Témoignage d'un expatrié: ces questions que les Russes vous poseront inlassablement

Tim Kirby

Alexander Kislov
Tim Kirby vit en Russie depuis plus de 10 ans, mais quand il s'agit de parler à des inconnus, c'est encore et toujours la même rengaine pour lui.

Sois averti, étranger ! Tous ceux qui viendront dans ce pays devront passer un test quotidien de patience et de discipline, car chaque Russe que vous rencontrerez vous posera les mêmes questions, encore et encore. Trois... cinq... peut-être même quarante fois par jour (si vous allez à une conférence ou autre) on vous les posera. Tu es différent, ils le savent et ils sont très curieux. Mais malheureusement, toutes leurs interrogations seront exactement les mêmes à chaque fois.

En tant qu'étranger américain en Russie, qui se trouve être d'origine slave, je possède la génétique nécessaire pour me fondre dans la population locale... jusqu'à ce que j'ouvre la bouche. Bien que j'aie la plus grande diversité lexicale russe de tous les étrangers anglophones que j'aie jamais rencontrés, ma prononciation est (et sera toujours) bancale. Ainsi, à la seconde où la discussion s'écarte des sentiers battus des mots que je peux prononcer, me voici démasqué. Puis, j'entends ces termes redoutables qui déclenchent l’inévitable conversation et que je dois vivre à chaque fois que je rencontre une nouvelle personne : « Oh, tu es un étranger ». À ce stade, essayez de prendre une grande respiration et répondez avec le « Da » le plus blasé et le moins enthousiaste possible, en espérant que votre interlocuteur comprendra que vous ne voulez pas en parler, mais la plupart du temps, cela ne sert à rien. À partir de là, les questions sont comme suit…

D’où viens-tu ?

Une première question logique impliquant une réponse courte. Par ennui, je demande maintenant au chauffeur de taxi, à la serveuse, etc. d'où ils pensent que je viens. En gros, je mène en quelque sorte mon propre sondage. Les principales réponses sont la Finlande et la République tchèque parce que je parle le russe mieux que n'importe quel Occidental ne pourrait le faire à leurs yeux, cependant encore de façon fantastiquement erronée, mais toujours un peu correcte (comme les Tchèques) et apparemment très lentement et platement (comme les Finlandais).

Je leur réponds alors quelque chose comme « la ville de Cleveland, dans l'État de l'Ohio, aux USA... loin au nord et juste à côté du Canada ». Je le fais parce que personne ne sait où se trouve l'Ohio (je ne m'attends pas à ce que les étrangers connaissent la géographie des États-Unis). De plus, parce que beaucoup fantasment de déménager en Amérique, ils pensent que je dois venir d'un endroit ensoleillé, près de la Californie ou de la Floride. Environ 50 % du temps, je dois les informer, à leur grand étonnement, que la neige tombe chaque année à Cleveland.

Lire aussi : Que pensent réellement les Russes de Donald Trump?

Pourquoi vis-tu ici ?

Découvrir que vous êtes un Américain qui vit volontairement en Russie provoque généralement la confusion de la personne qui vous interroge. On lui a répété toute sa vie que l'Amérique était un paradis aux rues pavées d'or, où « tout le monde veut aller », et puisque vous brisez sa vision établie du monde, elle exigera d'entendre une sorte de justification pour savoir pourquoi vous êtes ici. Je veux dire, après tout, vous avez échangé une vie de richesse et de luxe extrêmes pour venir dans cet endroit « horrible ».

D'habitude, l'étape suivante est de me réprimander avec des questions comme : « Comment peux-tu vivre ici, il y a tant d'argent en Amérique ? ». Peu importe la façon dont ils les formulent, chaque question a un rapport avec l'argent. Les Russes affirment massivement qu'ils aiment l'Amérique et je n'en doute pas, mais ce qu'ils aiment le plus dans ce pays, c'est effectivement la monnaie sonnante et trébuchante. Malheureusement, je n'ai rencontré qu'une seule personne qui m'a dit apprécier les valeurs des pères fondateurs comme raison principale de son choix de vivre en Amérique. Peut-être que Trump devrait construire un mur avec la Russie... d’une manière ou d’une autre ?

Encore une fois, parce que j'en ai marre de cette question inutile, je réponds d'habitude simplement : « Tous mes ancêtres viennent d'Europe de l'Est, j'ai donc voulu revenir à la maison ». Cette déclaration n'obtient généralement que peu ou pas de réponse, alors je considère qu'elle est parfaite. 

En tant qu'amoureux de la Russie, je dois dire que je m'inquiète pour l'avenir quand toutes les personnes que je rencontre au hasard ont une si basse estime de leur pays. Si les Russes subissent un lavage de cerveau de la part des médias, comme l’assure la presse occidentale, alors ce sont des médias d'Hollywood et non du Kremlin.

Tu sais, tout le monde en Russie souhaite déménager aux États-Unis !

C'est ce que j'ai entendu dire. Les Russes croient en un « vsié » (tout le monde) mystique, et ils croient que « vsié » fait quelque chose que, par conséquent, ils doivent aussi faire ! « Vsié » est très dangereux pour la société russe parce que s'ils croient que « vsié » fait X, alors ils voudront tous également faire X, même si c'est une très mauvaise idée. 

Hey, le fils de l’ami du cousin de mon oncle a déménagé à New York et aime vraiment la ville, t’en penses quoi ?

« C’est cool pour lui », c'est tout ce que je peux dire au sujet de cette déclaration, qui est toujours faite après qu'ils ont découvert que je viens d'Amérique et qu'ils ont exprimé leur confusion face au fait que je vis en Russie. Je ne sais jamais vraiment quoi dire en réponse à cela. Je pense que la personne veut montrer une sorte de parenté envers moi, en mettant en avant que quelqu'un qui lui est lié, de manière aussi lointaine que ce soit, a déménagé en Amérique. Je suppose que c'est chouette, mais je ne sais vraiment pas comment réagir à cette affirmation. Il semble d’ailleurs que chaque personne conduisant un taxi en Russie a un parent éloigné qui a migré aux États-Unis.

Lire aussi : Pourquoi les Russes ne sont-ils pas si différents que ça des Américains?

Depuis combien de temps vis-tu en Russie ?

« Depuis plus de 10 ans » est ma réponse directe et véridique.

Donc tu aimes la Russie ?

L'irrationalité de cette interrogation est quelque chose que je n'arrive pas à surmonter. Peu importe le nombre de fois où j'ai dû me faire vacciner chez le médecin, je ne peux toujours pas ignorer le fait qu'une aiguille me pénètre dans le bras, et c'est la même chose. C'est une question tellement stupide qu'elle vous frappe au visage sans que vous puissiez l'ignorer. Si quelqu'un vit volontairement dans un pays étranger pendant plus de 10 ans, qu'est-ce qui pourrait vous faire penser qu'il n'aime pas cela ? Sérieusement, qu'est-ce que ça pourrait être ? Aucun Américain ne demanderait à un Chinois ou à un Égyptien vivant aux États-Unis depuis de nombreuses années s'il aime ou non le pays. Bien sûr qu'ils l’aiment, ils ont déménagé volontairement !

À noter qu'ils demandent toujours : « Aimes-tu la Russie ? » et pas « Qu'est-ce que tu aimes en Russie ? », ce qui serait beaucoup plus rationnel et valable. Continuons…

Es-tu marié ? As-tu des frères et sœurs ?

C'est difficile d'imaginer rencontrer quelqu'un pour la première fois aux États-Unis et lui demander « Hey, mon frère, es-tu marié ? » ou lorsque vous parlez à un nouveau collègue  « Hey, combien de frères as-tu ? ». En Occident, c'est considéré comme une information personnelle, bien qu'elle soit de notoriété publique pour tout le monde via Facebook, mais en Russie, il est normal de s'informer à ce sujet.

Ma réponse est « Oui, je suis marié », puis j'explique que mes deux enfants ont des patronymes ridicules grâce au fait que leur père est étranger (Timotiévitch, Timotiévna), ce qui fait sourire la plupart des Russes.

Je crois que le fait de demander si j'ai des frères est lié au fait que j'ai abandonné mes parents en Amérique. Mais encore une fois, on a posé la même question aux gens avec qui j'ai servi dans le Corps de la paix américain au Kazakhstan et qui n'avaient pas l'intention d'immigrer. Alors, qui sait ? Mais en bref, oui, je suis le crétin qui est enfant unique et qui a déménagé dans un autre pays. Inutile de dire que lorsque je reviens dans l'Ohio, il y a beaucoup de choses à réparer dans la maison ! Une fois, mon père m'a fait la surprise de mon confier 15 tonnes de gravier à pelleter. Pour être honnête, c'était plutôt amusant.

Lire aussi : Trois conversations surréalistes avec ma petite copine russe

Et savais-tu que … ?

C'est le moment de la conversation où le Russe (grâce au grandiose système éducatif communiste) se sent obligé d'éclairer l'étranger naïf et stupide que je suis (qui vit dans le pays depuis une décennie, travaille dans les médias et parle couramment la langue) sur un aspect de l'histoire ou de la culture de Russie, que j'ai en réalité appris dès ma première année ici. Les Russes sont en réalité certains que jusqu'à preuve du contraire, vous êtes un Occidental qui a donc une vision du monde occidentale.

Le communisme et l'orthodoxie insistent tous deux sur la correction des mauvais comportements et l'élimination des mythes nuisibles, ce qui est bon pour la société et fait certainement partie de la culture russe ; mais le problème est qu'en tant qu'étranger vous êtes traité comme un enfant, même si, comme moi, vous faites 110 kilos, 1,85 mètre, êtes barbu, et avez des dents de travers. Ainsi, vous allez être la cible de cette personne sentant de son devoir de détruire les mythes présents dans l’esprit de l'Occidental ignorant que vous êtes pour vous aider... Merci.

Cela peut aussi faire partie du processus visant à savoir de quel côté vous êtes. Pour les Russes, il est essentiel de savoir si quelqu'un est de leur côté ou non. Vous y serez immanquablement confronté en rencontrant des Russes. Je connais d’ailleurs un Américain qui a littéralement empêché un Russe de le réprimander au sujet de la politique étrangère des États-Unis avec ces mots : « Je déteste Obama, je n'ai pas voté pour lui ». Voyant que cet Américain était inoffensif, le Russe a fait une tête abrupte et s'est simplement éloigné en silence.

Qu'ai-je donc appris de ces plus de 10 000 conversations identiques ?

Les Russes sont très curieux au sujet du monde extérieur et n'ont pas peur de rencontrer de nouvelles personnes ou de leur poser des questions.

Les Russes ont un complexe d'infériorité quant à leur pays.    

Les Russes ont un fort sens de la collectivité et leurs désirs dans la vie reflètent ce que « vsié » veut/fait.

Les Russes idéalisent la vie en Occident à travers les lunettes teintées de rose d’Hollywood, et ont des opinions irrationnelles sur l'Ouest à cause de cela.

Les Russes considèrent votre situation familiale comme un élément essentiel de ce que vous êtes en tant que personne, plus important même pour votre identité que votre carrière. 

Les Russes vous considèrent comme naïfs et doux, et que vous avez besoin d'être mis au courant des réalités et de l'histoire « choquantes » de la grande et effrayante Russie.

Les Russes veulent savoir si vous êtes l’un des leurs ou non.

Tous ont un cousin germain vivant à New York.

Alors, d'où viens-tu, au fait ?

Dans cet autre article, un expatrié en Russie explique pourquoi il est impossible de parler de la pluie et du beau temps avec les locaux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies