Les trois plus grosses armes russes de l'histoire

Doomych
Tout (ce que nous sommes autorisés à vous dire) sur ces armes gigantesques qui défendent (ou ont défendu) le pays depuis le XXe siècle.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Tsar-Tank »

Pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), un ingénieur russe a inventé un char qui était censé transformer des forteresses entières en poussière d’une seule salve de canons. Ce monstre d'acier était aussi haut qu'une maison moderne de trois niveaux et atteignait une longueur de 18 mètres pour une largeur de 12 mètres. En raison de son apparence effrayante et de son arsenal redoutable, cette bête a reçu le surnom de « Tsar-Tank ».

La machine pesait environ 60 tonnes, et pour que cet animal puisse évoluer à travers les forêts et les steppes, un moteur d'avion a été installé à l'intérieur, ce qui lui a permis de se déplacer à une vitesse de 17 kilomètres à l'heure.

Dans le même temps, sa « coque » devait être gainée d'un blindage en acier laminé, et les meurtrières étaient équipées de deux canons de 76,2 mm, chacun des canons étant équipé d’une réserve de 60 obus. Le Tsar-Tank  était censé être protégé de l'infanterie ennemie par un certain nombre de mitrailleuses Maxime de calibre 7,62 mm avec des dizaines de milliers de munitions.

>>> Cinq chars russes incroyables qui n'ont jamais combattu

Selon l'idée du concepteur, 15 personnes étaient censées conduire le véhicule.

Cependant, la voiture a échoué lors de ses premiers tests sur le terrain d'entraînement, lorsque la roue arrière du monstre s’est retrouvée dans un trou quelques secondes après s’être mis en branle. Le problème s'est avéré être une erreur de calcul : une charge excessive tombait sur l'arrière de la machine, l’ « enfonçant » dans le sol.

Cette montagne d’acier a donc rouillé dans les bois jusqu'à ce qu'elle soit démantelée pour la ferraille en 1923 après la guerre civile russe.

« Père de toutes les bombes »

La « bombe aérienne détonante volumétrique » (ODAB) est conservée jusqu’à ce jour dans les entrepôts de l'armée russe. Sa puissance destructrice est comparable à celle des ogives nucléaires. Mais contrairement à ces dernières, elle ne laisse pas de nuage radioactif, grâce à une explosion dite volumétrique.

>>> Superbombes: qui des États-Unis ou de la Russie possède la plus puissante?

Pour sa puissance terrifiante de 40 tonnes de TNT, elle a été surnommée « père de toutes les bombes ». La conception de l'arme s'apparente à une arme thermo-balistique : dans le nez du « papa » russe se trouve un appareil qui, lorsqu'il est déclenché, pulvérise des explosifs à l'intérieur de la charge. La « pulvérisation » n'a lieu qu’au moment déterminé par le pointeur.

Après cela, les aérosols sont convertis en un mélange, qui est actionné via un fusible. La bombe crée une onde de choc qui génère un vide sans air au point d'explosion. Grâce à cette chute de pression, tous les objets situés à l'épicentre de l'explosion sont littéralement déchiquetés de l'intérieur - qu'il s'agisse de personnes, d'équipements, de fortifications ou de toute autre structure défensive de l'ennemi.

L'arme a été créée uniquement pour démontrer la puissance et les capacités des experts russes à mettre au point la bombe conventionnelle la plus puissante au monde. Le « père de toutes les bombes » a été créé en un seul exemplaire et n'a jamais été utilisé lors d’hostilités.

>>> Comment l'URSS a terrifié les États-Unis avec une arme géante factice 

Mi-26

Dans les années 70 du siècle dernier, le monumentalisme soviétique s’est attaqué à la construction d'hélicoptères. Les concepteurs nationaux ont créé le plus grand hélicoptère de transport au monde, le Mi-26. Si cet avion est placé à côté d'un Boeing 737, le diamètre de l'hélice fait jusqu'à 4 mètres de plus que l'envergure d’un Boeing 737 classique.

Dans le même temps, la vitesse maximale de ce monstre d’acier atteint 270 kilomètres à l'heure avec une autonomie de vol allant jusqu'à 800 kilomètres. Cette distance, la machine peut la parcourir avec une charge de 56 tonnes, qui peut être répartie sur l'élingue externe sous forme de bombes ou à l'intérieur pour le transport de marchandises et de matériel militaire.

Combien la Russie dépense-t-elle pour son armée ? Trouvez la réponse dans cette publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies