De quel œil les Russes voient-ils les vaccins?

Pixabay
Tandis que l’hiver approche, combien d’entre eux comptent se faire vacciner contre la grippe?

Alors que la France apparaît comme l’un des pays où la méfiance à l’égard de la vaccination se fait la plus forte, à en croire un rapport publié cet été par l’institut américain Gallup, quelle est la situation de l’autre côté de l’Europe, en Russie ?

Pour le savoir, le Centre panrusse d’étude de l’opinion publique (VTsIOM) a mené l’enquête auprès de 1 600 citoyens âgés de plus de 18 ans. Ainsi, il en ressort que 57% de la population russe jugent que les vaccins apportent plus de bien que de mal et qu’il s’agit d’un moyen efficace de se protéger des infections.  23% pensent quant à eux que les vaccins n’ont aucun effet, ni positif, ni négatif, et sont donc inutiles. Enfin, 11% sont persuadés de leur dangerosité, et qu’ils sont plus nocifs que bénéfiques. À noter que le scepticisme envers cette pratique médicale semble croître avec l’âge, mais n’est que peu impacté par le fait de vivre en ville ou à la campagne.

Par ailleurs 62% des participants affirment avoir d’ores et déjà effectué un vaccin contre la grippe, tandis que 36% assurent n’en avoir jamais fait. En la matière, les jeunes se montrent plus ouverts aux aiguilles, puisque les 18-24 ans sont 87% à avoir déjà subi cette piqure (11% de non), contre 62% pour les 60 ans et plus (37% de non). Ici, la population rurale se distingue toutefois de l’urbaine par sa propension à se faire vacciner (66% dans les villages, contre 51% à Moscou et Saint-Pétersbourg).

En ce qui concerne les divergences d’opinion en fonction du sexe, elles se présentent faibles, 38% des hommes et 43% des femmes ayant certifié envisager ou s’être d’ores et déjà faits vacciner contre la grippe cette année ou l’avoir fait à un des membres de leur famille (contre 51% et 56% respectivement qui ne le feront probablement/sûrement pas).

En cas de refus de procéder à ce vaccin, les principales raisons évoquées sont alors une santé robuste (29%), un manque de confiance en leur efficacité (23%), et une crainte de tomber encore plus malade (20%).

Dans cet autre article, intéressons-nous aux maladies qui, faute de vaccination, pourraient faire leur grand retour.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies