Dix chefs-d’œuvre d'adaptation cinématographique russo-soviétiques inspirés de romans européens

Certaines adaptations russes et soviétiques d’incontournables monuments de la littérature européenne ont été si extraordinaires qu’elles ont été considérées comme meilleures que les œuvres originales.

D’Artagnan et les Trois Mousquetaires (1978)

Les cinéastes soviétiques ne pouvaient rester indifférents aux légendaires aventures des mousquetaires du roi français et à leur conflit avec le cardinal de Richelieu. Du roman d’Alexandre Dumas père est ainsi née une adaptation soviétique sous forme de mini-série musicale en trois épisodes. Tout enfant ayant grandi en URSS connait cette œuvre de Gueorgui Youngvald-Khilkevitch.

À la recherche du capitaine Grant (1986)

Basée sur l’œuvre de Jules Verne Les Enfants du capitaine Grant, cette série soviéto-bulgare suit un groupe de personnages en quête d’aventures qui partent à la recherche du disparu capitaine Grant, que tout le monde pense mort.

Lire aussi : Ces films légendaires russes à regarder à tout prix

La Dame de Monsoreau (1997)

Contrairement à l’Union soviétique, la Russie contemporaine ne peut se targuer de réaliser de nombreuses adaptations de classiques littéraires étrangers. Il en existe cependant quelques-unes s’élevant au rang de chefs-d’œuvre, telles que cette série basée sur le roman d’Alexandre Dumas, qui est considérée comme la meilleure série jamais produite en Russie post-soviétique.

Théâtre (1978)

L’une des meilleures adaptations du roman de William Somerset Maugham La Comédienne a été jouée par des acteurs lettons soviétiques aux studios de cinéma de Riga. Y est narrée l’histoire d’une comédienne à succès entretenant une relation avec un jeune clerc, Tom Fennel. Soudainement, elle réalise que sa vie bien établie est susceptible de s’effondrer d’un moment à l’autre en raison de son imprudente attitude.

Hamlet (1964)

L’adaptation soviétique de la tragédie immortelle de Shakespeare a été particulièrement bien accueillie à l’étranger, remportant notamment le prix Spécial du Jury à la Mostra de Venise lors de sa sortie.

Lire aussi : Comment les réalisateurs soviétiques ont bouleversé le septième art

Dix petits nègres (1987)

Contrairement à la plupart des adaptations de ce roman policier d’Agatha Christie, celle réalisée en URSS reste du début à la fin fidèle à la sinistre intrigue initiale. Dix personnes ne se connaissant pas débarquent sur une île isolée, mais il apparaît rapidement que personne n’en repartira vivant.

Les Aventures de Sherlock Holmes et du docteur Watson (1979-1986)

L’adaptation soviétique du roman de Sir Conan Doyle portant sur l’incontournable détective occupe une place à part parmi les nombreux films s’en inspirant. Elle a en effet été chaleureusement louée tant en URSS qu’au Royaume-Uni et les critiques britanniques ont notamment souligné le soin et le respect des Soviétiques à l’égard de l’œuvre originale. En 2006, l’acteur Vassili Livanov est par ailleurs devenu membre honoraire de l’Ordre de l’Empire britannique pour sa splendide interprétation de Sherlock Holmes.

Ce même Münchausen (1980)

Ce film est partiellement basé sur les contes de Rudolph Erich Raspe à propos du Baron Münchausen, qui traverse d’incroyables péripéties. Même si les événements se déroulent au XVIIIe siècle dans la ville allemande de Hanovre, cette œuvre cinématographique a été considérée comme sarcastique à l’égard de la période de stagnation soviétique durant les années 1970.

Lire aussi : Top 7 des films russes qui ont conquis le cœur (et le portefeuille) des spectateurs

Solaris (1972)

L’adaptation d’Andreï Tarkovski de l’œuvre de l’écrivain polonais de science-fiction Stanislas Lem, est considérée comme l’un des plus grands films de SF de l’histoire du cinéma. Un psychologue arrive dans une station spatiale en orbite autour d’une planète appelée Solaris, et constate que l’équipage souffre de troubles mentaux. Leurs souvenirs et obsessions refoulés refont en quelque sort surface, les torturant perpétuellement.

Trois hommes dans un bateau, sans compter le chien (1979)

Dans cette comédie musicale inspirée du roman de Jerome K. Jerome, trois amis sont las de leur routine ennuyeuse et entreprennent une virée en bateau sur la Tamise, mais sont confrontés à d’inattendues aventures.

Dans cette autre publication, retrouvez les vingt-cinq œuvres les plus cultes du cinéma russe et soviétique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies