Dix clips musicaux venus de l'Est et ayant accumulé plus de 100 millions de vues sur YouTube

Open Kids, LITTLE BIG/youtube.com
Il y en a pour tous les goûts, de danses devenues virales à des blagues sans prétention, en passant par des scènes de batailles épiques.

Little Big – Skibidi – 300 millions de vues

Cette danse reprise depuis la sortie du clip par des milliers de personnes à travers le monde est venue à l’esprit d’Ilia Proussikine, fondateur de ce groupe de rave.

« Je sais que l’idée est venue à Ilia comme ça, en une seconde. Il m’a envoyé une vidéo : "Dis-moi ce que t’en penses, on a écrit une chanson, j’ai inventé la choré". Ilia a toujours rêvé de travailler avec les bruits d’animaux et de faire de la musique à partir de ces "ouaf-ouaf" », a expliqué Alina Piazok, réalisatrice du clip, dans une interview pour Aficha Daily.

L’on peut éternellement tenter de deviner le sens du mot Skibidi (il est dit que le terme serait issu du dessin animé Scooby-Doo, mais rien n’est certain), mais il est plus simple de retenir la chorégraphie et de se joindre au flashmob mondial suscité par ce clip. Si vous ne parvenez pas à apprendre par cœur cette danse, le jeu vidéo Just Dance 2020 développé par Ubisoft devrait en outre vous y aider, cette chanson faisant partie de sa playlist.

Open Kids – Kroutché vsekh (« Plus cool que tous ») – 271 millions de vues

Une chorégraphie bien pensée, des images brillantes avec des paillettes, une chanson légère et un minimum de montage vidéo, c’est ainsi qu’en 2016, le collectif pop Open Kids, composé d’enfants, et le groupe ukrainien Quest Pistols Show ont donné naissance à un hymne non officiel destiné à la jeunesse russophone.

Encore aujourd’hui, dans les colonies de vacances et dans les cours d’école, on danse en rythme sur ce morceau. Un tube qui ne manquera pas de vous donner votre dose quotidienne de motivation.

« Ce sentiment quand t’es plus cool que tous.

Ce sentiment quand t’es sur la vague.

Ce sentiment quand t’es plus cool que tous.

Plus cool que tous. Tout ira bien pour toi ».

Alekseï Vorobiov – Soumaschedchaïa (« Folle ») – 251 millions de vues 

Le couple mis en scène dans ce clip entretien une relation basée sur les blagues faites l’un à l’autre. On effraie dès le réveil sa bienaimée avec un masque de psychopathe ? Que l’on ne s’étonne pas de prendre une décharge électrique en échange. On change l’huile de tournesol dans la cuisine pour de l’huile de moteur ? En réponse, l’on retrouve ses chaussons cloués au sol.

Ces farces amusantes et le refrain entêtant « Elle est folle, mais elle est à moi », combinées à la curiosité de voir comment se terminera cette histoire, voilà ce qui a certainement poussé vers centaines de millions de spectateurs à visionner ce clip sorti en 2015. D’ailleurs, depuis, deux autres ont vu le jour pour y donner une suite, permettant de savoir comment la jeune femme a décidé de se venger de son copain le jour de son anniversaire, et même comment ils se sont rencontrés.

Eldjeï & Feduk и – Rozovoïé vino (« Vin rosé ») – 244 millions de vues 

Le titre Rosovoïé vino n’est mentionné qu’une seule fois dans le morceau, tout au début, lorsque l’artiste hip-hop Feduk et son ami font du freestyle chez eux. Ce clip est devenu un hit grâce à la maîtrise de la réalisatrice Alina Piazok (travaillant notamment pour le groupe mondialement connu Little Big) et le refrain qui s’ancre facilement dans notre esprit.

« C’est si beau ici, que j’arrête de respirer.

Les sons au minimum, pour ne pas déranger.

Ces nuages sont du coton rose.

La magie des couleurs avec les glaçons dans nos verres ».

En réalité, le morceau a également fait le buzz de par le conflit ayant éclaté entre Feduk et le rappeur Eldjeï, qui ne chante qu’un couplet, car ils ne parvenaient pas à se décider quel nom devait apparaître en premier dans le titre. Depuis, les deux artistes ne se sont réunis qu’une seule fois pour un concert, et le reste du temps interprètent cette chanson séparément, chacun sa partie.

Little Big – Faradenza – 158 millions de vues

Les paroles tout entières sont constituées de mots semblant choisis au hasard en anglais et en espagnol. Par exemple, l’une des phrases se présente ainsi : « Gusto rico dante power konnichiuahua ».

Ce n’est qu’en visionnant ce clip humoristique, comme le veut la tradition chez Little Big, que l’on peut comprendre que Faradenza s’avère être une marque de parfum, et que son slogan est : « Ra-ta-ta-ta La boca de la cokka ».

La vidéo met en scène un membre du groupe arrivant dans un sanatorium typique d’ex-URSS en s’étant préalablement aspergé de parfum Faradenza et suscitant alors l’admiration des retraitées s’y reposant.

Polina Gagarina – Koukouchka (« Coucou ») – 151 millions de vues 

Cette chanson est en réalité une reprise d’une composition de Viktor Tsoï, leader du légendaire groupe Kino, décédé en 1990. Elle a ici été interprétée en guise de bande son d’un film russe intitulé Bataille de Sébastopol, c’est pourquoi la vidéo contient des extraits cinématographiques.

Le sujet est basé sur l’histoire de Lioudmila Pavlitchenko, célèbre tireuse d’élite ayant éliminé 309 soldats et officiers ennemis durant la Seconde Guerre mondiale. Dans la presse américaine, elle était surnommé « Lady Mort », mais tant le film que le clip ne traitent pas de ces affrontements violents, mais du fait que la place d’une femme n’est pas sur le front.

Leningrad – Eksponat (« Pièce d’exposition ») – 150 millions de vues 

L’héroïne de ce clip vit avec sa mère dans un petit appartement. Sur Internet, elle a rencontré un homme fortuné etn pour attirer son attention, elle se présente comme une peintre ayant fui son tyran de père pour se consacrer à son art.

Finalement, elle reçoit une invitation, et pas n’importe où, pour une exposition de Van Gogh. Il ne reste donc plus qu’à s’apprêter pour l’occasion, mais ce qui s’annonçait simple devient une galère indescriptible, et hilarante.

Sergueï Lazarev – Eto vsio ona (« C’est tout elle ») – 140 millions de vues 

Même dans le plus modeste des geeks se cachent une force et un charisme, susceptibles de charmer n’importe quelle femme, il suffit juste d’ajuster un peu sa tenue, comme le prouve ce clip. C’est ainsi que quatre rats de bibliothèque entreprennent de séduire un mannequin se retrouvant par hasard près de leur université. Une histoire décalée qui a fait mouche auprès du public !

Egor Kreed et Filipp Kirkorov – Tsvet nastroïenia tchorny (« La couleur de mon humeur est noire ») – 131 millions de vues

La vidéo et les paroles sont une réponse au clip de Kirkorov Tsvet nastroïenia sini (« La couleur de mon humeur est bleue »), qui avait recueilli « seulement » 58 millions de vues.

Ici, Kirkorov est mis en scène signant un contrat avec le célèbre label musical Black Star (auquel appartient Egor), fondé par le rappeur russe Timati. Il se familiarise alors avec toutes les difficultés du travail au sein de ce collectif, où tous les artistes sont habillés exclusivement de noir et sont obligés de faire, dans leurs clips, la promotion de ravioles ou de dentifrice (les clips de Black Star sont constamment critiqués pour le nombre excessifs de placements de produits).

  Jah Khalib – Medina – 107 millions de vues

Le réalisateur Aïsoultan Seïtov a offert au public ce sublime clip guerrier. Au premier abord, l’intrigue s’articule autour d’un nomade luttant par amour. Cependant, le rappeur kazakh Jah Khalib a déclaré en personne que Medina n’était pas le nom d’une femme ou d’une ville, mais une symbolique plus large.

« Medina est l’image de la purification, de la découverte de la vérité, de l’amour, de la famille, de la satisfaction et de l’harmonie », a-t-il confié lors d’une interview.:

Refrain :

« Et une fois de plus, le lever du soleil interrompt le sommeil.

Les jambes iront à nouveau en chemin, malgré la douleur.

Pour ressentir la chaleur de tes bras.

Je veux te trouver, Medina ».

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Dans cet autre article, nous vous présentons comment les langues minoritaires de Russie s’immiscent dans le rap ou le hip-hop.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies