Séries télévisées russes qui ont comme un air de déjà-vu

kinopoisk.ru
RBTH vous présente la première partie de son guide des séries TV russes calquées sur les shows étrangers.

1. My Fair Nanny / The Nanny

Elle a plaqué son petit-ami, et il l’a licenciée. Elle essaye de vendre des produits de beauté en faisant du porte-à-porte, puis se voit offrir un job de nounou dans la maison d’un célèbre producteur de musique. Cela ne vous rappelle rien ? Mais si ! C’est la version russe de The Nanny, une série américaine diffusée sur CBS entre 1993 et 1999.

En Russie, la nounou, à l’origine juive américaine, est une jeune ukrainienne avec un accent bien prononcé et des vêtements qui détonnent. La série, très populaire en Russie, est sortie entre 2004 et 2006, soit cinq ans après la fin de la diffusion du show américain. Elle a permis à l’actrice Anastasia Zavorotniouk de crever l’écran. Six saisons ont été adaptées, tandis que la 7ème saison, diffusée en 2008, a été spécialement créée pour la nounou russe.

2. Happy Together / Married… With Children 

Gena Bukine, un vendeur de chaussures de Ekaterinbourg, est un amateur de football et de bière. Sa femme est une faignante, sa sœur est sexy mais un peu bêbête, son fils a tout de l’adolescent excité. Ils ne font que parler du fait qu’ils manquent d’argent, de nourriture et de sexe. Ce sont les alter ego de leurs homologues américains. Leurs tenues, et même leur appartement, sont similaires en tout point à ceux des Américains, ce qui est assez étrange car en Russie, on verra rarement une famille en difficulté occuper un appartement deux pièces.

Les trois premières saisons copient les saisons américaines, et seuls les noms des célébrités et des matchs de football ont été changés. Les saisons suivantes ont été écrites par des scénaristes russes.

3. Not Born Beautiful / Ugly Betty

La série télévisée colombienne était intitulée Yo soy Betty, la fea, et a joui d’une incroyable popularité, en témoigne son adaptation dans plus de 30 pays. Aux États-Unis, la série est devenue Ugly Betty et a été diffusée un an après l’adaptation russe. Not born beautiful a été diffusé en Russie entre 2005 et 2006 avec comme titre l’aphorisme russe « Mieux vaut gaîté que beauté ».

Dans la version russe, Betty est devenue Katia, une jeune femme intelligente mais pas vraiment sexy qui porte un appareil dentaire, travaille comme secrétaire et tombe amoureuse de son patron, qui essaye de l’utiliser à ses fins.

4. Private School / El internado. Laguna Negra

Il s’agit d’une adaptation de la série mystique espagnole El internado, Laguna Negra (The Black Lagoon Boarding School). Elle a été diffusée en Russie entre 2011 et 2012 et le directeur de la chaîne STS, Viatcheslav Mourougov a déclaré qu’on n’avait pas vu série plus populaire depuis Not born beautiful.

Dans l’adaptation, Andreï et sa petite sœur sont envoyés dans un pensionnat suite à la disparition de leurs parents. L’établissement est un manoir du XVIIIe siècle qui a été abandonné après la révolution de 1917. À la fin de la guerre et jusqu’au décès de Staline en 1953, le manoir a servi de prison pour les enfants. Les murs regorgent ainsi de secrets et autres mystères que les protagonistes tentent d’élucider.

5. Doctor Tyrsa / House M.D.

Si « tout le monde ment », c’est n’est certainement pas le cas des créateurs de Doctor Tyrsa lorsqu’ils admettent n’avoir pris de la version originale de House M.D. que la trame, et pas le script. La version russe de House M.D. met en scène un brillant chirurgien qui travaille dans une clinique privée réservée aux athlètes. Il est athée, cynique et ne croit jamais ce que les gens lui disent. Chaque épisode est consacré à un traumatisme sportif et à ses conséquences.

Dr. Tyrsa fume, boit de l’alcool et n’est pas en bons termes avec ses collègues du sexe faible qui dirigent le département de patho-traumatologie. L’intrigue diverge de l’original, les personnages et la personnalité du protagoniste également, mais les similitudes avec la série américaine sautent malgré tout aux yeux. D’ailleurs, les fans américains ont vu d’un mauvais œil la diffusion de la série russe.

Lire aussi : 

Les cinq films russes les plus attendus de l’année

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer