Le Cyclope, ce véhicule soviétique à trois roues conçu pour aider les estropiés de guerre

Censée aider les héros de la guerre handicapés, cette petite voiture était notoirement difficile à conduire.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Pendant la Seconde Guerre mondiale, sur les quatre millions de soldats revenus des combats, deux et demi étaient invalides. Et environ un demi-million d'entre eux avaient perdu des membres.

De nombreux anciens combattants qui s'étaient sacrifiés pour la patrie sur les lignes de front étaient désormais limités dans leurs déplacements, car les infrastructures de l'Union soviétique ne donnaient pas la priorité aux besoins des personnes handicapées. En l'absence d'un environnement sans obstacle, les anciens soldats avaient besoin d'un moyen de transport facile à conduire, même si le conducteur était handicapé et dépourvu d'un membre.

Au début des années 1950, une usine d'ingénierie de Serpoukhov (dans la région de Moscou) a produit une voiture à trois roues destinée aux conducteurs handicapés. En raison de son unique phare rond, le véhicule était surnommé « Cyclope » et « Handicapé », en allusion à l'état de santé de ses propriétaires.

>>> Six voitures soviétiques pour les conducteurs handicapés

Le design de cette voiture était loin d'être esthétique. Elle avait une carrosserie minuscule, deux roues arrière et une seule roue avant. Le phare solitaire de la voiture lui donnait une apparence un peu maladroite dans l'ensemble. En plus de cela, un auvent sous forme de bâche était utilisé en lieu et place des véritables portes métalliques et du toit.

Au lieu d'un volant, un guidon de moto était monté à l'intérieur de la voiture, permettant aux personnes qui avaient perdu leurs jambes de conduire le véhicule. Des modifications supplémentaires ont également été apportées pour les personnes qui n'avaient qu'une main droite ou gauche

Bien que l'apparence maladroite de ce véhicule provoquât parfois des sourires, les propriétaires étaient néanmoins considérés avec respect, car les gens comprenaient que les vétérans handicapés de la Seconde Guerre mondiale avaient sacrifié leur santé pour protéger le pays des nazis.

Malheureusement, le faible coût de production de ces voitures s'est également traduit par une mauvaise expérience de conduite. La voiture tombait souvent sur le côté en tournant parce que sa seule roue avant n'offrait pas un niveau de stabilité adéquat, surtout dans les virages serrés.

>>> Cinq faits sur ce monstrueux véhicule amphibie soviétique à huit roues

« Quand j'étais enfant, mon voisin en avait un. Je me souviens qu'on avait l'habitude de le pousser plusieurs fois pour démarrer. Souvent, nous le remettions sur ses roues. Le propriétaire était très corpulent et c'est peut-être la raison pour laquelle la voiture se renversait à chaque fois que ses roues arrière heurtaient un trou dans le sol », a déclaré un internaute, partageant ses souvenirs sur le véhicule. 

En plus du problème d'équilibre, la première version du véhicule avait également un moteur faible, ce qui lui fournissait une vitesse maximale de seulement 30 km/h. Par conséquent, gravir des pentes raides était une tâche ardue pour les Cyclopes.

En 1956, une version modernisée du véhicule a reçu un moteur plus puissant, ce qui a amélioré sa vitesse globale et ses caractéristiques dynamiques.

La production du Cyclope a cessé en 1958. Au cours de ses six années de production, il y eut au total 20 000 voitures produites. Étant donné que ce nombre est relativement faible, il est difficile de trouver un modèle qui serait parvenu jusqu’à nous, bien que des versions restaurées fassent parfois surface sur le marché.

Que sont devenus les invalides de la Seconde Guerre mondiale en URSS ? Trouvez la réponse dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies