siècle) découvertes à Moscou

Le passé couvre de nombreuses époques différentes, un rouble du Tsarat de Moscou au XVIIe siècle et un rouble de Catherine représentant des monnaies complètement différentes. En outre, il est nécessaire de prendre en compte la différence de la monnaie en argent et en cuivre dans le royaume moscovite : les pièces d'argent étaient destinées au commerce avec l'Occident, et les pièces de cuivre - aux échanges internes, la pièce de cuivre se dépréciant très rapidement (en 1662, on donnait 15 pièces de cuivre pour 1 kopeck en argent), ce qui a finalement conduit à une émeute (la révolte du Cuivre de 1662). À partir de Catherine II, le papier-monnaie a été introduit en Russie, et à partir de ce moment, il est nécessaire de prendre en compte la différence de valeur entre un billet de banque et une pièce en argent.

>>> L’épopée du rouble à travers le temps, du Moyen Âge à nos jours

Un billet de 100 roubles avec le portrait de Catherine la Grande

Afin de ne pas entrer dans les détails de ces estimations, on essaie généralement, par exemple, de comparer le prix d'un bien avec celui d'un kilogramme de pommes de terre ou d'un kilogramme de viande. Mais pour une telle comparaison, il est nécessaire de prendre en compte le contexte : par exemple, avant Catherine, les pommes de terre n'étaient pas cultivées massivement en Russie, vous devrez donc rechercher un autre produit pour effectuer la comparaison. Le prix de la viande à l'époque préindustrielle, en l'absence de fermes et d'abattoirs modernes, était fondamentalement différent - la viande était très rarement consommée par les paysans, seulement pour les fêtes - les vaches des familles ordinaires étaient nourries pour le lait, pas pour l'abattage, et ainsi de suite… Plus généralement, tous les prix du passé sont très relatifs - parfois, nous n'avons même pas toutes les informations concernant le principe de formation des prix.

Rouble avec le portrait d'Alexis Ier de Russie

Vous pouvez essayer de comparer le bien-être en termes absolus. Par exemple, nous savons que dans la première moitié du XIXe siècle, une famille paysanne pauvre dépensait environ 30 à 50 roubles par an - pour le chef d'une telle famille, un rouble représentait une grande valeur. Par exemple, un paysan économisait un an, voire plusieurs années, pour s’acheter un nouveau cheval de labour. Cependant - encore une fois - il ne faut pas oublier qu'à cette époque, l'argent était beaucoup plus facile à perdre qu’aujourd’hui.

Avant l'apparition des billets et des titres, l'argent frappé à partir de métaux précieux dans les monnaies d'État n'était pas adossé à une « réserve d'or », mais à sa propre valeur - par conséquent, il faisait l'objet de vols beaucoup plus souvent et plus facilement qu'aujourd'hui. En se rendant au marché pour acheter son cheval, le paysan transportait souvent dans un petit sac toutes ses économies pendant longtemps. S’il se faisait détrousser au bazar ou tromper par le vendeur, il devenait pratiquement un mendiant. D’ailleurs, c’est l'incapacité de la majorité des serfs à gérer leurs affaires financières qui les liait très fortement à « leur » propriétaire foncier, qui pouvait les aider dans leurs transactions et leurs affaires.

>>> Nicolas II était-il vraiment l'un des hommes les plus riches de l'histoire?

Une pièce de 10 roubles avec le portrait de Nicolas II

Les propriétaires eux-mêmes n'étaient souvent pas non plus des experts en matière financière. Après l'abolition du servage et l'introduction d'un système de versement de « rançon » par l'État, les propriétaires se retrouvèrent en possession de titres - des certificats d’un taux de 5% par an sur le rachat par les anciens serfs des domaines auxquels ils étaient liés.

Pour recevoir des intérêts sur ces titres, le propriétaire foncier devait présenter son certificat de rachat au Trésor public, et pouvait généralement échanger le certificat contre des billets de banque. L'État a fourni aux propriétaires fonciers un instrument financier qu'ils pouvaient utiliser pour négocier en bourse et accroître leur richesse. Mais ne sachant pas comment l'utiliser, la majorité des nobles russes ont simplement encaissé leurs certificats de rachat et se sont retrouvés dans la pauvreté - c'est de ces nobles que parle la pièce d'Anton Tchékhov La Cerisaie.

Au cours des premières années de la nouvelle Russie bolchévique, un véritable chaos financier régnait - l'État a interdit la possession de métaux précieux et de devises et a commencé à les confisquer à la population. L'argent se dépréciait rapidement et, au début des années 1920, l'hyperinflation a balayé le pays. La circulation monétaire ne s'est stabilisée qu'en 1922-1924. Au cours du XXe siècle, le pays a connu toute une série de réformes monétaires et de dévaluations du rouble, de sorte que la situation monétaire à l'époque soviétique et post-soviétique n'était pas moins chaotique et complexe que dans la Russie tsariste.

>>> Quel est le véritable salaire des Russes et en sont-ils satisfaits?

Ainsi, comparer les prix actuels et passés pour évaluer le bien-être des gens de jadis est une tâche complexe. Ces comparaisons doivent être effectuées en se basant sur plusieurs paramètres - mieux vaut prendre en compte non seulement les prix et les salaires, mais aussi, en général, la disponibilité et la valeur de la monnaie à une époque donnée.

Dans cette publication découvrez comment le rouble s'est imposé comme la monnaie de la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies