Cinq faits étonnants sur les «Sept sœurs» de Staline

Legion Media
Dominant l'horizon de la capitale russe, les gratte-ciels staliniens, surnommés les «Sept Sœurs de Moscou», surprennent les voyageurs par leur démesure. Russia Beyond vous dévoile les secrets de ces géants de l’architecture soviétique.

1. Des bunkers sous les «Sept sœurs» en cas de guerre.

Les souvenirs de la Seconde Guerre mondiale étant encore frais et la guerre froide en plein essor, les gratte-ciels de Staline ont été conçus avec précaution : chaque bâtiment avait son propre bunker souterrain qui pouvait abriter tous les habitants en cas d'attaque surprise. Les rumeurs disent qu'il y a même un bunker de commandement entièrement équipé sous le seul bâtiment administratif parmi les « Sept sœurs », le ministère des Affaires étrangères. Le bunker situé sous le bâtiment résidentiel de la place Koudrinskaïa est toujours accessible aux amateurs de périples souterrains et aux chercheurs d'aventure.

2. Un gratte-ciel a été volontairement construit incliné sur le côté.

Le gratte-ciel situé près de la station de métro Krasnie Vorota était probablement le chantier le plus difficile pour les ingénieurs soviétiques construisant les « Sept sœurs ». La station de métro, qui était construite en même temps que le bâtiment, faisait face au problème des eaux souterraines. Pour continuer les travaux, les ingénieurs ont dû faire geler l'eau, ce qui a provoqué une montée soudaine du sol au fur et à mesure que la masse gelée augmentait en volume. Les ingénieurs ont ensuite calculé le degré d'inclinaison artificielle nécessaire pour neutraliser la pente qui serait inévitablement apparue lorsque l'eau se « dégonflerait » et que le bâtiment serait en place. Lorsque la construction a été finalement terminée, le bâtiment incliné est simplement « tombé » dans la bonne position - une solution d'ingénierie très risquée et tout à fait extraordinaire.

3. Les «Sept sœurs» ont des frères et soeurs dans les capitales européennes.

Dans un geste de bonne volonté, Staline a dû autoriser l'érection de gratte-ciels similaires dans les capitales de certains pays du camp socialiste. Maintenant, on trouve des clones des « sept sœurs » à Varsovie (Palais de la Culture et de la Science), Prague (Hôtel International), Budapest (Maison de la Presse Libre) et Kiev (Hôtel Ukraine).

4. Après la mort de Staline, les autorités ont supprimé le seul style architectural portant son nom.

Les sept gratte-ciels ont donné naissance à un style architectural unique connu sous le nom d'Empire stalinien ou de classicisme socialiste, inspiré par les gratte-ciels américains tout en s'en distinguant. Tous les bâtiments avaient en commun la splendeur, le luxe et la grandeur. Après la mort de Staline, le gouvernement soviétique a publié un décret condamnant les excès dans l'architecture qui a de fait mis fin à ce style unique.

5. Staline a demandé d'ajouter une flèche à l'un des bâtiments parce qu'il lui semblait trop américain.

Il y a quelques semaines, le bâtiment du ministère russe des Affaires étrangères a reçu une nouvelle flèche, déclenchant des débats sur ses origines. Il s'est avéré que la flèche, pas prévue à l'origine, a été érigée de façon impromptue après que Staline, en colère, l'ait ordonné parce que le bâtiment semblait trop américain à son goût. Le plus drôle est que la flèche, généralement ignorée, n'a pas été enlevée, même après la mort de Staline. Au lieu de cela, Nikita Khrouchtchev a protesté contre l'idée de l'abattre dans un geste insidieux visant à se moquer du manque de goût esthétique de Staline.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer