Victoria, PDG Russe à New-York: «En Amérique, vous commencez à comprendre les féministes»

Archives personnelles
La différence entre la façon de faire des affaires, la lutte pour l'égalité des sexes, la distance avec son conjoint - fondatrice d’une entreprise dans le domaine de l'informatique et de la publicité, Victoria Douben, raconte les difficultés et les joies d'une femme russe aux États-Unis.

Je suis allée en Amérique pour la première fois à l'âge de 19 ans dans le cadre du programme Work & Travel. J'ai surtout été frappée par le sain je-m’en-foutisme local et par l'incroyable liberté intérieure des habitants. Nous, ceux qui sommes nés en URSS, avons appris à lutter pour figurer sur le tableau d’honneur, et à ne pas sortir du rang. Et si on faisait quelque chose de mal, on nous réprimandait. Je ne peux même pas imaginer pour qui on me prendrait en Russie si je me couchais sur un banc dans un parc pendant trois heures – alors qu’ici personne n’y prêterait attention. Dans ma tête, tout a commencé à se fissurer, j'ai changé de vision de la vie – et j'ai compris que je voulais vivre comme ça.

Déménager en Amérique était lié à mes ambitions. En Russie, j'ai fondé la société Viewst, une plate-forme en nuage pour les petites et moyennes entreprises qui donne accès à des outils rich media dans la publicité mobile. Dès le début, j'ai construit ma société comme une entreprise mondiale, refusant de me limiter à créer une petite plateforme russe. Dans le domaine de la technologie, vous n’avez besoin que d’Internet et d’un ordinateur - et votre service fonctionnera quel que soit votre emplacement physique.

>> Opinion : Pourquoi les femmes russes n'ont pas besoin du féminisme à l'occidentale

Tout ce qui est nouveau dans la publicité et la technologie est testé aux États-Unis. À un moment donné, j'ai réalisé que mon produit était prêt pour l'exportation et j'ai pris l'avion pour explorer, établir des relations avec des partenaires et des investisseurs, et essayer de comprendre le fonctionnement du marché.

En Russie, le client dit ouvertement que ça ne lui plaît pas, en Amérique, tout est différent. Avec les Russes, on peut tout de suite comprendre pourquoi ils refusent de coopérer avec vous : l’absence d’argent ou le produit ne résout pas leur problème. Ici, ils disent que c’est bien, mais ils ne concluent aucun contrat. On vous dit au revoir et vous ne comprenez pas ce qui est arrivé.

En Amérique et en Russie, il y a différentes cultures commerciales. En Russie, on nous a toujours enseigné : « Promettez moins, faites plus ». C'est-à-dire, vendez modestement vos compétences, puis montrez le meilleur résultat, et vous serez récompensé. En Amérique, tout est différent : vous devez vous vendre de manière très agressive, dire que vous êtes bien meilleur que vous ne l’êtes, car le client divise tout par deux. Si, au départ, vous êtes modeste, ils ne coopéreront tout simplement pas avec vous.

En Russie, je n'avais jamais ressenti de malaise associé au genre. J'ai toujours été parmi les hommes : j'ai obtenu mon diplôme du département de physique de l'Université d'État de Moscou, puis j'ai travaillé sur le marché boursier. Et je me sentais à l'aise dans cet environnement. Quand j'ai lu des articles de femmes américaines qui se sont battues pour leurs droits, j'ai souri et j'ai pensé qu'elles vivaient très bien comme ça, et qu’elles ne savaient pas quoi faire pour occuper leurs journées. Mais quand je suis arrivée aux États-Unis, j'ai vraiment rencontré ce problème. Il y a vraiment une attitude inégale envers les femmes et donc une lutte a lieu. Dans le domaine de la construction d'entreprise et de la technologie, en Amérique, on est méfiant envers les femmes. On croit que les affaires sont la prérogative des hommes.

À Moscou, j'avais un certain statut social, à New York, tout a changé. En Russie, j'avais une bonne voiture, je pouvais souvent me permettre d'aller dans d’excellents restaurants. Mais ici, les prix de certaines choses basiques, par exemple un ticket de bus ou un appartement en location, sont deux à trois fois plus élevés, vous devez donc vous refuser quelque chose.

Ouvrir une entreprise en Amérique coûte très cher. Les services d'un avocat qualifié, par exemple, coûtent énormément d'argent. C'est un défi certain, mais si vous avez un plan clair dans la tête, vous ne faites simplement pas attention à tout cela et vous foncez. J'ai rencontré des gens qui sont venus reconstruire leur vie et qui ont traversé beaucoup de difficultés matérielles et morales, mais ils savaient pourquoi ils se battent.

>> Lire aussi : «Les Russes sont des espions»: comment Maria, journaliste, combat les stéréotypes en Croatie

Les Américains ne sont pas aussi ouverts que les Russes. Lorsque nous rencontrons un vieil ami, nous sommes prêts à lui raconter immédiatement toute notre vie. Les Américains, en revanche, discuteront plutôt de leur vie avec un psychothérapeute et vous serez invités à une petite conversation anodine autour d’un verre de vin.

Mon mari est resté à Moscou. Pendant un an et demi de vie séparée, nous avons pris l’avion huit fois pour nous retrouver. Nous n'avons pas d'enfants et cela facilite grandement la situation. À notre âge, l'amour signifie amitié, partenariat, intérêts communs. Ce n’est pas comme quand on est jeune et qu’on dit : « Je ne peux pas passer un seul jour sans toi ». Plus chacun de nous se développe dans son domaine, plus nous devenons intéressants l'un pour l'autre.

Découvrez en outre les dix Russes les plus célèbres à l'étranger (Poutine mis à part).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies