En images: comment vivait-on en Ukraine soviétique?

Célébration du 53e anniversaire de la Révolution bolchévique, à Kiev

Célébration du 53e anniversaire de la Révolution bolchévique, à Kiev

N. Seliotchenko/Sputnik
La République socialiste soviétique d’Ukraine était, pour l’URSS, à la fois le principal grenier à blé, un lieu de villégiature majeur et un important centre industriel. Ses paysages, son littoral, son climat agréable et ses habitants accueillants attiraient les touristes de toute l’Union.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Voici l'un des gratte-ciels staliniens à Moscou. Sa construction a été achevée après la mort de Staline, et par ordre personnel du nouveau secrétaire général, Nikita Khrouchtchev, l'hôtel a été appelé « Ukraine ». Le secret est simple : Khrouchtchev a vécu en Ukraine presque toute sa vie, y a été président du Conseil des ministres, puis premier secrétaire du comité central du Parti. Il soutenait activement l'amitié des peuples ainsi que le rapprochement des deux nations sœurs que sont la Russie et l'Ukraine. En outre, l'une de ses premières décisions en tant que secrétaire général a été de transférer la Crimée à l’Ukraine en 1954 – d'une république soviétique à une autre.

Vue sur l’hôtel Ukraine

Pendant de nombreux siècles, la Russie et l'Ukraine ne formaient qu'un seul tout, c'est pourquoi les peuples russe et ukrainien sont souvent qualifiés de fraternels. De plus, dans l'un des monuments de la littérature russe médiévale – La chronique des temps passés – Kiev était appelée « la mère des villes russes », et cette expression est encore souvent utilisée aujourd'hui.

En 1954, l'URSS a organisé une large célébration du 300e anniversaire de la réunification de l'Ukraine et de la Russie, en référence aux événements de 1654, lorsque l'hetman des troupes cosaques de Zaporojié, Bogdan Khmelnitski, a demandé à rentrer au service du tsar Alexis Ier (père de Pierre le Grand).

Concert organisé pour les 300 ans de la réunification de l’Ukraine et de la Russie, à Kiev, 1954

Pendant de nombreuses années, l’Ukraine, qui faisait partie de l'Empire russe, a été appelée Malorossiïa (soit la « Petite Russie » en russe). Après la Révolution de 1917, cette région a cependant reçu son autonomie et a intégré l’URSS en tant que république à part entière. En 1991, elle est finalement devenue un État indépendant.

Lire aussi : Kiev, «mère des villes russes», mythe ou réalité?

Architecture et villes

Dans de nombreuses cités d'Ukraine, l’on retrouve toutes les caractéristiques de l'architecture soviétique typique : l’empirisme stalinien, les khrouchtchiovki (barres d’immeubles de 4 étages en panneaux de béton préfabriqués), et les incontournables monuments à la gloire de Lénine, qui sont de nos jours démolis dans tout le pays dans le cadre de la désoviétisation.

Et pourtant, différentes parties de son territoire pouvaient surprendre par leur diversité : en Crimée se trouvaient des palais d'été impériaux, dans lesquels l'Union soviétique organisait des pensions et des camps de pionniers (l’équivalent soviétique des scouts). L'Ukraine occidentale ressemblait quant à elle à la vieille Europe – à Lvov, de nombreux films étaient tournés afin d’imiter un décor européen. Odessa, une ville construite par les Européens, aurait pu de son côté être qualifiée de Saint-Pétersbourg du Sud.

Krechtchatik, la rue principale de Kiev, 1979
Monument à Lénine, Kiev, années 1950
Pont traversant le Dniepr, à Kiev, 1965
Dniepropetrovsk, 1970
Kharkov, 1957
Théâtre national d’opéra et de ballet d’Odessa, 1969
Palais des pionniers, Sébastopol, 1970
Pionniers du célèbre camp Artek lors d’une excursion au palais Vorontsov, Crimée, 1970
Le château du « Nid d’hirondelle », en Crimée, 1986
Lvov, 1970

Grenier à céréales

Le tchernoziom, terre hautement fertile, prédomine en Ukraine et le climat y apparait doux, de sorte que non seulement les céréales mais aussi toutes sortes de fruits y poussent aisément.

Les habitants des régions de l'URSS, et plus tard de la Russie, au climat rigoureux ont toujours été envieux de cette abondance, et nombreux sont ceux à qui des proches d'Ukraine envoyaient des caisses d'abricots ou de melons. Ici, pour toute l’Union, on y produisait de la farine, du pain, des produits laitiers, des légumes et des fruits frais. Il y avait également, et c’est toujours le cas, une importante industrie vinicole, et une partie importante du complexe agraire était occupée par la production de sucre de betterave.

Commerce de fruits et légumes dans les rues d’Eupatoria, en Crimée, 1979
Commerce de rue à Kharkov, 1958-1959
Vendanges en Crimée, 1969
Moisson dans un kolkhoze, région de Tcherkassy, 1935

En 1932-1933, l'Ukraine a toutefois connu une famine massive qui a fait, selon diverses estimations, entre 2 et 7 millions de victimes. Elle a été causée par de mauvaises récoltes et par les actions des autorités visant à saisir la nourriture des paysans. Cet événement, mieux connu sous le nom de « Holodomor », fait polémique parmi les historiens et les politiciens russes et ukrainiens. L'Ukraine moderne considère en effet les actions du gouvernement soviétique comme un génocide du peuple ukrainien, mais en fait, les actions du gouvernement de l'époque ont conduit à la famine dans toute l'Union.

Lire aussi : Quand de terribles famines s’abattaient sur l’URSS (images chocs)

Lieu de villégiature

En Ukraine soviétique, il y avait tout pour qu'un citoyen puisse se reposer et se remettre en forme. Sur la côte de la mer Noire, la Crimée, Kherson et Odessa disposaient d'un grand nombre de sanatoriums et de stations balnéaires. De plus, sur la péninsule criméenne, il était possible de faire du tourisme de montagne, et dans les Carpates d'aller skier !

Sanatorium « Ukraine », en Crimée, 1959
Plage de Yalta, 1959
Base de repos « Rodniki » de l’Usine de construction navale de Tchernomorsk, sur les rives du fleuve du Boug méridional, 1974
Littoral sud de Crimée, 1981
Construction de chalets touristiques dans les Carpates, dans la région d’Ivano-Frankivsk, 1970

Lire aussi : Des monts sibériens à la Crimée, les onze stations de villégiature les plus prisées d’URSS

Sur la ligne de front

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Ukraine s’est retrouvée au centre des affrontements. En 1941-42, les troupes allemandes ont occupé presque tout son territoire. Les Juifs ont été forcés de vivre dans des ghettos et étaient massacrés. Est ainsi tristement célèbre le ravin de Babi Yar, à Kiev, où plus de 100 000 personnes ont été abattues. En 1943-44, l'armée soviétique a libéré toute l'Ukraine, cependant, les dégâts étaient colossaux – de nombreux villages ont été incendiés et des villes détruites.

Babi Yar, 1943

Ukraine occidentale, 1943
Franchissement du Dniepr, 1943
Odessa quelques jours après sa libération, 1944

Industrie

L'industrie minière, l'extraction de charbon, l'énergie, les machines et la métallurgie... Il ne s'agit en aucun cas d'une liste complète des industries dans lesquelles la République socialiste soviétique d’Ukraine était engagée. Pendant la période soviétique, la construction, les usines et les mines se sont développées à un rythme effréné dans tout le pays.

Production de l’Usine automobile de Zaporojié, 1970
Autobus soviétique LAZ-697, assemblé dans l’Usine de Lvov, 1970
Dans le port d’Odessa, 1958
Usine de tracteurs à Kharkov, 1958-59
Usine métallurgique Zaporojstal, 1974
Soudure de stators à l’Usine de turbo-alternateurs de Kharkov, 1958-59
Une brigade de la mine Gvardeïskaïa, à Krivoï Rog, 1970

La catastrophe de Tchernobyl

L'un des épisodes les plus tragiques de la vie en Ukraine soviétique a certainement été l'accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl en 1986. Le réacteur nucléaire a explosé, libérant d'énormes quantités de radiations dans l'air. Un désastre amplifié par le fait que les habitants locaux et ceux des régions environnantes ont été insuffisamment informés, avec pour conséquence que beaucoup d'entre eux ont souffert et sont même morts de maladies dues aux radiations.

Mesure du taux de radiation après l’explosion, 1986
Tchernobyl, mesure des radiations par hélicoptère, 1986

La vie au quotidien

Sur ces photographies de l’Ukraine du siècle passé, l’on peut voir des réalités typiquement soviétiques : les défilés du 1er mai, le design soviétique des logements et des vêtements, mais aussi les costumes traditionnels brodés de couleurs vives.

Jardin d’enfants n°1 de l’usine Arsenal, à Kiev, 1953
Défilé du 1er mai à Kharkov, 1974
Un chef d’atelier et sa famille, Odessa, 1971
Un groupe en excursion sur l’escalier du Potemkine, à Odessa, 1968
Jeunesse de l’Ukraine occidentale, 1940
Poissonnières sur le marché d’Odessa, 1970
Touristes sur le pont d’un navire sur le Danube, 1969
Dans une rue d’Odessa, 1970

Dans cet autre article, nous vous proposons de vous plonger à présent en images dans les pays baltes soviétiques.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies