Les trente meilleurs compositeurs russes de tous les temps

Global Look Press; Nina Zotina/Sputnik; Vaïno Kannisto/Wikipedia
De la musique classique du XIXe siècle, célèbre dans le monde entier, aux compositions soviétiques connues par leurs mélodies contemporaines et expérimentales - voici notre liste des génies musicaux russes à écouter absolument.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

30. Maxime Dounaïevski (né en 1945)

En tant que disciple d'Alfred Schnittke et diplômé du Conservatoire de Moscou, Dounaïevski aurait pu devenir un compositeur de musique classique, mais il a consacré sa vie à l'estrade et au théâtre dramatique. Il est d'abord devenu chef d'orchestre au théâtre académique national Vakhtangov, puis à la Maison de la musique de Moscou avant d'accepter le poste de directeur artistique de l'orchestre d'État de l'Estrade.

Dounaïevski a été l'auteur de partitions pour plus de 30 films d'animation et de fiction soviétiques et russes tels que D'Artagnan et les Trois Mousquetaires (1978) ou Mary Poppins, au revoir (1983) ainsi que de centaines de chansons populaires. Beaucoup de ses compositions sont toujours appréciées en Russie.

29. Konstantin Meladze (né en 1963)

Ce сompositeur d'origine géorgienne est une figure de proue de la scène contemporaine russe. Konstantin est le producteur de musique de son frère cadet, le célèbre chanteur Valery Meladze, et du groupe de filles populaire Via Gra. Son ex-soliste et épouse de Konstantin, Vera Brejneva, a été déclarée à plusieurs reprises par différents magazines femme la plus sexy et la plus belle de Russie.

Meladze a été également engagé dans la production de la version russe de l'émission X-factor, appelée La scène principale. Au cours de sa carrière il est apparu dans plusieurs spectacles et festivals et dans la comédie musicale Les Zazous (2008).

28. Maxime Fadeïev (né en 1968)

Fadeïev est d'abord devenu célèbre en tant que compositeur et arrangeur de la chanteuse russe Linda (Svetlana Gueïma). Avec elle, il a commencé sa carrière de producteur. Le deuxième projet de Maxime, qui lui a valu la renommée, était la chanteuse russe Glioukoza (Natalia Ionova). Tous ses vidéoclips ont été créés via le procédé de l'animation et personne ne pouvait deviner à qui appartenait la voix du personnage principal.

Une autre vague de gloire s'est abattue sur Fadeïev quand il est devenu producteur de l'émission musicale Fabrika Zvezd-2 (« Fabrique des étoiles »). Ce concours musical a donné naissance à de nombreux chanteurs pop russes, dont les hits ont ensuite été entendus par les auditeurs de tout le pays : Ioulia Savitcheva (représentante de la Russie à l’Eurovision 2004), Elena Temnikova (ex-soliste du groupe Serebro qui a pris part à l'Eurovision 2007) et Polina Gagarina (deuxième finaliste à l'Eurovision 2015).

27. Dmitri Kourliandski (né en 1976)

Kourliandski est l'un des chefs de file de la nouvelle génération de compositeurs russes. Il est co-fondateur de la première association professionnelle informelle de la Russie post-soviétique Resistance structurelle (StRes) qui a contribué à faire connaître la musique classique contemporaine non seulement à un cercle restreint de spécialistes, mais aussi au grand public.

Diplômé du Conservatoire de Moscou, il a été compositeur invité du programme de résidence allemand pour les artistes venus de tous les pays Berliner Künstlerprogramm 2008. Après avoir remporté plusieurs concours internationaux, il est devenu l’un des compositeurs vivants les plus renommés de Russie. De nombreux airs qu'il a écrit ont été commandés et joués pour la première fois en Europe, notamment l’opéra Astéroïde 62, qui a été mis en scène en 2013, à Graz, par la réalisatrice Barbara Bayer.

26. Sergueï Nevski (né en 1972)

Nevski est l'une des figures de proue de la scène musicale moscovite et co-auteur du manifeste du groupe de compositeurs StRes. C’est un fin connaisseur de la musique ancienne et contemporaine qui travaille comme enseignant en Russie et à l'étranger.

Nevski participe régulièrement à des festivals internationaux et sa musique est interprétée par des ensembles et des orchestres de renommée mondiale. C'est lui qui a créé des compositions musicales pour les spectacles du célèbre réalisateur russe Kirill Serebrennikov au Centre Gogol, ainsi que de nombreuses symphonies et opéras. Son œuvre la plus connue en Europe est l'opéra L'Atlas qui a été présenté au public à la Triennale de la Ruhr. Elle contient des paroles écrites par les enfants autistes et cherche à examiner les problèmes de communication entre les gens.

25. Anton Batagov (né en 1965)

Batagov suit la tendance du post-minimalisme américain sur la scène russe. Il n'a aucune formation musicale formelle, ce qui ne l'a pas empêché de devenir lauréat du Concours international Tchaïkovski. En tant que pianiste, il a été l'un des premiers à interpréter des œuvres post-avant-gardistes en Russie.

Ses propres compositions peuvent être entendues à l'étranger, par exemple, interprétées par le Philip Glass Ensemble ou l'ensemble Bang on a Can.

Batagov s'oppose à la complexité de la musique contemporaine et à la division des styles en genres bas et hauts. Ses compositions sont aussi bien influencées par la musique rock que la tradition académique, de Jean-Sébastien Bach à Sergueï Rachmaninov.

24. Yan Frenkel (1920-1989)

Frenkel est devenu populaire en URSS après avoir enregistré la chanson Les Grues, qui était dédiée à toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale. Interprétée par le célèbre chanteur Mark Bernes, cette ballade touchante a conquis le cœur de millions d'auditeurs. Après un tel succès, Frenkel est devenu un auteur-compositeur reconnu dans le pays et il a commencé à écrire ses propres chansons.

Ses œuvres ont été incluses dans les répertoires de chanteurs soviétiques tels que Yossif Kobzon, Anna Guerman et Lioudmila Zykina. Il a composé de la musique pour plusieurs films et est même apparu dans certains d'entre eux en tant qu'acteur.

23. David Toukhmanov (né en 1940)

La mère de Toukhmanov était compositrice, par conséquent, il a baigné dans le monde des mélodies depuis son enfance. Protégé de la grande pianiste et professeur de musique Elena Gnessine, il est diplômé de la prestigieuse école de musique fondée par son mentor.

Au cours de son service militaire, il a eu l'honneur de diriger le légendaire ensemble Alexandrov de l'Armée rouge. Toukhmanov a également travaillé comme arrangeur et compositeur - il est l'auteur de chansons patriotiques populaires dans le pays comme Mon adresse Union soviétique et Jour de la Victoire.

22. Igor Matvienko (né en 1960)

Cet homme a сomposé la musique de toutes les chansons du groupe préféré de Vladimir Poutine, Lioubè, qui glorifie la beauté du pays et raconte le sort des participants à la guerre.

Un autre projet de Matvienko, le groupe Ivanouchki International, a été extrêmement populaire en Russie dans les années 1990 et 2000. De plus, la musique de ce compositeur a été entendue dans le monde entier lors de la cérémonie d'ouverture et de clôture des Jeux olympiques de Sotchi 2014.

21. Tikhon Khrennikov (1913-2007)

Khrennikov a été président du Сonseil d'administration de l'Union des compositeurs soviétiques pendant 43 ans, de 1948 à 1991. Cela veut dire que c'est à lui qu’incombait la tâche consistant à décider quelle chanson serait entendue dans le grand pays et laquelle serait jetée aux oubliettes.

Malgré le sombre rôle qu'il a dû jouer dans la vie culturelle de l'URSS par la volonté du destin, Khrennikov était lui-même un grand compositeur, qui a écrit huit opéras et cinq ballets et la musique de plus de trente films et spectacles. Dans son œuvre, il suivait la ligne du Parti communiste et pensait que les mélodies devaient être compréhensibles pour tous les citoyens de l'Union soviétique, ce qui signifiait qu'il s'opposait à toute tentative de rendre la musique plus sophistiquée et pleine d'émotions.

20. Igor Kroutoï (né en 1954)

En russe, « kroutoï » signifie « cool » ou « génial » et le nom de ce musicien lui va comme un gant, car il s'agit du producteur de musique le plus connu en Russie. Il travaille avec des chanteurs russes de premier plan tels que Philipp Kirkorov, Alla Pougatchiova, Irina Allegrova et Valeri Leontiev à la fois en tant que compositeur et auteur-compositeur. Lors des concerts, il les accompagne au piano ou même joue ses propres œuvres sans paroles ; parfois, il chante.

De plus, Igor promeut les jeunes talents, en organisant des festivals et concours internationaux aussi importants que Novaïa Volna (Nouvelle Vague), grâce auquel, par exemple, le monde a découvert les lauréats russes de l'Eurovision Sergueï Lazarev et Polina Gagarina. Kroutoï a également contribué à l'émission Fabrika Zvezd-4 (Fabrique des étoiles) et au concours-festival Pesni Goda (Chansons de l'Année).

19. Alexandra Pakhmoutova (née en 1929)

La seule femme de notre liste est cette grande compositrice contemporaine, auteur de plus de 400 chansons, qui a commencé à créer ses premières œuvres musicales à l'âge de cinq ans ! Les chansons de Pakhmoutova étaient très populaires en URSS et aujourd'hui presque tous les habitants du pays les connaissent.

Elle doit une grande partie de son succès à son mari, le poète Nikolaï Dobronravov, qui a écrit les paroles de la plupart de ses compositions. Cependant, Pakhmoutova a également utilisé dans son œuvre la poésie d'autres auteurs, tels que Sergueï Essenine, Andreï Voznessenski, Iouri Vizbor et Nikolaï Zabolotski.

Belovejskaïa Pouchtcha, Et la lutte continue, Tendresse... Si vous aimez le cinéma soviétique, vous connaissez probablement les « tubes » de cette musicienne. Interprétés par de merveilleux chanteurs tels que Yossif Kobzon, Mouslim Magomaïev et Lev Lechtchenko, ils ont conquis les cœurs de nombreux auditeurs.

18. Ilya Demoutski (né en 1983)

Ce Russe a reçu en 2016 le prix du Meilleur compositeur de l'Académie européenne du cinéma (European Film Academy), et c'est loin d'être sa seule récompense. Diplômé du Conservatoire de musique de San Francisco, Demoutski est engagé dans la création des bandes originales de documentaires et a même composé plusieurs œuvres musicales de nature politique pour soutenir le groupe de punk rock féministe Pussy Riot et les homosexuels.

Il coopère activement avec le réalisateur Kirill Serebrennikov, composant de la musique pour ses représentations théâtrales et ses films. Ensemble, ils ont travaillé sur le ballet à succès Un héros de notre temps (2014) et le scandaleux ballet Noureïev (2017) pour le théâtre Bolchoï de Moscou.

17. Alexeï Aïgui (né 1971)

Aïgui est l'auteur de la musique de 50 films russes. Ses compositions ont remporté plusieurs prix de la meilleure bande originale. Il est le fondateur et leader de l'ensemble musical 4'33 nommé d'après la pièce minimaliste du compositeur américain John Cage. 4'33 se produit fréquemment avec des orchestres et réalise souvent des tournées en Russie et en Europe.

Passionné par la musique expérimentale, il sait jouer de plusieurs instruments, parfois insolites. Par exemple, pour une exposition moscovite consacrée aux machines à écrire, il a composé une mélodie à partir des sons de leurs touches. Aïgui a également organisé un concert spécial entièrement dédié à l'œuvre du compositeur expérimental russe Sergueï Kouriokhine.

16. Alexandre Glazounov (1865-1936)

Élève de Nikolaï Rimski-Korsakov, Glazounov a commencé à composer à l'âge de 11 ans. À 17 ans, il a écrit sa première symphonie, qui a été jouée en Europe où elle a remporté un franc succès. Glazounov était le successeur des traditions du Groupe des Cinq, grands maîtres russes de la musique classique, qui considéraient l'incarnation de l'idée nationale russe dans la musique comme le but de leur art. Avec son mentor Rimski-Korsakov, Glazounov a terminé l'opéra Prince Igor et la Troisième Symphonie d'Alexandre Borodine, qui restaient inachevées après la mort de ce dernier.

Glazounov n'était pas seulement un compositeur talentueux, mais aussi un professeur de musique dévoué, qui est finalement devenu recteur du Conservatoire de Saint-Pétersbourg. À ce poste, il a mené de nombreuses réformes, par exemple, c'est lui qui a créé l'orchestre d'étudiants. Glazounov était l'un des rares représentants de l'intelligentsia à avoir réussi à trouver un terrain d'entente avec le régime bolchevique après la Révolution de 1917. Mais en 1928, il a été invité à travailler à Vienne et a décidé de ne pas retourner en Union soviétique par la suite.

15. Alexandre Alexandrov (1883-1946)

Cet homme a eu le grand honneur d'être l'auteur de l'hymne de l'URSS. Après l'effondrement de ce grand pays, la même musique accompagnée de paroles différentes a été choisie comme hymne de la Russie.

Alexandrov a commencé sa carrière musicale en tant que chanteur, mais grâce à son talent, il a ensuite pris la direction du chœur de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Il a mis en scène plusieurs opéras tout en réalisant simultanément le travail de metteur en scène, chef d'orchestre, chef de chœur et soliste.

Plus tard, Alexandrov a organisé le chœur de l'Armée rouge, qui porte aujourd'hui son nom. Il est devenu l'un des ensembles russes les plus célèbres sur la scène mondiale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Alexandrov a également écrit plusieurs chansons patriotiques, qui restent très connues en Russie.

14. Aram Khatchatourian (1903-1978)

Pour décrire la popularité de ce compositeur soviétique dans le monde, il suffit de mentionner une histoire qui s'est produite lors d’une tournée en Espagne. Fervent admirateur de Salvador Dali, Khatchatourian a été invité à une réception dans son palais, mais le peintre était en retard. L'auteur de la Danse du sabre a dû attendre plusieurs heures avant que la porte ne s'ouvre soudainement et que Dali n'apparaisse devant lui... complètement nu. Et tout cela accompagné des sons de la composition la plus célèbre de Khatchatourian !

Сompositeur de nombreux ballets, symphonies et concerts, ce musicien a également créé l'hymne de la République arménienne soviétique. En outre, il a écrit de la musique pour des films et, pendant la Grande Guerre patriotique, il a travaillé à la radio, créant des chansons et des marches patriotiques.

13. Rodion Chtchedrine (né en 1932)

Amour de la vie de la célèbre danseuse de ballet Maïa Plissetskaïa, Chtchedrine a composé la musique de ballets aussi magnifiques que Carmen Suites (une interprétation de l'opéra Carmen de Georges Bizet), Anna Karénine et bien d'autres, qui ont été mis en scène au théâtre du Bolchoï. Bien sûr, Plissetskaïa a obtenu les rôles principaux dans chacun d'eux.

Chtchedrine a également écrit plusieurs opéras, concertos et partitions musicales. Doté de l’oreille absolue, il pouvait apprendre une musique par cœur dès la première écoute. Son père était compositeur et violoniste, il a donc été plongé dans le monde de la musique dès son plus jeune âge. Chtchedrine était membre de l'Union des compositeurs de l'URSS, où il a travaillé côte à côte avec un autre génie musical, Dmitri Chostakovitch.

12. Alfred Schnittke (1934–1998)

Ce compositeur est issu d'une famille juive et le russe était sa deuxième langue. Le premier instrument de musique dont il a appris à jouer était l'orgue à bouche. Dans son œuvre, Schnittke a réalisé une synthèse de nombreux styles musicaux différents. Ses admirateurs admiraient le fait qu'il puisse, par exemple, inclure une guitare électrique dans ses compositions orchestrales.

Le génie lui-même a affirmé qu'il ne composait pas de musique, mais qu'il écrivait simplement ce qui lui venait d'en haut. Comme de nombreux compositeurs du XXe siècle, il a travaillé sur les bandes originales de films et même de dessins animés. Il a passé les dernières années de sa vie en Allemagne, à Hambourg.

11. Alexandre Scriabine (1871-1915)

Scriabine accordait peu d'importance aux traditions et aux limites. Par conséquent, le public le qualifie parfois d'innovateur mais aussi d'excentrique - parfois même de fou. 

Le fait est que ce compositeur a essayé de relier la tonalité musicale et les couleurs et était sûr que cette forme d'art pouvait changer le monde. Par exemple, il a créé une composition qui, selon son plan, pourrait provoquer l'apocalypse.

Scriabine a réalisé de nombreuses tournées et s’est également imposé comme un pianiste talentueux, mais est décédé subitement d'une infection du sang à l'âge de 43 ans.

10. Sergueï Prokofiev (1891–1953)

Prokofiev a écrit la musique de ses premiers opéras alors qu'il n'avait que 9 ou 10 ans. Il est ensuite devenu célèbre pour son innovation musicale et a acquis une renommée internationale. Il a composé la partition musicale du film Alexandre Nevski réalisé par le génie du cinéma soviétique Sergueï Eisenstein.

Certaines sources affirment que dans les années 1930, alors que Prokofiev vivait encore en Union soviétique (bien qu'il ait activement réalisé des tournées à l'étranger), un studio hollywoodien lui a offert un contrat à plein temps, en vertu duquel le compositeur recevrait 25 000 dollars par semaine. Néanmoins, Prokofiev est retourné à Moscou « à sa musique et à ses enfants ».

Le compositeur est mort le même jour que Staline et sa disparition est passée presque inaperçue dans le pays plongé dans le deuil du dictateur soviétique.

Des samples du ballet de Prokofiev Roméo et Juliette ont été utilisés par Robbie Williams dans sa chanson à succès Party like a Russian.

9. Gueorgui Sviridov (1915-1998)

Il arrive souvent que les mélodies deviennent populaires, même si presque personne ne connaît leur auteur et leur nom. La suite Temps, en avant ! de ce compositeur est familière à tous ceux qui sont nés en URSS ou qui vivent en Russie. Cette musique pouvait être entendue dans des films de propagande soviétique et en guise d'introduction aux bulletins d’information de la principale chaîne de télévision du pays.

Le premier instrument de musique que Sviridov a pris entre ses mains était une balalaïka. Sa famille a déménagé à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) où il a commencé à étudier le piano puis a obtenu un diplôme du conservatoire en tant qu'élève de Dmitri Chostakovitch. Les premières œuvres composées par cet auteur étaient sur les vers d'Alexandre Pouchkine. Plus tard, il a écrit la musique du film La Tempête de neige basé sur la nouvelle du même nom de cet écrivain russe.

8. Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908)

Rimski-Korsakov était l'un des professeurs de musique les plus respectés et les plus talentueux du XIXe siècle. Diplômé du Corps des cadets de la Marine de l'Empire russe, il a fini par consacrer toute sa vie à la musique. Ce génie musical a apporté une énorme contribution à la musique classique russe, ayant composé 15 opéras, dont presque chacun était dédié à des épisodes de l'histoire russe ou à des contes de fées. Affichant un grand intérêt pour le folklore, Rimski-Korsakov l'a utilisé dans ses œuvres.

Sa vie a été étroitement liée au Conservatoire de Saint-Pétersbourg, qui porte désormais son nom. Il a nié la nécessité d’une formation formelle pour ceux qui enseignent la musique. Rimski-Korsakov considérait que sa tâche principale consistait uniquement à combler les lacunes dans les connaissances des étudiants. « En tant qu'éducateur, j'espère que mon aide deviendra inutile », a-t-il déclaré. Parmi ses élèves figurait un jeune homme du nom de Prokofiev...

7. Alexandre Borodine (1833-1887)

Borodine a écrit l'un des meilleurs opéras russes Le Prince Igor. Avec Nikolaï Rimski-Korsakov, Modeste Moussorgski, César Cui et Mili Balakirev, il était membre du cercle légendaire de compositeurs russes appelé le Groupe des Cinq.

Étonnamment, Borodine n'avait pas non plus de formation musicale : il était diplômé de l'Académie médicale et chirurgicale de Saint-Pétersbourg. Borodine était connu dans l'Empire russe de cette époque non seulement en tant que compositeur, mais aussi en tant que chimiste. Parmi ses amis figuraient de nombreux scientifiques russes, par exemple, Dmitri Mendeleïev, l'auteur de la classification périodique des éléments.

6. Igor Stravinsky (1882-1971)

L'œuvre de ce compositeur russe a anticipé l'émergence du néoclassicisme au XXe siècle. Ses nombreuses tournées, sa réticence à se répéter et sa capacité à écrire dans de nombreux genres musicaux distinguent Stravinsky des autres génies russes.

C’était un compositeur, un pianiste, un chef d'orchestre et un patriote. Bien que ce musicien ait passé près de 57 ans de sa vie à l'étranger, toutes ses œuvres reflétaient ses racines russes.

Selon les rumeurs, il a eu une liaison avec Coco Chanel, et un film a même été tourné à ce sujet.

Stravinsky a écrit son dernier chef-d'œuvre, Requiem Canticles, à l'âge de 85 ans. Il est décédé des suites d'une insuffisance cardiaque.

5. Sergueï Rachmaninov (1873-1943)

Rachmaninov était un pianiste et chef d'orchestre de renommée mondiale, souvent appelé « le plus russe des compositeurs », bien qu'il ait vécu 26 ans à l'étranger. Né dans une famille noble, il a étudié pendant plusieurs années auprès de Tchaïkovski. Il a écrit son premier opéra à l'âge de 19 ans et de nombreuses autres œuvres ont suivi. Après la révolution de 1917, Rachmaninov a déménagé aux États-Unis, où il est resté jusqu'à la fin de sa vie.

Il affirmait être « 85% musicien et seulement 15% humain ». Ses célèbres grandes mains pouvaient s'étendre sur une octave et demie sur les touches d’un piano. Les gens disaient souvent qu'il avait un cœur en or - pendant la Seconde Guerre mondiale, il a personnellement financé la construction d'un avion pour les forces soviétiques.

4. Modeste Moussorgski (1839–1881)

On sait que Moussorgski voulait faire carrière dans l'armée, mais il chantait et jouait du piano si bien qu'il a finalement décidé de lier sa vie à la musique. Toutes ses compositions ne sont pas achevées car il préférait écrire les partitions « d'une traite », sans sans versions provisoires. Beaucoup de ses œuvres - y compris l'opéra La Khovanchtchina - ont ensuite été retravaillées par d'autres compositeurs, dont son ami Rimski-Korsakov.

L'imprésario du ballet Serge de Diaghilev a écrit dans ses mémoires que Moussorgski était rarement pris au sérieux en tant que compositeur de son vivant. Il a souvent travaillé à l'opéra en tant que pianiste de répétition, recevant 25 roubles pour ses performances. Les critiques de théâtre n'étaient pas enthousiasmés par sa musique, et ils n'ont reconnu son grand talent qu'après sa mort.

3. Dmitri Chostakovitch (1906-1975)

Chostakovitch est un compositeur légendaire de l'époque soviétique dont les œuvres continuent à figurer parmi les plus jouées au monde. Enfant, il assistait aux discours publics de Lénine. Après la mort de son père, il a fait vivre sa famille en tant que pianiste en accompagnant des projections de films muets. Ses relations avec le septième art se sont poursuivies et il est devenu l'auteur des bandes originales pour plus de 20 films soviétiques.

La gloire lui est venue à l'âge de 21 ans, lorsque sa première symphonie a été jouée en Allemagne et aux États-Unis. Il a lutté contre la censure soviétique tout au long de sa vie et c'est peut-être la raison pour laquelle, comme ses contemporains l'ont dit, il n'a presque jamais été vu en train de sourire. Pendant le terrible siège de Leningrad, Chostakovitch a composé sa célèbre Symphonie n°7, qui a été interprétée par la philharmonie locale et a été écoutée non seulement par les habitants de la ville, mais aussi dans le monde entier.

2. Piotr Tchaïkovski (1840–1893)

Personne n'a probablement eu une influence aussi grande sur la culture russe que Tchaïkovski, qui a écrit la musique d’opéras et de ballets figurant parmi les plus connus au monde.

Ce génie est né dans la famille d'un ingénieur qui travaillait dans une usine métallurgique provinciale. Plus tard, il a déménagé à Saint-Pétersbourg où il est entré à l'École impériale de jurisprudence. La musique n'était qu'un passe-temps pour lui pendant de nombreuses années, mais il a finalement quitté son service au ministère de la Justice pour se consacrer entièrement à elle.

1. Mikhaïl Glinka (1804–1857)

Glinka occupe une place particulière parmi tous les compositeurs mentionnés ci-dessus, car c'est lui qui est généralement qualifié de « père fondateur » de l'école russe de musique classique. Il a étudié la musique dès l'âge de 10 ans et s'est fait connaître assez tôt comme pianiste et chanteur à la voix angélique. Cependant, sa renommée de compositeur ne lui est venue qu'après trente ans.

L'opéra de Glinka Rouslan et Lioudmila a été critiqué dans son pays d'origine, mais a été très apprécié par les auditeurs européens. Aujourd'hui, сe chef-d'œuvre continue d'enthousiasmer les metteurs en scène russes. Lorsque le théâtre Bolchoï a rouvert après sa reconstruction en 2011, cet opéra de Glinka a été présenté au public sur la scène principale dans une interprétation provocante.

La Chanson patriotique de Glinka était l'hymne de la Russie de 1990 à 2000.

Dans cette publication découvrez cent films les plus cultes de Russie et d'URSS.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies