Pas de règles & liberté totale: cette famille qui a bouleversé les codes en URSS

Viktor Akhlomov/Sputnik
Dès leur plus jeune âge, les enfants de la famille Nikitine ont été élevés de manière saine, indépendante et créative, grâce à l’endurcissement, au faible contrôle parental et à l'abondance d'activités. Était-ce la marche à suivre?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Une simple maison de bois à la campagne. Deux petits garçons et une fillette, portant seulement des sous-vêtements, jouent dans une pièce jonchée de jouets, de livres, d'instruments et d’équipements de sport. Le plus âgé, Alekseï, quatre ans, résout des équations mathématiques sur un tableau noir. Olga, qui n'a qu'un an et demi et vient seulement d'apprendre à marcher, est accrochée à une barre d'exercice fixée au mur. Après avoir basculé la tête en bas, elle rit.

Les enfants passent rapidement d'une activité à l'autre – un moment ils sont préoccupés à grimper sur l'échelle murale et, un peu plus tard, les garçons passent à la fabrication de jouets avec une véritable scie dans leur petit atelier. La mère ne semble pourtant pas s'inquiéter face à ce spectacle. Elle emmène sa plus jeune, Olga, faire une petite sieste sur la terrasse (bien qu’au beau milieu de l’hiver) et plus tard, les enfants courent dans la neige, presqu’entièrement dénudés et sans souliers, pour saluer leur père revenant du travail.

Ce n'est qu'un aperçu de la vie des Nikitine, une famille d’URSS dont les pratiques ont à la fois inspiré et choqué le public dans les années 1960. Leur approche de l'éducation de la petite enfance différait beaucoup du système soviétique traditionnel, qui élevait les enfants dès la maternelle, avec un emploi du temps quotidien précis, pour qu'ils s’intègrent ensuite pleinement dans une société plus large. Les enfants Nikitine, eux, étaient libres de choisir à quoi ressemblerait leur journée et toute communication et/ou interaction était principalement limitée à l'intérieur de la famille jusqu'à l’âge d’entrée à l’école.

Même s'il existait un service de protection de l'enfance au sein du système d'État soviétique, le style de vie des Nikitine ne le dérangeait pas – il n'y a jamais eu de problèmes ou d'accidents graves au sein de la famille, ce qui signifiait qu'il n'y avait pas lieu de s'alarmer.

Enseignants et chercheurs, Boris et Lena ont ensemble eu sept enfants au fil des ans et ont écrit plus de dix livres sur l'éducation de la petite enfance. Leurs travaux ont été publiés non seulement en URSS, mais aussi dans des pays comme l'Allemagne et le Japon, et leur ont assuré une grande popularité, qui attirait aussi chaque année des centaines de visiteurs et de journalistes dans leur maison du village de Bolchevo, en périphérie de Moscou.

Pourquoi permettaient-ils à leurs enfants de jouer librement, sans limites et contrôle parental constant ? Et leur approche a-t-elle été couronnée de succès sur le long terme ?

Lire aussi : Comment élève-t-on ses enfants à la russe?

Liberté de mouvements et immunité au froid

Ancien ingénieur en aviation, Boris Nikitine avait un intérêt marqué pour la pédagogie. Il avait même voulu ouvrir sa propre école, mais sa vision ne bénéficiait d'aucun soutien de l'État. C'est en 1959 qu'il a rencontré sa future épouse lors d'un événement pédagogique à Moscou. Lena (ce qui n'est pas un diminutif d'Elena, car elle a été nommée d'après le fleuve sibérien Lena) était professeur de langue et de littérature russes et avait 14 ans de moins que lui, mais des intérêts et des points de vue communs sur la vie les ont rapidement rapprochés. Tous deux se montraient mécontents du système d'enseignement en place.

Ils ont par conséquent fondé ensemble une famille, qui a fini par devenir une « école du futur », une sorte de laboratoire où ils pouvaient appliquer leurs nouvelles idées à leurs propres enfants. Boris et Lena pensaient que créer un environnement approprié pour un enfant suffisait, qu’il n'était pas nécessaire de faire autre chose, et qu’il ou elle grandirait, mentalement et physiquement, sans aucune aide. Selon eux, les parents ne devraient que guider, encourager et soutenir, sans aucune pression ni condescendance excessive.

C'est pourquoi Boris et Lena ont permis à leurs enfants de toucher et de goûter tout ce qu'ils trouvaient et ne leur ont jamais interdit de faire quoi que ce soit. Sinon, comment apprendraient-ils ce qui est dangereux et ce qui est sûr ? On ne peut, il est vrai, pas cacher indéfiniment les choses nuisibles aux enfants. « Et si nous "initions" un enfant à de tels dangers ? Cette initiation se fera pendant que nous les observons et nous pourrons contrôler la gravité des conséquences, a écrit Lena dans l'un de ses ouvrages. Il est préférable de fabriquer un "vaccin de sécurité", de causer un petit problème à un enfant, et, ainsi, de lui apprendre à être prudent, plutôt que de le maintenir dans l'ignorance des dangers qui peuvent lui arriver de manière soudaine ».

Il en va de même pour ce qui est de laisser les enfants jouer à grimper aux barres murales et échelles. « Bien sûr, les enfants peuvent tomber, mais nous n'avons pas peur de cela. La liberté de mouvements facilite non seulement le développement de la force et de l'agilité, mais aussi de la prudence. Nos enfants n'ont jamais eu de blessures graves », a-t-elle déclaré.

Quant aux pratiques d'endurcissement au froid, tout a commencé lorsque leurs aînés ont eu des problèmes de peau qui ne semblaient pas disparaître avec les méthodes conventionnelles. Quand Boris et Lena ont réalisé que l’épiderme d'Alekseï devenait moins irritable après qu'il ait été dans le froid, ils ont essayé de le laisser dehors, au début pendant seulement 10-15 secondes. L'effet positif de cette pratique, quel que soit le temps extérieur, a incité les parents à la poursuivre plus tard et à la développer en organisant des siestes et des douches froides dehors, même en hiver. Il est intéressant de noter que personne n'a jamais eu de rhume ou de problèmes de santé liés à cette pratique.

Lire aussi : Pourquoi le système éducatif d’URSS était-il l’un des meilleurs au monde?

Voici quelques-uns des principes clefs qu'ils ont suivis :

1- Éducation physique naturelle : endurcissement (développement de la résistance des enfants au froid) et gymnastique dès la petite enfance, pas de nettoyage stérilisant, vêtements légers, nourriture simple sans suralimentation, équipements sportifs d'intérieur facilement accessibles.

2- Développement émotionnel : contact corporel régulier avec les parents, dormir avec les parents, possibilité d'explorer le monde sans limites inutiles, loisirs communs partagés avec les parents, soutien et approbation entiers de ces derniers à l’égard de la progression des enfants.

3- Liberté créative totale : pas de leçons et de pratiques obligatoires. Les enfants font ce qu'ils veulent à tout moment, passant facilement de la gymnastique à la résolution de problèmes mathématiques.

4- Développement intellectuel : un environnement éducatif riche avec des tableaux de classe où les enfants peuvent étudier les mathématiques, des livres, des cartes géographiques à explorer, des jeux cérébraux et des jeux spéciaux développés par Boris et Lena eux-mêmes.

Il est également important de noter que les enfants suivaient simplement les habitudes de leurs parents. Par exemple, Boris était une personne active, aimant divers sports et en excellente santé jusqu'à sa mort en 1999, à l'âge de 83 ans. Il appréciait beaucoup d’être avec les enfants, de jouer à des jeux et d’observer leurs progrès. Résidant dans une maison de campagne à l'extérieur de Moscou, la famille vivait assez humblement, tant sur le plan des habitudes alimentaires que vestimentaires.

Lire aussi : Surmenage ou clef du succès, pourquoi les enfants russes font-ils tant d'activités extrascolaires?

Tout n’était pas parfait

Grâce à cette approche, les enfants Nikitine ont commencé à lire entre deux et quatre ans et étaient plus que prêts à commencer l'école à cinq, soit deux ans plus tôt que d’ordinaire. Leur « sur-préparation » au programme scolaire les a amenés à sauter des classes et ils ont même été autorisés à manquer des leçons s'ils n'avaient pas envie de s’y rendre.

Un développement intellectuel aussi rapide a néanmoins rendu la sociabilisation de certains des sept enfants plus difficile. C'est d’ailleurs pourquoi aucun des enfants Nikitine, en grandissant, n'a envoyé ses propres enfants à l'école en avance, même s'ils ont suivi le même mode de développement de leur progéniture que leurs parents.

De plus, il s'est avéré plus difficile pour eux de s'adapter à la vie réelle, car ils avaient été habitués à tout apprendre avec facilité et avaient donc l'illusion que cela continuerait ainsi. Par exemple, leur fille Ioulia a dû, à un âge plus avancé, se faire à l’idée de devoir s'entraîner à « faire quelque chose même si elle ne le voulait pas », tandis que l'aîné, Alekseï, a appris à atteindre ses objectifs en pratiquant les arts martiaux.

Un autre problème était de vivre sous l'œil attentif du public. Comme les enfants en ont ultérieurement témoigné, il était difficile de vivre sa vie en étant constamment surveillé par les fans et détracteurs de la famille. De plus, l'attention du public a de fait littéralement éloigné Boris et Lena de leurs enfants : ils voyageaient beaucoup pour donner des conférences, passaient beaucoup de temps à écrire des livres et des articles, si bien que les enfants se sentaient parfois abandonnés.

Lire aussi : Éducation nomade, comment les enfants de la taïga vont-ils à l’école ?

L'âge adulte

Malgré les attentes du public de voir les enfants grandir en des sortes de génies ou de célébrités, aucun d'entre eux n’a connu de tel destin. La majorité d'entre eux ont obtenu leur diplôme après la huitième année (bien qu'il y en avait dix), soit à 14 ans, ont fait des études supérieures et ont fondé leur propre famille nombreuse. Quatre familles résident ainsi désormais dans deux grandes maisons à Bolchevo et reçoivent fréquemment la visite de ceux partis vivre dans d’autres villes. Sur leur site officiel, ils racontent comment leur enfance a influencé leur vie et admettent utiliser encore beaucoup d’éléments enseignés par leurs parents.

L'aîné, Alekseï, a obtenu un diplôme en physique et astronomie et travaille à présent comme ingénieur-consultant à Londres. De son côté, Anton est un chimiste occupant le poste de chef adjoint d'un département de production. Olga est avocate et a plus de 25 ans d'expérience. Anna est médecin, Ioulia – journaliste, Ivan – opérateur vidéo, et Lioubov a été bibliothécaire et est aujourd’hui la fière mère de 10 enfants. Tous confient avoir préservé une excellente santé tout au long de leur vie et avoir conservé l’amour de la lecture inculqué par leurs parents.

Citée par le journal Komsomolskaïa Pravda, Lena s’est remémorée : « Nous n'avions pas pour but d'élever des personnes célèbres, des érudits. Tous mes enfants sont des gens normaux et en bonne santé. De toute façon, il y a trop de célébrités dans le monde en ce moment. Et pas autant de gens décents. Je suis heureuse avec mes enfants : aucun d'entre eux ne fera jamais de mal et n'entrera au paradis aux dépens de quelqu'un d'autre ».

Dans cet autre article, découvrez l’incroyable destin d’un couple russe ayant élevé pas moins de 81 enfants.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies