Comment les citoyens soviétiques traversaient le rideau de fer pendant la guerre froide

Valentin Mastyukov/TASS
Si vous êtes en colère que votre vol soit retardé de 30 minutes, imaginez que la plupart des vols des citoyens soviétiques vers l'étranger ont été retardés... pendant des dizaines d'années! Le rideau de fer a coupé le bloc socialiste de la quasi-totalité du reste du monde. Pourtant, certains chanceux pouvaient visiter non seulement l'Europe occidentale, mais même les États-Unis.

Per aspera ad Europe

Seule une raison en béton armé pouvait permettre à un citoyen soviétique de se rendre dans un pays étranger. Il y avait plusieurs étapes qu'une personne devait franchir afin de recevoir un visa de sortie.

Paradoxalement, à l’époque soviétique, il était beaucoup plus facile d'obtenir un visa d'entrée dans le pays de destination qu'un visa de sortie des autorités soviétiques.

Tout d'abord, un voyageur potentiel devait faire partie d'une organisation qui pouvait l'envoyer en voyage d'affaires à l'étranger ou offrir des vacances en dehors de l'Union soviétique. Cependant, ce n'était pas une chose commune, et habituellement, seuls les meilleurs ouvriers avaient une telle opportunité.

Lire aussi : Good Bye, Lenin: les évasions les plus folles d’URSS

Dans les deux cas, les supérieurs du requérant publiaient un document qui indiquait pourquoi un tel voyage en dehors de l'URSS était nécessaire.

Il convient de mentionner que les Soviétiques ne pouvaient pas choisir leur destination. Ils saisissaient juste leur chance quand (et si) elle se présentait.

Lorsque le document était prêt, la personne demandait l'approbation des directions d'État pour les voyages à l'étranger qui délivraient des permis de voyage.

Städtische Galerie de Dresde

Beaucoup de demandes étaient rejetées à ce stade, sans aucune justification. Il n'y avait absolument aucun moyen de faire appel de cette décision.

Pourtant, si la personne avait la chance d'obtenir un permis de voyage, l'enfer de la bureaucratie n'était pas terminé. Il ou elle était pris sous contrôle spécial et devait obtenir une lettre de référence de ses supérieurs et curateurs politiques.

Un candidat potentiel devait également passer une entrevue à la direction pour voyager à l'étranger et être officiellement recommandé. Si la commission n'était pas satisfaite des réponses, le demandeur pouvait perdre le droit de voyager à l'étranger pendant les années à venir.

Lire aussi : Vies ordinaires, temps extraordinaires: la fin de l’URSS vue par une artiste

En plus d'un examen médical, le demandeur devait remplir plusieurs documents, y compris une biographie et un plan détaillé du voyage à venir.

Si la destination était un pays capitaliste, le KGB émettait une déclaration selon laquelle il ne s'opposait pas à un tel voyage. Aucune déclaration de ce genre n'était nécessaire si le pays appartenait au camp socialiste.

Quand toutes les étapes étaient franchies avec succès, un passeport international avec un visa de sortie était envoyé au lieu de travail de la personne. Il était interdit de le garder à la maison.
Lorsque le passeport international était délivré, le passeport interne du bénéficiaire et la carte du parti communiste étaient retirés jusqu'au retour.

Havane

Si la personne avait des parents à l'étranger qui avaient émis une invitation privée pour une visite personnelle, il ou elle était obligé de payer un énorme frais de départ s'élevant à 200 roubles - le salaire moyen mensuel en Union soviétique. Avoir des parents étrangers était un obstacle majeur pour obtenir un visa de sortie.
À l'étape finale, le voyageur potentiel faisait une demande à l'Agence de voyage soviétique Intourist, responsable de l'organisation des voyages, visas d'entrée, de transport, etc.

Les privilégiés

Les mieux placés pour les voyages à l'étranger étaient les personnes dont le travail était directement lié à des pays étrangers : diplomates, membres de représentations commerciales soviétiques, pilotes internationaux, marins, etc.

Les athlètes, les scientifiques et les artistes avaient également peu de difficultés à obtenir des visas de sortie. L'Union soviétique était très désireuse de créer une image positive à l'étranger.

Lire aussi : Des allumettes aux burgers: petite histoire de la file d’attente

Irina Nekrassova, une habitante de la région de Moscou, a déclaré à Russia Beyond que son père, le chimiste Boris Nekrassov, a fait plusieurs voyages à l’étranger dans les années 1960 en tant que membre des délégations soviétiques à Rome, Venise, Florence et Londres pour participer à des conférences scientifiques.

En dépit du fait qu’il n’était pas affilié à une Université de Moscou ou de Leningrad, mais à un établissement de province (l'Institut des mines et de la métallurgie de la République soviétique d'Ossétie du Nord), il a eu l'occasion de visiter à maintes reprises les pays capitalistes occidentaux, a confié Irina.

Les dirigeants soviétiques prêtaient une grande attention à la culture des liens avec ses alliés dans le bloc oriental. Cela comprenait l'interaction entre les jeunes, les échanges culturels et les visites d'amitié.

Lire aussi : Dix pratiques ingénieuses et déroutantes, qui ont marqué le quotidien des Soviétiques

Tatiana Sorokina, ancienne chef de l'un des départements de la bibliothèque d'Etat de Lénine de l'URSS, la plus grande du pays, a visité la Bulgarie, la Tchécoslovaquie et la RDA, où elle a roulé à bord du « train de l'amitié », qui a permis aux meilleurs ouvriers soviétiques de se familiariser avec la vie en Allemagne de l'est et ailleurs.

Comme Tatiana l'a indiqué à Russia Beyond, ses voyages à l'étranger sont devenus réalité en grande partie parce qu'elle était secrétaire du Komsomol (une organisation de jeunesse politique en Union soviétique).

«Non-revenus»

En soumettant les candidats à de nombreux tests et approbations, les autorités soviétiques essayaient d'empêcher ceux qui étaient soi-disant « indignes de confiance » de quitter le pays. Il y avait toujours une chance que ces gens ne reviennent pas de leur voyage parrainé par l'État et restent dans le pays capitaliste.
En Union soviétique, un tel acte étaient considéré comme une trahison à la patrie, et était puni par la confiscation des biens, une privation de liberté, ou, dans les cas extrêmes, le peloton d’exécution.

Lire aussi : Comment le peuple de l'URSS se moquait de ses leaders

Pourtant, beaucoup de gens ont saisi leur chance quand ils l’ont pu et ne sont jamais retournés en URSS. Ils étaient connus sous le nom de nevozvrachchentsy (« ceux qui ne sont pas revenus » en français).

La plupart des gens dans cette catégorie étaient des artistes, qui estimaient que le système soviétique ne leur donnait pas assez de liberté et de possibilités de briller.

Parmi les « non-revenus » les plus connus figuraient les danseurs de ballet Rudolf Noureïev et Mikhaïl Barychnikov, le chef d'orchestre Mstislav Rostropovitch et le réalisateur Andreï Tarkovski.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer