En images: ces immeubles résidentiels de Moscou disposant de leur propre accès au métro

Daria Sokolova
Les habitants de ces immeubles gagnent un temps considérable pour se rendre à la station de métro la plus proche – l'entrée est située directement au rez-de-chaussée. Pourquoi un tel aménagement?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Vous souhaitez vivre plus près du métro ? Que diriez-vous si le métro se trouvait directement dans votre immeuble ? Des bâtiments avec une entrée de métro « intégrée » sont apparus à Moscou principalement à la fin des années 1930-1950. C'était l'apogée de la construction de la nouvelle capitale dans le monumental style « impérial stalinien », et les architectes – pionniers de leur temps – proposaient des solutions très inhabituelles pour la construction des bâtiments, dont la finalité était une ville au maximum compacte. L'une d'entre elles consistait à bâtir des entrées de métro dans des immeubles résidentiels.

Ancien immeuble de rapport sur Okhotny Riad

Tout a commencé en plein centre de Moscou quand, en 1935, l'une des premières stations de métro, Okhotny Riad, a ouvert ses portes. Lors de la conception des halls d'entrée, les constructeurs se sont heurtés à un problème : le quartier était très dense.

Les architectes ont donc décidé d'utiliser le premier étage d'un ancien hôtel particulier du premier tiers du XIXe siècle pour la sortie et l'entrée des passagers. Ils n'ont tout simplement pas trouvé d'autre endroit pour ne pas bloquer la circulation dans la rue principale et pour ne pas démolir les édifices.

Avant la construction du métro, des appartements étaient loués dans ce bâtiment, et s’y trouvaient également une miroiterie et une boucherie. Dans les années 1930, il a cependant par conséquent été reconstruit : les étages supérieurs ont perdu leurs balcons et leurs fenêtres en baie, tandis que le rez-de-chaussée a été transformé en hall de métro. Aujourd'hui, la plus grande partie de ce bâtiment est occupée par les locaux administratifs d’un théâtre.

Lire aussi : Le métro de Moscou pendant la Seconde Guerre mondiale (photos)

Gratte-ciel de Krasnyé vorota

Cet immeuble résidentiel d'élite est l'une des « Sept sœurs », comme on appelle les gratte-ciels érigés de 1947 à 1957 sur l’Anneau des jardins dans ce même style impérial stalinien. Son bâtiment central abritait le ministère de la Construction des transports durant l’ère soviétique, et dans les bâtiments annexes l’on comptait environ 270 appartements. Le premier étage de cette tour est l'entrée de la station de métro Krasnyé vorota. Le puits de ventilation, élégamment bâti comme un gazébo avec des colonnes, se trouve dans la cour. Tous les bâtiments, ainsi que les locaux de service du métro sont reliés par un sous-sol commun.

L'architecte Alexeï Douchkine avait prévu de réaliser des entrées de métro dans tous les « gratte-ciels de Staline », mais le projet n'a été concrétisé qu'ici. La construction du hall de la station et les fondations du bâtiment ont été menées en parallèle pour gagner du temps. Afin d'éviter que le bâtiment ne s’effondre dans la fosse que représentait la station de métro, le sol autour du chantier a été artificiellement gelé, et le bâtiment lui-même a été érigé avec une déviation par rapport à l'axe vertical, afin qu'il se stabilise ensuite avec les précipitations. Un véritable miracle d’ingénierie !

« C'est pratique que le métro soit dans l’immeuble. Je sors de l'entrée, je tourne au coin – et c'est tout, témoigne Assia Soskova. J'habite au quatrième étage, les fenêtres donnent sur la cour, et il y a un jardin d'enfants à l'intérieur. Le bruit de la rue est presque inaudible ».

Immeuble sur Prospekt Mira

La station Prospekt Mira de la ligne circulaire a été inaugurée en 1952. Or, l'entrée et la sortie sont intégrées à un bâtiment résidentiel au 38, Prospekt Mira. Conçue à l'origine sur la thématique agricole, la station a été appelée « Botanitcheski sad » (à côté se trouve le Jardin botanique de l'Université d'État de Moscou) jusqu'en 1966. La façade de l’immeuble, construit un an plus tard, est également décorée de bas-reliefs avec des ornements végétaux et semble en parfaite harmonie avec le hall d'entrée du métro.

Cet édifice était en réalité destiné aux constructeurs du métro eux-mêmes, comme l'écrivaient les journaux de l'époque. Dans la partie centrale l’on compte 12 étages, alors que dans les parties latérales il y en a 7. À Moscou, l’immeuble de Prospekt Mira a été l'un des derniers représentants de l'architecture stalinienne.

Immeuble sur la rue Avtozavodskaïa

À l'origine, le hall d'entrée sud de la station de métro Avtozavodskaïa a été construit en 1943 séparément dans la rue, mais on prévoyait de l'intégrer à un immeuble résidentiel pour la commodité des habitants.

Dans cet arrondissement, on construisait déjà à l'époque des immeubles pour les employés de l'usine automobile Staline. Selon le plan de l'architecte Alexeï Douchkine, en 1961, ce hall a donc été intégré à un nouvel édifice.

La construction a duré plusieurs années, et si vous regardez bien, vous pouvez voir que cet immeuble se compose de trois sections : deux latérales et une centrale, dans laquelle est située l'entrée du métro. Dans le hall lui-même, au-dessus de l'entrée de la station, il y a également des bureaux pour le personnel du métro. Malgré tout, cette proximité ne crée pas beaucoup d'inconfort et de vibrations pour les résidents, car la plus grande partie du hall s’est retrouvée dans la cour de l’immeuble.

Lire aussi : Quels secrets cache le métro de Saint-Pétersbourg?

Immeuble des cheminots

Il y a tellement de sorties de métro sur la place près de la gare de Koursk que celle-ci passe généralement inaperçue. La station Kourskaïa de la ligne Arbatsko-Pokrovskaïa a été ouverte en 1938, et l'une des sorties se trouve dans un immeuble résidentiel, construit en 1932 dans le style du constructivisme pour les employés des chemins de fer.

Aujourd'hui, cet immeuble est occupé non seulement par des appartements ordinaires, mais aussi par des bureaux.

Immeuble avec tourelle sur le boulevard Smolenski

Cet immeuble-château des années 1950 a été construit pour l'élite soviétique sur le boulevard Smolenski par le légendaire architecte Ivan Joltovski. On lui reprochait une décoration excessive, et il a construit la tour sur ses propres fonds. Avant ce projet grandiose, il s'occupait d’immeubles ordinaires, mais voulait que l'architecture plaise à l'œil et aux citoyens ordinaires.

En outre, au rez-de-chaussée, se trouve un hall de la station Smolenskaïa de la ligne Filiovskaïa. Comme l’assurent les habitants, la proximité du métro n'est pas gênante.

« On n'entend pas le moindre bruit du métro, qui se trouve littéralement sous l’immeuble. La hauteur des plafonds au sous-sol est de 7 mètres. Il y a des colonnes de renforcement, des coussins amortissants, ce qui a permis de faire une sortie de la station Smolenskaïa dans cet immeuble ».

Cour d’immeuble secrète sur Paveletskaïa

Le hall de la station de métro Paveletskaïa de la ligne circulaire occupe le premier étage d’un bâtiment de la rue Novokouznetskaïa. Cet immeuble, construit dans les années 1950, est occupé par l'Institut national de conception du métro Metroguiprotrans et est étroitement adjacent à un immeuble d'habitation ordinaire. La plus grande partie du hall se trouve dans la cour, mais on ne peut s’en apercevoir que de loin.

Dans cet autre article, nous perçons pour vous les secrets du métro de Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies