Ce Suédois qui a redoré le blason de Lada

L'ex-dirigeant d'Avtovaz Bo Andersson examine deux nouveaux modèles de Lada, Lada Vesta et Lada Xray.

L'ex-dirigeant d'Avtovaz Bo Andersson examine deux nouveaux modèles de Lada, Lada Vesta et Lada Xray.

Maxim Tumanov/TASS
Le dirigeant d’Avtovaz Bo Andersson quitte ses fonctions

Bo Andersson, directeur du plus important constructeur automobile russe, Avtovaz, a été démis de ses fonctions après un peu plus de deux ans de travail. L’une des causes officieuses de cette éviction est le mécontentement des actionnaires de l’usine, qui assemble les voitures Lada, à savoir la compagnie d’Etat russe Rostech et l’actionnaire majoritaire, la compagnie franco-japonaise Renault-Nissan, concernant résultats financiers d’Avtovaz. L’industriel russe a bouclé l’année 2015 sur des pertes record d’environ 900 millions d’euros. Cependant, selon certains experts, c’est sous la direction de Bo Andersson que l’industrie automobile russe a connu sa renaissance. Pourquoi se souviendra-t-on des deux ans et deux mois de présidence du Suédois ?

Le roi de l’ordre

Bo Andersson a pris la tête d’Avtovaz en janvier 2014 et s’est immédiatement attelé à mettre de l’ordre dans les usines. Il a commencé sa première journée de travail en inspectant les toilettes de l’usine, qui l’ont horrifié. Il a ordonné de les restaurer sans délai et de nettoyer les chaînes de montage.

Une nouvelle image pour Lada

Bo Andersson avait compris que l’image de marque était l’un de plus gros problèmes d’Avtovaz. Il a lancé un processus de changement du style de la compagnie : le logo et les enseignes des concessionnaires ont été renouvelés, tandis que la publicité a connu un regain d’activité. M. Anderson a forcé tout le monde, jusqu’aux cadres supérieurs, à utiliser leurs propres produits. Sous son impulsion, 18 voitures de fonction haut de gamme de marques étrangères ont été revendues. Bo Andersson lui-même roulait au volant d’une Lada Largus VIP produite à l’usine. Aujourd’hui, il roule à bord du dernier né d’Avtovaz, la Lada Vesta.

Licenciements massifs

Sous la direction de Bo Andersson, le nombre d’entreprises a été réduit, et les effectifs amputés de 18 700 ouvriers et 7 100 cadres. L’effectif total a chuté à 44 300 personnes, contre 102 000 en 2009. Cette réduction des effectifs en tant que mesure anti-crise a généré les critiques du copropriétaire d’Avtovaz, la compagnie d’Etat Rostech. Sergueï Chemezov, dirigeant de Rostech, a notamment déclaré qu’il aurait fallu agir avec plus de délicatesse en réduisant les effectifs.

Changement de partenaires

M. Andersson a réorganisé la coopération avec les partenaires de la société, y compris ses sous-traitants, pour améliorer la qualité des ventes. Toute une série d’accords de partenariat ont été rompus, d’autres entreprises se sont vu présenter de nouvelles exigences. « Il est évident que si nous n’avions pas pris ces mesures de façon opportune, nous n’aurions pas pu lancer à temps les modèles de Lada Vesta et Xray », avait ensuite commenté Bo Anderson dans une interview au journal pro-kremlin Izvestia.

Nouvelle gamme

De nouveaux modèles de Lada. Source : facebook.com/LADA

En deux ans, Avtovaz a sorti six nouveaux modèles de Lada : Granta LB, 4x4 Urban, Kalina Cross, Largus Cross, Vesta, XRAY. Deux d’entre eux, la Lada Vesta et la Lada Xray, sont les premiers véritables nouveaux modèles de Lada à sortir d’Avtovaz depuis des années.

Cependant, les ventes de la nouvelle Vesta n’ont pas été aussi bonnes que l’attendaient les experts. Seules 2 850 voitures ont été vendues le premier mois, au lieu des 5 000 prévues. En revanche, la Lada Granta, est devenue la voiture la plus vendue en Russie en 2015.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.