Pourquoi les Russes n'ont-ils peur de rien?

Natalya Nosova
Cette question semble plutôt étrange pour une oreille russe au début. Sans peur? Pourquoi les étrangers seraient-ils convaincus que les Russes ne connaissent pas la peur?

Mais comment qualifier une nation où les enfants sautent des édifices de plusieurs étages pour s'amuser, où les hommes discutent calmement d'un nouvel itinéraire de navigation après que leur voiture soit tombée dans une rivière, où les femmes parlent avec les ours sauvages comme avec des amis et où des bagarreurs ventripotents viennent à bout d’ennemis qui, à en juger par leur regard sans pitié, mangent peut-être des bambins pour leur petit-déjeuner ? L’absence de peur est la seule explication plausible d'un tel comportement imprudent et les historiens affirment qu'il est imprimé dans les gènes russes.

Lire aussi : Pourquoi les Russes sont-ils résistants au froid?

Histoire

Si l'intrépidité est effectivement un trait national, alors il devrait être ancré dans l'ADN et transmis d'une génération de Russes rustres à leur dure postérité. Étonnamment, bon nombre d'historiens défendent cette théorie.

Sans doute l'historien russe le plus connu, Nikolaï Karamzine croyait fermement qu'il fallait chercher les racines de la rudesse et de l'intrépidité russes dans l'histoire et les traits des anciennes tribus habitant l'énorme étendue qui constitue aujourd'hui la Russie moderne.

« Méprisant les conditions météorologiques difficiles intrinsèques au climat du Nord, ils ont enduré la faim et tous les besoins; ils ont mangé de la nourriture crue », a écrit Karamzine au sujet des anciens Slaves.

Lire aussi : Mythes de l’histoire russe: le mot «Slaves» vient-il d’«esclaves»?

L'historien, qui a étudié les récits des ennemis de bataille des Slaves, conclut qu'ils étaient des combattants vicieux et frénétiques qui ne se souciaient guère de survivre à une bataille donnée. Les récits de l'intrépidité téméraire des anciens guerriers surprennent Karamzine qui se demande raisonnablement : « Le courage, un trait national perpétuel de ce peuple mi-sauvage, peut-il être basé sur la simple gloriole, inhérente seulement à un homme instruit ? ».

La réponse est évidemment non, mais l'historien argumente en affirmant que tandis que l'audace intrépide constituait un trait inné des anciens Slaves, la formation d'une société plus complexe mettant en valeur les martyrs intrépides a développé ce trait à l'extrême : « La Rapacité a donné naissance au [courage]. La cupidité l'a alimenté ».

Climat

Un internaute nommé Anton Oumnikov a posté cette carte (qui semble un peu modifiée par Photoshop) cherchant à expliquer l'intrépidité russe par des conditions climatiques extrêmement dures. « Toutes les parties blanches sont de la neige, écrit Oumnikov. Presque tout le pays en est couvert. Couvert de neige pendant plusieurs mois par an. Des ours ou des loups dans les parages - tenez bon les gars! J'ai du foin à récolter pour mes vaches. MAINTENANT ». (Sic)

Lire aussi : Pourquoi y a-t-il autant de caméras dans les voitures en Russie?

Honnêtement, c'est un peu exagéré. Le temps en Russie peut être dur, mais ce n'est pas comme si le pays était congelé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Néanmoins, de nombreux historiens prétendent que c’est précisément le climat rigoureux qui a fait des Slaves des créatures intrépides.

« Une nature avare exige un travail constant et dur de l’homme et maintient ce dernier dans un état d'excitation... Il est clair qu'une population avec un tel caractère est capable de poser une base solide pour une vie étatique et de subordonner les tribus ayant un caractère opposé », a écrit Sergueï Soloviov, l'un des historiens russes les plus influents.

Les Russes ont tout vu

Les Russes ont traversé des temps effrayants, mais ils ont constamment refait surface, encore et encore. Pensez-y : la Révolution russe, la guerre civile russe, la collectivisation, la dépossession, les purges staliniennes, la Seconde Guerre mondiale, la stagnation, une grave crise économique et l'effondrement final de l'État sont survenus au cours d'un seul et même siècle.

Lire aussi : Pourquoi les Russes ne sourient-ils pas?

Évidemment, tout le monde n'a pas été témoin de toutes ces horreurs, mais les souvenirs nationaux, transmis de génération en génération, ont formé un état d'esprit particulièrement sévère chez les Russes.

Vodka+virilité: le cocktail ruse

La culture russe récompense la virilité et dénigre toute manifestation de faiblesse. Menacez d'appeler la police quand vous êtes entouré de gangsters dans un coin sombre d'une ville russe et vous neutraliserez immédiatement vos agresseurs : ils mourront littéralement de rire.

Les hommes sont censés s'occuper de leurs problèmes sans chercher d'aide à l'extérieur. Cette attitude dominante conduit à un environnement où les gens préfèrent mettre la loi de côté et s'appuyer sur leurs propres capacités de résolution des problèmes.

Lire aussi : Pourquoi les Russes boivent-ils?

En conséquence, les Russes sont pressés d'agir comme s'ils étaient intrépides et de faire monter les enchères dans des situations qui auraient pu être résolues avec peu de sang. Mélangez le tout avec de la vodka et vous obtenez des gens vraiment intrépides qui n’ont peur que de paraître faibles... Déconcerté ? Les Russes sont déconcertés eux-mêmes, mais vous n'en saurez jamais rien.

Lire aussi :

C’est normal en Russie: sept choses que vous ne verrez nulle part ailleurs

Dix concepts dont seuls les Russes peuvent saisir la subtilité

Six habitudes étranges des Russes qui désarçonnent les étrangers

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer