Œufs durs et fuseaux horaires: comment les trains russes ont-ils surpris les supporters du Mondial?

Getty Images
Noms de villes portant à confusion, ahurissantes heures d’arrivée et de départ, ou encore wagons étouffants emplis de fortes odeurs de nourriture, prendre le train pour de longs trajets en Russie n’est pas une expérience réservée aux petites natures. Néanmoins, elle est souvent synonyme de souvenirs inoubliables.

La compagnie des chemins de fer de Russie a mis sur les rails plus de 720 trains supplémentaires destinés aux supporters de la Coupe du Monde voyageant entre les villes hôtes du tournoi. Bien qu’ils soient confortables, avec des compartiments séparés, certains fans ont décidé d’acheter des billets pour des trains ordinaires, et beaucoup ont même opté pour les wagons de troisième classe, les fameux platzkarts. Mais au final, peu importe le modèle sélectionné, prendre le train en Russie n’est jamais ennuyeux !
Voici donc certains des témoignages les plus évocateurs et révélateurs, prouvant que les amateurs de ballons ronds venus des quatre coins de la planète à l’occasion du Mondial ne sont pas prêts d’oublier cette expérience.

Lire aussi : Les trains de nuit en Russie, un voyage dépaysant à part entière

Un journaliste sportif du New York Times a ainsi été surpris par ses co-passagers lors de son périple entre Ekaterinbourg et Samara. Ils ont en effet commencé à déguster des œufs durs ainsi que des concombres marinés et lui en ont même proposé, étant donné qu’il n’avait apporté qu’un paquet de gaufres. Étonné, il a confié qu’il ne pourrait s’attendre à un tel traitement à bord d’un train britannique.

Racha, originaire d’Égypte, a quant à elle voyagé jusqu’à Volgograd en platzkart et a trouvé cela particulièrement amusant.

« Que fait-on dans les trains russes longue distance ? On s’adonne à des jeux d’alcool et on trinque toutes les 5 minutes pour une raison différente… », commente-t-elle sur Instagram, ajoutant le hashtag #générositérusse.

Le Mexicain Mario a, de son côté, été quelque peu troublé par le fait que les heures de départ et d’arrivée des trains sont toujours indiquées selon le fuseau de Moscou, même si vous vous trouvez à Vladivostok !

Lire aussi : Le charme des trains de nuit russes: camarades de fortune, thé chaud et conversations à cœur ouvert

« Tous les trains russes utilisent l’heure de Moscou pour les horaires d’arrivée et de départ… Je crois que la Russie a 11 fuseaux horaires… Donc si vous êtes dans un autre fuseau que celui de Moscou, vous avez à vous régler sur celui de Moscou car votre train suit ces horaires ».

« La dernière fois que j’ai été dans un train russe, je travaillais dessus il y a 20 ans. Beaucoup de choses ont changé, et beaucoup d’autres non. C’est une expérience… Nous allons juste faire un tour au bar pour boire un coup, avions-nous dit… Peut-être l’une des nuits les plus drôles que j’ai expérimentées dans ma vie », a également partagé un supporter australien.

Voici comment d’autres supporters ont passé le temps durant leur trajet. Avec une telle ambiance, les centaines de kilomètres ont dû défiler à toute vitesse !

Lire aussi : Journal d’une 3ème classe: de Moscou à Vladivostok en train

Des fans de Colombie ayant rejoint Kazan depuis Moscou dans un train de nuit se sont montrés tout aussi enthousiastes.

« C’est une super expérience de voyage. En Colombie il n’y a pas de trains comme ici. Là-bas ils sont uniquement pour les besoins de l’industrie, pour le transport de quelque chose, de carburant par exemple. Pas pour les personnes. Et ce train est parfait, confortable », a assuré l’un d’eux à un média local.

Un journaliste japonais couvrant la Coupe du Monde a déclaré sur Twitter qu’il avait pris un train standard vers Moscou depuis Ekaterinbourg, et qu’un homme âgé l’avait stupéfait en l’interrogeant au sujet de l’influence sur le Japon de la restauration de Meiji (réformes du XIXe siècle). Il a aussi fait la rencontre de jeunes soldats russes.

Lire aussi : Dix raisons de ne jamais vous rendre en Russie

Malheureusement, tout le monde n’a pas eu l’opportunité d’apprécier un paisible voyage sur les chemins de fers russes. Par exemple, deux supporters argentins se sont trompés de train et sont arrivés à Novgorod, au lieu de Nijni Novgorod, une ville hôte de la Coupe du Monde. Mais des locaux rencontrés dans un bar leur ont expliqué qu’il existait en réalité deux Novgorod, et les ont aidés à louer un appartement. Cette mésaventure n’a cependant pas été la fin de leurs malheurs, puisque ce soir-là leur équipe nationale a été écrasée par la Croatie, 3-0.

Des anecdotes à raconter, les supporters étrangers n’en manqueront pas à l’issue de la Coupe du Monde en Russie. Retrouvez dans cet autre article certaines des plus hilarantes de toutes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies