Qui sont les Russes les plus suivis sur Instagram?

Pixabay; Legion Media; Christopher Khoury/Global Look Press; Dmitri Goloubovitch/Global Look Press; Komsomolskaïa Pravda/Global Look Press
Ils accumulent des millions d’abonnés et exercent une influence considérable sur leur public. Qui sont les idoles de la jeunesse russe?

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Khabib Nurmagomedov (17,8 millions d'abonnés)

Venu du Daghestan, il est champion UFC dans la catégorie poids légers et double champion du monde de sambo. De sa carrière dans le MMA, il n’a essuyé aucune défaite, néanmoins, le public voit toujours en lui celui qui, après son combat contre l’Américain Conor McGregor, a fait éclater une mêlée avec l’équipe de ce dernier.

Pour cela, il a été disqualifié pour une durée de neuf mois et contraint de verser 500 000 dollars. Depuis, sur son compte Instagram, il fait régulièrement la publicité de centres de visas, de services de transfert d'argent, d'huile de cumin noir ou encore de sa propre boutique de papakhas, coiffe traditionnelle du Caucase.

Olga Bouzova (16,4 millions d’abonnés)

La popularité de cette présentatrice de l’émission de téléréalité Dom 2 (« Maison 2 ») a débuté par son retentissant divorce avec le footballeur Dmitri Tarasov. Olga a ensuite sorti deux albums musicaux consacrés à ses épreuves sentimentales et son clip Malo polovine (« Peu de moitiés ») a été visionné pas moins de 41 millions de fois. Plus tard, la jeune femme a essayé de dénicher l'homme de ses rêves dans une énième émission de téléréalité, mais a été larguée derechef. Cela a été l'occasion de sortir de nouveaux clips, d’inaugurer sa chaîne de restaurants BuzFood, et même de lancer sa propre cryptomonnaie. La plupart de ses projets connexes ont toutefois finalement été abandonnés.

Bouzova est constamment critiquée pour son manque de talent vocal et ses concerts en playback. Cependant, son image de femme abandonnée et malheureuse, mais forte, fonctionne sans faille. D'une manière ou d'une autre, elle motive ainsi à l'indépendance les jeunes filles, qui n’hésitent pas à reprendre ses chansons et chorégraphies notamment par le biais de l’application TikTok.

Lire aussi : YouTube, rap et rébellion: qui sont les adolescents russes?

Timati (14,4 millions d’abonnés)

Ce rappeur, fondateur du label musical Black Star, propriétaire d’une chaîne de salons de coiffure et de tatouage, d’établissements culinaires proposant des hamburgers et de magasins vestimentaires, est depuis longtemps accusé d'abuser des placements de produits dans ses clips. Ses détracteurs le critiquent également pour sa loyauté envers le gouvernement actuel – son clip en soutien au maire de Moscou, Sergueï Sobianine, a recueilli plus d'un million de dislikes et, en conséquence, Timati lui-même l'a retiré de YouTube.

Cela ne l'empêche pour autant pas de promouvoir sur les réseaux sociaux les valeurs familiales (une part importante de ses publications est consacrée à ses enfants) et un mode de vie actif – sur ses photos, il apparaît plus souvent sur un surf qu’au volant d’une voiture.

En outre, il fait office de juge dans le cadre de l’émission télévisée Pesni (« Chansons »). Timati intègre les meilleurs participants à son label et contribue à leur promotion. Ainsi, le rappeur a acquis une réputation de bienfaiteur auprès des jeunes rappeurs et chanteurs, ce qui explique probablement pourquoi les grandes marques lui font confiance.

Pavel Volia (13,4 millions d’abonnés)

Il y a quatorze ans, Pavel, professeur de langue russe à Penza (555 km au sud-est de Moscou) et ancien participant du jeu télévisé humoristique KVN, a pour la première fois grimpé sur scène pour un stand-up dans le cadre de l’émission Comedy Club, afin de plaisanter au sujet du public.

Depuis, beaucoup de choses ont changé. Comedy Club est devenu l'un des principaux spectacles humoristiques russes, tandis que Pavel a sorti plusieurs albums musicaux, s’est marié avec la gymnaste Lyasan Utiasheva, organise chaque année de grandes tournées de stand-up et est considéré comme un comique respecté dans le pays.

Lire aussi : Qui sont les idoles de la jeunesse russe d’aujourd’hui?

Anastassia Ivleïeva (13,1 millions d’abonnés)

Il y a quelques années, la brune Anastassia de Saint-Pétersbourg travaillait comme hôtesse dans une boîte de nuit. Lassée de son emploi, elle a décidé de tout quitter, et est partie pour Moscou, où elle a rejoint l'École supérieure de cinéma et de télévision Ostankino. À peu près à la même époque, elle s’est teinte en blonde et a commencé à tourner des vidéos humoristiques, où elle se moquait des défauts de la gent féminine. Elle n’a pas tardé à être remarquée et invitée au poste de présentatrice dans l'émission de voyage populaire  Oriol i Riechka (« Pile ou Face »).

Ivleïeva poursuit aujourd’hui sa carrière de présentatrice et anime aussi son propre spectacle sur YouTube, AgentShow, où elle peut compter sur la participation de célébrités. Dans sa vidéo d’introduction pour la saison 2, elle affirme elle-même « faire des conneries » avec les stars, comme manger des sandwiches aux cafards, mettre des collants sur sa tête et cracher du lait sur ses invités. Ses actes quelque peu idiots ne l'empêchent néanmoins pas de rester drôle et séduisante, et après tout, c’est pour ça qu’on l’aime.

Egor Kreed (11,2 millions d’abonnés)

Oh, que de moqueries peut-on constater dans les commentaires des clips de ce jeune rappeur de Penza, le plus populaire du label Black Star (après Timati, bien sûr). Ses dents sont trop blanches, ses chansons trop stupides, ses clips trop publicitaires, et son look trop métrosexuel. Malgré cela, l’artiste effectue de vastes tournées et ses chansons ont été écoutées, pour certaines, plus de 100 millions de fois sur YouTube.

En 2019 cependant, Egor a changé radicalement de stratégie – il a mis fin à son contrat avec Black Star et a sorti deux clips. Dans l'un, il s'accuse d’être trop complaisant à l’égard de ses démons intérieurs, dans l'autre, il se moque de lui-même pour les mêmes traits que lui reprochent ses haters. Les placements de produits sur sa page Instagram n'ont pas diminué, mais cela n'a plus d'importance – l'autodérision a su faire mouche auprès de son public.

Nastassia Sambourskaïa (10,7 millions d’abonnés)

Diplômée de l'Institut russe d'art théâtral, elle est devenue célèbre après avoir tourné dans la série Ouniver (abréviation de « Université »), remake de la série américaine Greek. Nastassia y incarnait Kristina, une excellente élève, belle et élancée, amoureuse du fils d'un oligarque, envoyé vivre en cité U comme punition pour sa vie chaotique.

Bientôt, l'actrice s’est reconvertie dans la chanson et s’est mise à fréquenter activement la salle de sport, publiant ses résultats sur Instagram. Ses fans n’ont que peu apprécié cela et l’ont critiquée pour ses médiocres prouesses vocales et son apparence « masculine ».

En réponse, l'actrice a participé à une campagne publicitaire de Reebok, a commencé à se moquer des stéréotypes la concernant, et a créé un « Tableau de la honte », où elle affiche le visage de ses détracteurs. En parallèle, jusqu'au printemps 2019, elle jouait au théâtre sur la rue Malaïa Bronnaïa.

Sambourskaïa continue ainsi à promouvoir le sport et joue toujours dans des films et des séries télévisées, sans délaisser sa carrière musicale.

Lire aussi : «Je m'appelle Aliona, je suis sur Instagram, et je n'existe pas»

Ivan Ourgant (7,8 millions d’abonnés)

Ivan anime une émission portant son nom, Vetcherni Ourgant (« Ourgant du soir »), diffusée en fin de soirée sur la principale chaîne du pays, Pervy Kanal.

L’on se souvient également de ses shows de parodies Bolchaïa raznitsa (« Grande différence ») et Projektorpereskhilton (« Projecteurparishilton »), dans lesquels les quatre présentateurs plaisantaient au sujet des principaux événements de la semaine et des convives.

Il y a huit ans, Ivan a, sous le pseudonyme Gricha Ourgant, sorti plusieurs singles, mais n'a pas poursuivi sa carrière musicale, son clip le plus populaire ayant été visionné 1,1 million de fois seulement.

Polina Gagarina (7,4 millions d’abonnés)

La participante du projet télévisé Fabrika zviozd (Fabrique de stars) a séduit le public avec sa chanson lyrique Kolybelnaïa (« Berceuse ») qui, en 2013, était jouée sur toutes les stations de radio russophones. Au gré de sa popularité croissante sur Instagram et du lancement de la version russe de l'émission The Voice, où elle est membre du jury, Gagarina a sorti de nombreux singles à succès. Elle a également épaté ses fans grâce à sa transformation physique.

En 2015, elle a remporté la deuxième place à l’Eurovision et, en 2019, a conquis le public chinois en participant au concours Singer sur la chaîne Hunan TV. Les Russes et les Chinois ont en effet apprécié son interprétation de la chanson Koukouchka (« Avion coucou ») du leader du légendaire groupe Kino, Viktor Tsoï. Son clip a d’ailleurs recueilli pas moins de 150 millions de vues sur YouTube.

Ksenia Sobtchak (6,8 millions d’abonnés)

À cette présentatrice de télévision de 37 ans, journaliste et ancienne candidate aux élections présidentielles l’on aime rappeler ses débuts douteux, lorsqu’elle apparaissait ivre morte dans une émission de télé-réalité dédiée à sa vie, quand elle embrassait une autre présentatrice de télévision, nommée Tina Kandelaki, lors d’une cérémonie de remise de prix, et quand elle qualifiait les enfants de crétins, tout en étant elle-même mère.

Sobtchak n’en a cependant que faire, ses détracteurs n’étant pas en mesure d’entraver l’essor de sa carrière : alors qu’initialement elle interviewait des politiciens et des célébrités sur la chaîne d'opposition Dojd, elle a depuis lancé sa propre émission Ostorojno, Sobtchak (« Attention, Sobtchak »), où elle interviewe qui elle veut, y compris Lars von Trier et Quentin Tarantino.

Dans cet autre article, nous vous présentons des clips musicaux russes ou russophones ayant accumulé plus de 100 millions de vues sur YouTube.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies