Les endroits les plus EXTRÊMES de Russie

Legion Media
En séjournant en Russie, vous vous rendez vite compte que le pays va souvent au-delà de ce à quoi vous vous attendiez. C'est particulièrement vrai de sa géographie : au moment où l'on pense que le pays a atteint ses limites, il va un peu plus loin... Voici huit endroits en Russie qui vous permettront de vraiment pousser la vie à l'extrême!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le plus septentrional : Dikson

L'endroit situé au-dessus du cercle polaire arctique le plus éloigné où les Russes ont élu domicile n'est pas la ville de Mourmansk, ni même l'ancienne ville minière enneigée de Norilsk. Plus au nord que l'un ou l'autre de ces endroits, au bord de la péninsule de Taïmyr dans l'extrême nord de la Russie, se trouve le village portuaire de Dikson sur la mer de Kara.

Alors que l'observatoire géophysique de l'Union soviétique n'est plus, environ 600 personnes vivent encore dans l'une des colonies les plus reculées de la planète, où le soleil tombe sous l'horizon pendant 82 jours d’affilée chaque hiver. Dikson reste une ville fermée : vous ne pouvez pas la visiter sans obtenir une autorisation du ministère russe de la Défense.

Cependant, le village le plus septentrional où vous pouvez voyager librement est Syndassko, également dans le territoire de Krasnoïarsk, plus à l'ouest sur la péninsule de Taïmyr.

>>> Dix faits sur le village le plus septentrional de Russie

Le plus méridional : Kourouch

Une mention du sud de la Russie pourrait faire penser aux terres des Cosaques autour de Rostov-sur-le-Don, ou aux étendues sauvages de Khakassie, de l'Altaï ou du Touva. Mais la Russie s’étend beaucoup plus au sud que cela - jusqu'à la république ensoleillée du Daghestan.

Tout au sud de la république, au sommet du mont Bazardiouziou, se trouve le village de Kourouch - le dernier lieu russe avant que l'Azerbaïdjan ne commence de l'autre côté de la montagne.

Kourouch n'est pas seulement célèbre en tant que municipalité la plus méridionale de la Russie : à plus de 2 500 mètres d'altitude, ses habitants, une communauté de 800 Lezghiens (historiquement connus sous le nom d'Albanais du Caucase, majoritairement des musulmans sunnites qui parlent la langue lezghienne), constituent le village habité le plus élevé de toute l'Europe.

Le plus oriental : Ouelen

Les récits liés au Transsibérien pourraient pousser à croire le contraire, mais la Russie continue bien après Vladivostok. On trouve une immense étendue de territoire encore plus à l'est, y compris l'île volcanique de Sakhaline et la péninsule de Tchoukotka (nord-est).

Tout au bout du District autonome de Tchoukotka (c’est son nom officiel), au-delà même de la ville d'Anadyr sur les rives de la mer de Béring, se trouve l'endroit le plus à l'est de la Russie : une colonie appelée Ouelen. Ce village est situé à moins de 100 kilomètres des États-Unis : la ville de Wales en Alaska se trouve juste en face de l'étroit détroit de Béring.

L'emplacement est si extrême que ses 700 habitants, des représentants des peuples sibériens Tchouktches et Yupiks, vivent en fait dans l'hémisphère occidental. La ligne internationale de changement de date les contourne pour les maintenir dans un fuseau horaire russe.

>>> Ces lieux de Russie où la vie est des plus rudes

Le plus occidental : Baltiisk

Pas difficile de deviner que le point le plus occidental de la Russie se trouve dans l'enclave baltique de Kaliningrad. Mais peut-être serez-vous surpris d'apprendre que ce territoire russe s'étend plus à l'ouest que Varsovie ou Athènes. Le port maritime de Baltiisk, anciennement ville prussienne de Pillau, a été pris à l'Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. Devenu une base importante pour la flotte baltique de la marine soviétique et russe, il constitue un point d'arrêt pour les ferries voyageant entre Saint-Pétersbourg et d'autres villes européennes.

Le plus élevé : le mont Elbrouz

Se dressant dans la république de Kabardino-Balkarie dans le Caucase du Nord, le sommet occidental du mont Elbrouz est le plus haut lieu de Russie. À 5 642 mètres, c'est aussi la plus haute montagne d'Europe, soit 850 mètres de plus que le mont Blanc en France.

L'Elbrouz est si haut que depuis son sommet, on peut contempler la Géorgie voisine, à quelques kilomètres au sud. Il n’est pas facile de monter au sommet : plusieurs sources minérales parcourant ses pentes, il faudra esquiver les nuages ​​de gaz sulfureux qui s'échappent de sa face orientale, qui rappellent que l'Elbrouz est un volcan endormi.

Le plus bas : mer Caspienne

La Russie nous surprendra toujours, et particulièrement avec sa géographie. Comment se fait-il qu’alors que vous vous trouvez sur les rives de la mer Caspienne - disons dans les villes du Daghestan de Derbent ou de Makhatchkala - vous soyez en réalité à près de 30 mètres en-dessous du niveau de la mer ? La réponse est que la mer Caspienne n'est pas une mer, mais le plus grand lac du monde. En tant que tel, ses niveaux sont beaucoup plus bas que ceux de l'océan.

La partie de la mer Caspienne qui se trouve dans le sud de la Russie est en fait l'un de ses points les plus élevés : de l'autre côté de l'eau, au Kazakhstan, la terre tombe encore plus bas sous le niveau de la mer.

>>> Lorsque la Russie devient le pays des superlatifs

Le plus chaud : Yachkoul

Si Yachkoul peut se targuer des températures les plus chaudes de Russie, on n’y trouve pas beaucoup de commerce de pastèques, de serviettes de plage ou de cocktails et il y a toujours beaucoup de chambres disponibles en août. C'est parce que Yachkoul n'est pas une station balnéaire glamour près de Sotchi, mais une ville endormie de la république de Kalmoukie.

La chaleur intense est due à l’air chaud qui souffle chaque été en Kalmoukie depuis les steppes du sud de la Russie. Yachkoul a enregistré la température la plus élevée jamais relevée en Russie (44,4°C), ainsi que la température moyenne la plus élevée du pays pour un mois de juillet (26°C). Et non, ces chiffres ne devraient pas porter un signe « moins » devant…

Le plus froid : Oïmiakon

Pas difficile de deviner que la ville la plus froide de Russie est aussi la ville la plus froide du monde. Le district d’Oïmiakon, à deux jours de route à l'est de Iakoutsk, dans la vaste république de Sakha, est célèbre - ou devrait-on dire tristement célèbre ? - comme l'endroit habité le plus glacial de la planète.

La température moyenne ici est de -58°C en hiver - ce qui n'est rien comparé aux -90°C qui ont été enregistrés un jour de février 1933.

Il fait si froid à Oïmiakon que les 800 habitants de la ville font tourner leurs voitures 24 heures sur 24 pour les empêcher de geler. N'ayant aucune chance de faire pousser quoi que ce soit, les habitants survivent grâce à la viande de renne et à un plat à base de poisson cru congelé appelé stroganina.

Jonathan Campion écrit sur la Russie sur son blog.

Dans cette publication, découvrez cent plus beaux lieux de Russie en images.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies