Pour quand une « Tesla » russe ?

La Lada Vesta.

La Lada Vesta.

Dmitry Serebryakov / TASS
Le géant automobile russe AvtoVAZ a présenté fin août la version expérimentale de la voiture électrique Lada Vesta EV. Réussira-t-il à fabriquer un « semblable » de Tesla à un prix abordable pour les marchés russe et international ?

La société russe AvtoVAZ a présenté l’été dernier une nouvelle version de sa voiture électrique Lada Vesta EV. C’est le second modèle électrique de l’entreprise de Togliatti (ville située à 986 kilomètres au sud-est de Moscou), après ElLada fabriqué sur la base de la Lada Kalina.

L’unique exemplaire

Les voitures électriques ne tentent pas vraiment le conducteur russe dans le contexte d’une infrastructure peu développée, de conditions climatiques rudes, de la politique des prix et d’une autonomie limitée.

Toutefois, le président du centre du design industriel et de l’innovation Astra Rossa, Vladimir Pirojkov, estime que pour la Russie, comme pour les autres pays, l’auto électrique est indispensable. « Moscou étouffe et l’électricité est une technologie pure, souligne-t-il. Pour les grandes villes, c’est une solution au collapsus écologique ».

La Lada Vesta EV a d’ores et déjà été remarquée par le ministre russe de l’Industrie et du Commerce, Denis Mantourov. Un modèle exclusif couleur bleu ciel a trouvé sa place dans le garage du haut fonctionnaire. Pour le moment, Denis Mantourov est l’unique propriétaire d’une Lada Vesta EV.

La voiture a également intéressé le géant russe du nucléaireRosatom qui souhaiterait acheter entre 3 000 et 6 000 voitures légères pour ses succursales et qui est prêt à concourir à la construction de bornes de recharge. Toutefois, aucun accord n’est encore conclu vu que la Lada Vesta EV n’en est qu’à l’étape de concept.

Les conducteurs comptent

Le projet de la première voiture électrique d’AvtoVAZ, ElLada, fut un échec : les consommateurs ont jugé le modèle économiquement désavantageux. La plupart des autos n’ont pas quitté l’usine. Seulement huit voitures ont été vendues sous contrat en qualité de taxi à Kislovodsk (à environ 1 600 kilomètres au sud de Moscou).

Un des propriétaires d’ElLada, Igor Korkhov, ingénieur aux technologies des véhicules électriques, exploite son auto depuis plus d’un an. « Son autonomie est plus élevée que celle des voitures électriques sur le marché, a-t-il indiqué. Malgré les chiffres officiels, son autonomie réelle est de 180 km à 220 km en été et de 120 km à 150 km en hiver. Or, la nouvelle Vesta promet une autonomie plus importante que celle d’ElLada ».

Les performances de la nouvelle berline ont été améliorées. La batterie à base de lithium-fer-phosphate (LFP) d’ElLada a été remplacée par une batterie lithium-ion.  Selon les performances annoncées, l’autonomie de la nouvelle Vesta est de 150 km, soit 10 km de plus que son prédécesseur. Mais seulement en été et sans chauffage ni climatisation. Sinon l’auto ne fera pas plus de 100 km.

AvtoVAZ a eu des négociations sur la livraison de voitures en Crimée (sud), mais il est irréel de les exploiter dans la région, car en été il est impossible de rouler dans la presqu’île sans climatiseur. Pour ce qui est de Tesla, le constructeur américain annonce une autonomie maximale augmentée jusqu’à 407 km pour la Model S, la plus chère.

Le prix

« Les projets du lancement de la fabrication sont encore à peaufiner », a annoncé Artiom Manioukhine, chef du service des informations corporatives du centre de presse d’AvtoVAZ. « Il n’est pas question des ventes pour le moment. Nous étudions le marché et la demande. Ce n’est pas encore pour demain ».

Le prix dépendra des changements dont a besoin toute nouvelle voiture. « Ces autos sont des prototypes et il s’agit encore de les finaliser », a-t-il noté.

Konstantin Kotliarov, chef des projets innovants du service d’ingénierie d’AvtoVAZ, a déclaré précédemment que le prix de la Lada Vesta EV avoisinera les 36 500 euros, soit le double d’ElLada. La société a tenu cependant à préciser un peu plus tard que c’était le prix de l’exemplaire concret à l’exposition.

Malgré les difficultés actuelles, les concepteurs du nouveau véhicule estiment que la Lada Vesta EV sera capable de concurrencer ses « homologues ». Selon Konstantin Kotliarov, la voiture électrique recèle un important potentiel d’exportation grâce à un prix plus abordable avec les mêmes performances.

Les prix d’une Tesla en Amérique décollent à 72 000 dollars (environ 65 500 euros). La Model 3 sera commercialisée à partir de fin 2017 et l’étiquette la plus modeste affichera 35 000 dollars.

Lire aussi :

Un géant russe de l’Internet à la conquête du marché automobile

Renault : l’usine moscovite suspendra temporairement son activité

L’industrie automobile russe regarde vers l’étranger

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.