Un régime de confinement strict instauré à Moscou et dans sa région

AP
Les habitants de la capitale et de la région de Moscou sont désormais appelés à ne pas sortir de chez eux, sauf pour se procurer médicaments et nourriture. Des laissez-passer spéciaux seront mis en place dans les jours qui viennent.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a annoncé une série de mesures très strictes visant à endiguer la propagation du nouveau coronavirus, élargissant ainsi le confinement auparavant ordonné aux personnes de plus de 65 ans à l’ensemble des habitants de la capitale russe.

Intervenant au sujet de la pandémie, le président Poutine avait décrété le 25 mars une semaine chômée du 30 mars au 5 avril, appelant les habitants du pays à rester cloîtrés chez eux. Moscou a ainsi fermé tous ses parcs, centres commerciaux, cinémas, restaurants et cafés, en espérant que la consigne de s’isoler à domicile serait respectée.

Cependant, le 28 mars, jour de la fermeture des commerces non essentiels, beaucoup de Russes ont décidé de profiter du beau temps pour faire des barbecues en extérieur dans divers lieux publics. Les autorités de la capitale ont alors conclu que les habitants de la ville n’avaient pas réalisé la gravité de la situation.

>>> Comment la vie à Moscou a-t-elle changé en raison du coronavirus?

Il a donc été décidé qu’à partir du 30 mars, un régime de confinement serait appliqué à tous les Moscovites, sans exception. Si cela reste une recommandation, elle ressemble fort à une injonction et des lois ad hoc ne devraient pas tarder à suivre.

Le « confinement strict », qu’est-ce que c’est ?

Selon le décret du maire, un citadin ne peut quitter son domicile que pour acheter de la nourriture et des médicaments dans le magasin ou la pharmacie les plus proches, pour promener son chien à une distance de 100 mètres de la maison maximum ou pour jeter les poubelles. Les visites chez le médecin ne sont possibles qu'en cas d'urgence.

Seule exception, les employés travaillant dans des sites de production en continu et d'urgence. En outre, les transports publics continueront à fonctionner et, l'administration de la ville le souligne, il n'y a aucune restriction relative à l'entrée ou à la sortie de la capitale. Contrairement à certaines rumeurs, aucun couvre-feu n’est pour le moment entré en vigueur. Les mêmes règles ont été introduites dans la région de Moscou.

Code QR pour descendre dans la rue

Dans les jours qui viennent, la ville délivrera des permis spéciaux aux personnes pouvant quitter leur domicile. Il a été expliqué qu’il s’agirait d’un code QR personnel lié à la géolocalisation de la personne et indiquant la distance de son domicile. Comme les Moscovites qui ne vivent pas là où ils sont officiellement enregistrés sont nombreux, l’administration de la ville a expliqué que le code serait lié au lieu de résidence de facto.

« Nous prévoyons de distribuer des codes contenant les données sur l’emplacement de leur lieu de travail et de leur domicile. À ceux qui doivent aller au bureau et ne peuvent pas travailler à distance, ce droit sera accordé en fonction de la situation économique », a expliqué Alexeï Repik, directeur de Delovaïa Rossiya, une ONG qui se fixe pour objectif de promouvoir les intérêts du monde des affaires russe.

Comme l’a expliqué le porte-parole du maire, les amendes pour violation de ces règles sont actuellement discutées.

>>> Pourquoi ne ferme-t-on pas le métro de Moscou face à la Covid-19?

Quid des régions ?

À partir du 30 mars, la Russie a fermé ses frontières terrestres et ferroviaires et réduit les liaisons aériennes internationales aux vols chargés de ramener les touristes au pays. Le premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a également exhorté les gouverneurs des autres régions du pays à suivre l’exemple de Moscou, en optant pour le confinement et en fermant centres commerciaux et cafés. La station balnéaire de Sotchi, sur la mer Noire, est déjà fermée aux touristes : en plus de restreindre le fonctionnement des centres commerciaux et des infrastructures sportives, il est désormais interdit aux hôtels d'accueillir de nouveaux clients. Toutes les visites de la ville-hôte des Jeux olympiques d’hiver 2014 ont été annulées jusqu'à l'été.

Autre destination populaire chez les touristes, la Carélie (nord) a suspendu les transports publics jusqu’au 4 avril et interdit toutes les excursions vers la région.

À Saint-Pétersbourg, il est interdit non seulement de visiter des parcs, mais aussi les églises et autres lieux de culte. La plupart des transports en commun sont également à l’arrêt. Le 30 mars au soir, le confinement strict y a également été introduit.

La Tchétchénie a fermé sa capitale, Grozny, à tous les visiteurs et interdit aux habitants de quitter leur domicile, sauf pour acheter des produits de première nécessité.

Les villes d’Elista (Kalmoukie), de Tcherepovets (Volga) et Abakan (Khakassie) ont mis en place un régime de situation d’urgence. Non seulement les magasins alimentaires et les pharmacies sont les seuls à pouvoir ouvrir, mais toute liaison entre les différentes villes de ces régions est suspendue.

>>> Covid-19: pourquoi la Russie construit un nouvel hôpital malgré un faible nombre de malades

Au 30 mars, 1 836 cas d’infection au nouveau coronavirus ont été confirmés dans le pays. Si 66 personnes sont guéries et ont quitté les hôpitaux, le Covid-19 a d’ores et déjà fait neuf morts en Russie.

C’est Moscou qui recense le plus important nombre de personnes infectées - 1 226 personnes. Viennent ensuite la région de Moscou (119), Saint-Pétersbourg (50), la région de Sverdlovsk (24) et la république des Komis (22).

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment la Russie lutte contre le coronavirus. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies