Avant Tesla: cinq voitures électriques fabriquées en URSS

Iouri Belozerov/TASS
Si les Soviétiques ont conçu et produit un camion poubelle électrique dès 1935, l'industrie de la voiture électrique n'a malgré tout pas réussi à décoller en URSS.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

1. Camion à ordures électrique LET

Le tout premier véhicule électrique d’URSS a été fabriqué en 1935. Bizarrement, il a été conçu pour être utilisé comme camion poubelle.

Le nouveau modèle électrique était basé sur le ZIS-5, l'un des camions les plus populaires et les plus utilisés fabriqués en URSS. Les ingénieurs ont placé des batteries de 140 kilogrammes là où se trouvait auparavant une plateforme de chargement. Ensuite, ils ont entassé deux conteneurs pour les ordures dans l'espace restant. Au total, le camion pesait 4,2 tonnes et était propulsé par un moteur électrique de 13 kW. Le camion pouvait atteindre 24 km/h et son autonomie de croisière n'était que de 40 kilomètres.

>>> Futur dans le passé: ces concept cars soviétiques qui auraient pu faire un carton

2. NAMI-750

Le premier prototype de ce modèle a été réalisé en 1948. En 1947, le gouvernement a ordonné au ministère de l'Industrie automobile et des tracteurs de concevoir des véhicules électriques capables de transporter jusqu'à 1,5 tonne de marchandises. Un an plus tard, le premier modèle est sorti en deux versions, NAMI-750 et NAMI-751. Le premier était capable de déplacer une demi-tonne de cargaison tandis que le second pouvait tracter 1,5 tonne. Les deux ressemblaient à des mini-fourgonnettes avec un seul phare au milieu.

Après que les voitures ont passé divers tests à Moscou, le modèle est entré en production à petite échelle, car il était prévu d'en équiper le service postal soviétique.

Pourtant, le NAMI-750 était trop primitif par rapport aux voitures équipées d'un moteur à combustion traditionnel. Son autonomie de croisière était de 60 kilomètres et le véhicule ne dépassait pas 30 kilomètres/heure. Néanmoins, 20 véhicules ont été assemblés et utilisés par les services postaux soviétiques à Moscou et à Saint-Pétersbourg de 1952 à 1958.

3. UAZ-3801

En 1978, la désormais célèbre Usine automobile d'Oulianov (abrégé « UAZ ») a conçu une autre fourgonnette électrique. Quelques années plus tôt, l'usine avait sorti deux nouveaux modèles électriques nommés UAZ-451 et UAZ-3801. Pourtant, le nouveau UAZ-3801 promettait de surpasser ses prédécesseurs.

>>> Les cinq meilleurs véhicules russes de tous les temps

Toutefois, l'UAZ-3801 avait plusieurs problèmes. Sa batterie pesait quelque 700 kilogrammes pour un poids total du véhicule de 2,75 tonnes. Malgré sa masse énorme, il ne pouvait transporter que 650 kilogrammes de fret. On disait que la fourgonnette pouvait parcourir environ 50 kilomètres avec une seule charge et que la batterie pouvait être rechargée jusqu'à 70 % en une heure à l’aide d'une prise électrique classique.

4. VAZ-2801

Cette voiture électrique a été fabriquée dans la célèbre Usine automobile de la Volga (VAZ) qui produit actuellement des voitures pour l'emblématique marque russe Lada. Basé sur le modèle VAZ-2102 équipé d'un moteur à combustion interne, le VAZ-2801 était à la place équipé d'un moteur électrique de 25 kW.

En 1981, l'usine avait produit 47 véhicules électriques qui ont été répartis entre les acheteurs de Moscou, Togliatti et certains endroits en RSS d'Ukraine. Les voitures restantes ont été utilisées directement à l'usine pour livrer les petits-déjeuners des ouvriers.

Les données fait état d’une vitesse maximale de ce modèle varient de 60 à 87 km/h, tandis que la distance maximale parcourue en une seule charge était d'environ 90 kilomètres.

5. RAF-2910

Cette fourgonnette électrique a été conçue en Lettonie, une partie de l'Union soviétique à l'époque, spécifiquement pour les Jeux olympiques d'été de 1980 à Moscou. Ce monospace électrique était idéal pour les arbitres lors des marathons, etc. En outre, le véhicule électrique n'émettait aucun CO2 et ne produisait aucun vacarme.

>>> Comment expliquer l'obsession des Russes pour la Lada?

La fourgonnette était équipée de portes des deux côtés, d'un fauteuil pivotant, d'une table pliante et même d'un réfrigérateur, ce qui rendait l'expérience en cabine très agréable.

La voiture pouvait atteindre une vitesse maximale de 30 km/h et parcourir environ 100 kilomètres en une seule charge. Curieusement, les batteries n’étaient pas rechargées, mais remplacées par des neuves une fois vides, ce qui s'est avéré très coûteux.

Dans cette publication découvrez sept véhicules électriques Made in Russia.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies