En images: quels sont les hits des ventes sur le marché automobile russe en 2021?

Mikhaïl Mettsel/TASS
De nombreux constructeurs automobiles internationaux non seulement assemblent leurs véhicules en Russie, mais les modifient aussi spécifiquement pour les conducteurs locaux.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En Russie, un résident sur trois possède son propre véhicule. Au début de l'année 2021, 45 millions de voitures particulières étaient immatriculées dans le pays. Près d'un tiers d'entre elles sont fabriquées par l'entreprise automobile russe LADA. Toyota est actuellement la deuxième marque la plus populaire, avec plus de quatre millions de véhicules dans le pays – la RAV4 et la Camry sont les modèles les plus prisés. Viennent ensuite Hyundai et Kia, avec plus de deux millions de voitures chacune.

Par rapport aux États-Unis et à la plupart des pays européens, où environ deux habitants sur trois possèdent leur propre véhicule, le marché automobile russe est encore relativement ouvert et continue de se développer. La Russie impose des droits de douane assez importants sur les voitures importées afin d'obliger les constructeurs automobiles internationaux à produire leurs véhicules dans le pays. En conséquence, de nombreux groupes étrangers ont localisé leur production en Russie et, dans certains cas, ont même modifié leurs modèles pour les adapter aux conditions routières et aux goûts de la population russe.

À ce propos, les Russes préfèrent les crossovers et les berlines à petit budget. Les véhicules à hayon et les breaks sont moins courants, tandis que les petites voitures électriques sont généralement rares (il n'y a que 11 000 voitures électriques dans le pays, et 9 000 d'entre elles sont des Nissan Leaf).

« Les Russes ne s'intéressent pas aux hatchbacks parce qu'ils ne sont pas associés à une position élevée dans la société », explique Alexeï Kojoukhov, un expert en marketing automobile. Il note qu'à l'époque soviétique, une longue berline Volga était considérée comme une voiture de grande classe et un symbole de pouvoir, et que ces associations ont été transmises aux générations suivantes.

Les constructeurs ont par conséquent créé des berlines et des SUV de classe économique qui sont spécifiquement destinés au marché russe. Selon l'Association du business européen, au premier semestre 2021, environ 45% des nouvelles voitures vendues étaient des crossovers.

Nous vous présentons donc les modèles les plus vendus en Russie au cours du premier semestre 2021.

1 – Lada Granta (71 208 exemplaires)

Voiture la plus simple et la moins chère du marché russe, la Granta est assemblée dans l'usine AvtoVAZ de Togliatti. Certains avis typiques de clients indiquent que la voiture est « fiable et sans problème » ou que « je ne me suis pas fait de grandes illusions et j'ai obtenu ce que j'attendais ». Une berline sans climatisation coûte 560 000 roubles (6 776 euros), et la version LUXE avec un pare-brise chauffant, un régulateur de vitesse et une transmission automatique vaut 780 000 roubles (9 438 euros).

2 – Lada Vesta (57 031 exemplaires)

Le dernier modèle de Lada, la Vesta, est conçu pour être une berline et un crossover, bien qu'il existe également une version sportive. La voiture répond aux besoins de la plupart des consommateurs mais est moins chère que les marques étrangères. « Lorsque je l'ai achetée, j'ai compris qu'il s'agissait d'AvtoVAZ et qu'il pourrait y avoir des problèmes à venir, mais l'envie d'acheter cette beauté l'a tout simplement emporté, et je voulais seulement une nouvelle voiture dans ce budget », écrit un conducteur russe, ajoutant qu'il ne désirait pas acheter de véhicule d'occasion.

Le modèle le plus simple, équipé d'une transmission manuelle, de la climatisation et d'airbags, est vendu 795 000 roubles (9 620 euros), tandis que la version Sport, la plus chère, coûte 1,2 million de roubles (14 520 euros).

3 – KIA Rio (44 750 exemplaires)

La KIA Rio est produite à Saint-Pétersbourg depuis 2011 et n'existe qu'en version berline, plus populaire auprès de la clientèle locale. Le design et les caractéristiques techniques de la Rio russe sont légèrement différents des versions vendues dans d'autres pays. De nombreux conducteurs notent qu'elle possède un bon chauffage et la capacité de démarrer à moins 30°. En conséquence, la voiture est devenue l'un des modèles les plus vendus dans le pays. Son prix varie entre 950 000 (11 495 euros) et 1,3 million de roubles (15 731 euros).

4 – Hyundai Creta (38 800 exemplaires)

Ce crossover est l'une des voitures les moins chères de sa catégorie en Russie. Son prix varie de 1,2 million de roubles (14 520 euros) à environ 2 millions pour la version supérieure (24 201 euros). « De nombreux propriétaires d’une Creta dotée d'un moteur 1,6 litre se plaignent d'une dynamique paresseuse. Je ne cherchais pas une voiture de course, donc la voiture me convient parfaitement. Ma priorité était la transmission intégrale, qui s'est pleinement justifiée. Maintenant, je peux aller dans la nature à tout moment et ne pas m'inquiéter de rester coincé sur un chemin de terre », écrit un conducteur de l'Oural.

Hyundai a également été le premier constructeur automobile en Russie à proposer des ventes en ligne directement depuis l'usine, sans passer par un concessionnaire.

5 – Hyundai Solaris (33 541 exemplaires)

La Solaris est une version de l'Accent qui a été localisée spécifiquement pour la Russie en 2010 et est produite à Saint-Pétersbourg. Les conducteurs russes semblent assez satisfaits de ce modèle, qui est une berline économique résistante aux changements de température et aux conditions météorologiques difficiles et généralement fiable. « Je voulais l'utiliser pendant au moins cinq ans sans regarder sous le capot », a écrit un automobiliste pour expliquer pourquoi il a choisi ce modèle.

Le prix de la Solaris varie entre 890 000 roubles (10 769 euros) et 1,3 million de roubles (15 731 euros) pour la configuration supérieure.

Lire aussi : Ces pionniers qui ouvrent la voie aux voitures électriques en Russie

6 – Lada Niva (30 108 exemplaires)

Le premier SUV soviétique est toujours en production et possède une clientèle fidèle pour sa combinaison d'être extrêmement bon marché et solide pour la conduite tout-terrain. De nombreux Russes l'utilisent pour se rendre dans leurs datchas éloignées.

La version la plus simple coûte 660 000 roubles (7 986 euros). La variante la plus chère s'appelle Niva Travel (anciennement Chevrolet Niva), coûte 993 000 roubles (12 016 euros) et est équipée d'un tuba au cas où la voiture serait submergée par l'eau dans des conditions routières difficiles. À noter qu’elle ne dispose pas de la transmission automatique ! « Sa passion, ce sont les chemins de terre, la super suspension, elle "avale" les trous dans les routes, on ne remarque pas les irrégularités », écrit un conducteur de la région de l'Amour, en Extrême-Orient russe. Cependant, les clients soulignent que l'intérieur n'est pas particulièrement confortable et que la voiture consomme beaucoup de carburant.

7– Volkswagen Polo (28 527 exemplaires)

Tous les modèles Polo vendus en Europe sont des hatchbacks, mais en Russie, Volkswagen a choisi de modifier ce modèle légendaire pour produire ce qui est devenu l'une des berlines les plus populaires localement. « Le coffre est énorme et confortable. Il y a pas mal d'espace dans l'habitacle, à l'avant comme à l'arrière. La conduite n'est pas mauvaise, meilleure que celle des autres voitures de cette catégorie », écrit un propriétaire.

La Polo Sedan est assemblée dans une usine à Kalouga (à environ 200 km au sud-ouest de Moscou). Le modèle le moins cher coûte 1 million (12 100 euros), tandis que pour la version la plus chère il faut compter 1,9 million de roubles (22 991 euros).

8 – Škoda Rapid PA II (23 309 exemplaires)

C'est une autre berline de classe économique qui a gagné le cœur de nombreux conducteurs russes. « La nouvelle Rapid est confortable à conduire, il y a beaucoup d'automatisation », déclare un propriétaire de Saint-Pétersbourg. Il poursuit en écrivant : « Tournez le volant et appuyez sur l'accélérateur, et activez le régulateur de vitesse sur une voie rapide, et la voiture fera tout le reste toute seule ».

La Škoda Rapid est elle aussi assemblée dans une usine de Kalouga. La version la plus simple coûte 990 000 roubles (11 979 euros) et comprend déjà un système multimédia avec écran tactile et Bluetooth. La version la plus chère revient à 1,4 million de roubles (16 941 euros).

9 – Lada Largus VP (21 053 exemplaires)

Le seul modèle familial de cette liste est produit par la société russe AvtoVAZ. Largus est une voiture assez économique qui est populaire non seulement parmi les amateurs de datcha, mais aussi à des fins commerciales. « Le principal atout est la suspension et la stabilité sur la route, rédige un conducteur de Tioumen (Sibérie). Pas besoin de s'inquiéter de la conduite sur l'autoroute en hiver avec la Largus ».

Toutes les versions sont équipées d'une transmission manuelle et sont proposées à l’achat pour entre 780 000 (9 438 euros) et 978 000 roubles (11 834 euros).

10 – Renault Duster (19 715 exemplaires)

Les voitures Renault sont assemblées à Moscou. Pendant longtemps, le modèle Renault le plus populaire a été la berline Logan, mais cette année, le SUV Duster a pris ce titre. « Qui peut imaginer une vie qui ne se résume plus à être pressé ? », plaisante un automobiliste à propos de la conduite de cette voiture. « Le Duster est une voiture familiale. Elle est suffisante pour rester joyeusement dans le trafic », écrit un autre.

Le prix du modèle le plus simple avec une transmission manuelle commence à 1 million de roubles (12 100 euros), tandis que la version 4x4 la plus chère affiche une valeur deux fois plus élevée.

Dans cet autre article, nous vous présentions les cinq meilleurs véhicules russes de tous les temps.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies