Surfer dans l’Arctique russe, c’est possible!

Tatyana Elizaryeva
Qu’est-ce que cela fait de se jeter à l’eau alors qu’il neige, d’attendre les vagues dans un froid glacial, et de se lancer à l’assaut des plus grandes dans un environnement des plus inhospitaliers? Le surfer russe Sergueï Rachivaïev nous fait part de son expérience.

Le Pétersbourgeois Sergueï Rachivaïev a fait ses débuts dans le surf à l’âge de 23 ans, et a rapidement réalisé que sa vie ne serait plus la même. Depuis, il a conquis tous les océans, en surfant dans des endroits si reculés que vous n’imagineriez même pas qu’une planche puisse y faire son apparition. Il a également ouvert sa propre agence de voyage, aidant ses clients à organiser des expéditions de surf extrême, et a fondé sa propre école de surf.

« Après avoir surfé sur chaque océan, la prochaine étape logique était d’essayer l’océan Arctique ».

« J’avais déjà surfé dans des eaux froides, donc la première fois je n’ai pas eu peur. Mais plus tard, il y a eu des moments effrayants. Une fois, j’ai failli être noyé par d’immenses vagues ».

« Pour supporter les températures glaciales, portez une bonne combinaison. Et dès que vous sortez de l’eau, enfilez des vêtements secs et mettez-vous au chaud ».

« Dans le Nord, tout comme partout en Russie, la saison de surf s’étale sur toute l’année. Il n’y a qu’à Saint-Pétersbourg où les gens cessent d’en pratiquer quand la glace apparaît ».

Lire aussi : Pourquoi les Russes sont-ils résistants au froid?

« J’aime surfer chez moi à Saint-Pétersbourg. En Russie j’ai déjà surfé à Vladivostok, dans les îles Kouriles, au Kamtchatka, sur la mer Noire, au Daghestan et à Kaliningrad. Parmi les endroits plus chauds, je préfère la République Dominicaine et les Maldives ».

« J’ai un ami italien qui vient régulièrement à Saint-Pétersbourg et qui surfe aussi ».

« Je recommande définitivement aux étrangers de surfer en Russie. Il y en a déjà beaucoup qui viennent le faire au Kamtchatka ».

« Bien sûr, chacun doit comprendre qu’un voyage de surf en Russie ne consiste pas à attraper la vague parfaite, mais est plutôt une occasion idéale pour explorer notre pays ».

« Essayez de surfer partout en Russie, mais un étranger pourrait se heurter à certaines difficultés : la plupart des villes ont des infrastructures insuffisantes, et tout le monde ne parle pas anglais. Dans les îles Kouriles et les autres régions frontalières, il peut y a voir des problèmes pour obtenir une autorisation officielle de visite. Mais tous ces obstacles peuvent être résolus ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies