Comment la Russie lutte contre la pandémie de coronavirus 

Département de la Santé de la ville de Moscou/TASS
Le pays réduit les liaisons aériennes avec plusieurs pays européens et asiatiques. Quant aux Russes ayant séjourné à l’étranger, ils doivent à leur retour rester en quatorzaine à domicile. 

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’OMS a qualifié l’épidémie de coronavirus de pandémie. À ce jour, plus de 144 000 personnes ont été infectées à travers le monde, un chiffre qui ne cesse de croître. Quelles mesures la Russie entreprend-elle pour contenir la propagation du virus ? 

Quel est le nombre d’infectés en Russie ?          

Selon les données officielles, la Russie compte au 14 mars 47 cas confirmés, dont trois citoyens étrangers – deux Chinois et un Italien. Les malades résident dans différentes régions du pays, dont près de la moitié à Moscou. Pour le moment, aucun décès n’a été confirmé dans le pays et trois patients sont guéris. Toutefois, rien que dans la capitale, quelque 5.000 personnes sont placées sous observation. Toutes ces personnes sont rentrées des pays les plus touchés par le virus, notamment d’Italie, ou sont entrées en contact avec des gens se trouvant dans ce cas. Comme l’a déclaré le 12 mars le premier ministre Mikhaïl Michoustine, « la menace de la propagation de l’infection à l’intérieur du pays est réduite au minimum », y compris grâce à des mesures prises en temps opportun. 

>>> La Chine traitera la COVID-19 avec un médicament soviétique controversé

Mauvais moment pour les vacances à l’étranger 

La Russie est l’un des premiers pays au monde à avoir limité les vols réguliers avec la Chine. Dès février, les Russes le désirant ont été évacués à bord de vols spéciaux de Wuhan (épicentre de l’épidémie) et d’autres villes en proie au virus. Le nombre de vols à destination de la Chine, de la Corée du Sud et de l’Iran a été réduit : seuls les vols quotidiens vers Pékin, Shanghai et Séoul, ainsi que les liaisons hebdomadaires vers Téhéran, sont encore assurés par la compagnie aérienne numéro 1 du pays, Aeroflot. 

En outre, à compter du 13 mars entre en vigueur une limitation des vols à destination de l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la France. Les villes de Berlin, de Madrid, Munich, de Paris, de Rome et de Francfort-sur-le-Main resteront pourtant desservies par Aeroflot. 

En outre, la liaison ferroviaire avec Nice, Pékin, Oulan-Bator (Mongolie) et Tumangang (Corée du Nord) a été suspendue. Toutefois, des trains circulent encore à destination de Paris et de Berlin. (Mise à jour : déjà après la publication de l’article, la Société russe des chemins de fer RZD a annoncé la suspension des trains à destination de Berlin et Paris à partir du 15 mars)

Les compagnies aériennes russes ont déjà annoncé que dans les jours qui viennent, des vols spécialement affrétés rapatrieraient les Russes séjournant à l’étranger ; il en est de même pour les étrangers se trouvant en Russie. Quant aux billets d’avions déjà achetés, ils pourront être modifiés ou remboursés. 

>>> Coronavirus: le gouvernement russe suspend des vols vers la France

Au revoir, touristes !

L’avenir du tourisme est également remis en question. Le 13 mars, la Russie a suspendu la délivrance de visas touristiques aux citoyens italiens. Auparavant les Chinois et les Iraniens avaient connu le même sort. 

D’ailleurs, les touristes originaires d’autres pays ne se précipitent pas non plus en Russie : selon les données de l'Association des tour-opérateurs russes (ATOR), le montant des voyages annulés pour la période comprise entre mars et mai constitue 500 millions de roubles (plus de 6 millions d’euros). Quant aux réservations de voyages en Russie pour l’été prochain, elles ont pratiquement cessé. 

Pas de rassemblements de plus de 5 000 personnes

En raison du coronavirus, le Forum économique de Saint-Pétersbourg, surnommé le « Davos russe », a été annulé cette année ; quant à Moscou, les rassemblements de plus de 5.000 personnes y ont été interdits.  

Les crèches, écoles et universités continent à fonctionner, mais les sorties ont été annulées dans les établissements éducatifs et des mesures de température sont réalisées au jour le jour. 

Beaucoup d’entreprises ont annulé les voyages d’affaires à l’étranger, introduit le télétravail ou mis en place des mesures de désinfection supplémentaires. 

Il a été conseillé à la population de se laver plus souvent les mains, d’éviter de se toucher le visage, surtout les yeux, et d’éviter les transports en communs aux heures de pointe. 

Les personnes de retour de Chine, d’Italie, de France et d’autres pays très touchés par la Covid-19 doivent impérativement alerter les autorités par le biais d’une hotline et se placer en isolement à domicile pour une durée de 14 jours. En cas d’apparition de symptômes – fièvre ou toux – ils doivent immédiatement appeler l’ambulance.

Si le diagnostic se confirme, la personne sera hospitalisée. 

Dans cet autre article, nous nous intéressons à l’impact du coronavirus sur l’économie russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies