Journal d’une 3ème classe: de Moscou à Vladivostok en train

CapF, Flickr
Dans les trains russes de longue distance, vous pourrez apprendre beaucoup de choses sur le pays et ses habitants. Vous ne serez pas déçu.

Jour 1: Bienvenue dans votre nouvelle maison

Mon train part à 0h39 de la gare de Iaroslavl à Moscou. Ma nouvelle maison se tient sur le quai numéro 2. Le premier wagon est vert, et en caractères chinois, il est écrit « Moscou – Pékin ». Les autres portent des écriteaux en caractères cyrilliques et gris et l'un d'eux est le mien : « MoscouVladivostok » – 9 300 km , six jours, neuf fuseaux horaires.

Crédit : Archives personnellesCrédit : Archives personnelles

Mon wagon platzkart (3ème classe, la catégorie la plus économique, ndlr) est bondé. Tous mes 53 nouveaux voisins – dans chaque wagon platzkart il y a 54 places – sont assis tranquillement. Le train se met en branle, et les lumières de la ville disparaissent peu à peu.

Après que le contrôleur a vérifié les billets, tout le monde commence une routine assez spéciale. Certaines personnes cachent leurs bagages, un homme m'a même aidé à placer ma grande valise derrière mon lit. D'autres personnes font leurs lits et s’entraînent à grimper sur leurs couchettes sans donner de coups de pied aux autres passagers. En queue de wagon, les gens font la queue. Les toilettes doivent être par là. Maintenant, il est temps de siroter une tasse de thé – il y a toujours de l'eau chaude gratuite dans le grand samovar situé à côté de la cabine du contrôleur.

Il est temps de dormir, bercé au pays des rêves par le rythme des roues du train … padam, padam, padam.

Crédit : Archives personnellesCrédit : Archives personnelles

Jour 2: Réveil avec le soleil

C’est mon premier matin dans un train russe, je ne sais pas du tout où nous sommes. Une dame âgée à côté de moi me salue : « Dobroïe utro! » Dehors le soleil brille alors que nous traversons un petit village de maisons en bois colorées.

Nous parlons avec une femme plus jeune, assise devant nous. Maria vit à Moscou. Elle va dans une petite ville des Oural pour rendre visite à ses parents. Elle travaille dans une entreprise de meubles, lit des manuels pour apprendre le français et aime Saint-Pétersbourg et Moscou. Mais elle adore encore plus la France. Son petit ami est originaire du sud de la France et elle rêve de déménager là-bas pour être avec lui.

Crédit : Archives personnellesCrédit : Archives personnelles

Macha descend du train à Ekaterinbourg. Ses parents l’accueillent sur la plate-forme. J’ai pris ses coordonnées avec elle et nous nous sommes parlé par Skype à quelques reprises. Elle est déjà mariée et a déménagé en France.

Jour 3: Briser la routine

Dans chaque wagon, il y a deux contrôleurs, surtout des femmes. Une travaille tandis que l'autre dort. Pendant la journée, il y a une femme d'environ 40 ans avec des cheveux blonds coupés courts. Elle s'appelle Olga. Elle semble vraiment dure et organisée. Boire et fumer dans le wagon est interdit, et elle doit réprimander des hommes en queue de voiture.

Rien de terrible, elle sait évidemment comment faire. Quand je vais chercher de l'eau chaude pour le thé, elle me pose les questions typiques : d'où je viens, ce que je fais ici en Russie, et pourquoi diable je préfère les trains? « Nous ne voyons pas très souvent des touristes sur nos trains réguliers, ils prennent normalement des trains-hôtel luxueux. Et ceux qui voyagent avec nous ne parlent pas souvent le russe  », dit-elle.

Crédit : Archives personnellesCrédit : Archives personnelles

Le prochain arrêt est Novossibirsk avec une pause de 10 minutes. Le train repart rapidement, mais il est encore temps de se dégourdir les jambes sur le quai. Des femmes vendent du pain, des crêpes, de l'eau, du poisson, des baies, des foulards, tout ce dont vous avez besoin pour vivre en Russie.

Même si elle n'a pas beaucoup de temps libre, notre « contrôleuse de jour » Olga quitte le train et m'invite à aller en gare pour manger une glace. Je me demande si nous allons réussir à revenir avant que le train ne parte. « Ne t'inquiète pas, sans moi, il ne partira pas ». Elle informe sa collègue, me prend par le bras, et nous traversons les voies – bien que cela ne soit pas permis – pour aller à la gare. Dès que nous retournons dans le train, il se met en marche. C'était un petit voyage amusant.

Jour 4: Nouveaux visages, nouvelles histoires

Quelque part au milieu de la Sibérie – entre Novossib, comme les habitants appellent la « capitale de la Sibérie » et Irkoutsk près du lac Baïkal – presque tous mes voisins changent. Dans la petite ville de Yourga, un grand groupe de futurs soldats entre dans notre wagon. Ils sont silencieux, peut-être qu'ils se demandent comment ce sera dans l'armée. Leurs mamans les appellent sur leurs téléphones.

Crédit : Archives personnellesCrédit : Archives personnelles

Dans une autre petite ville, un grand groupe d'hommes entre: ils sont plus vieux, leur peau est basanée mais pâle. Après un certain temps, l'un d'entre eux se tourne vers moi et commence à flirter. Quand je lui dis que je viens d'Allemagne, il peine à y croire et semble outré. Il parle ensuite de ma nationalité avec ses copains.

Ces hommes viennent du nord, ils ont travaillé quelque part dans une station pétrolière dans la région polaire pendant environ cinq mois. Ils peuvent maintenant rendre visite à leurs familles dans le sud pendant deux mois, ils me disent : « Vous savez, nous n'avons pas vu de femmes depuis cinq mois, ni personne en dehors de nous-mêmes ». Ils se détendent comme les futurs soldats et déballent du poisson fumé, de l'ail et du pain. Sans oublier la bière et la vodka.

Jour 5: Envie de liberté

Crédit : Archives personnellesCrédit : Archives personnelles

Dans la matinée, nous longeons le grand lac Baïkal. Pendant quelques minutes, le « Transsib » louvoie le long de ses côtes. Le soleil se lève sur l'eau. J’ai envie de tirer la poignée d’arrêt d'urgence juste pour profiter de la vue un peu plus longtemps.

Un à un, les travailleurs du nord partent et les soldats sortent du train à Tchita. De plus en plus d'espace libre – c’est vraiment ce qu’il me faut à ce point. Bien que vous puissiez quitter le train pour de petites promenades tous les jours, j'ai vraiment soif d'espace, tout comme mes membres, mes os et mes muscles.

Jour 6: Adieu, nouveau foyer

Chaque jour, nous traversons au moins un fuseau horaire. Chaque jour, nous voyons des centaines de milliers de bouleaux, et nous sommes habitués au rugissement des roues du train. Et maintenant? Le périple touche à sa fin.

La chose vraiment unique lorsque vous voyagez dans un train à longue distance en Russie est que vous devez vivre avec des étrangers absolus et des personnes inconnues dans l'équivalent d'une maison grande et longue. Pendant une période limitée, ils vous font office de famille. Ils peuvent tout vous dire parce qu'il est peu probable que vous vous revoyiez un jour, et justement ils vous diront souvent TOUT. Sur leur famille, la politique et le monde, l'amour, la mort et la foi. Soyez prêt et ouvert d'esprit – et profitez du voyage!

Lire aussi : 

Grande encyclopédie sibérienne: navigateur à l’attention des voyageurs étrangers

Quatre conseils pour voyager en Russie en toute sécurité

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer