Je suis le seul étranger à une soirée russe, que faire?

Ce n’est pas aussi effrayant qu’il n’y paraît. De manière générale, vous serez chaleureusement accueilli, mais soyez méfiants à l’égard des faux «amis pour la vie» et des concours de buverie.

C’est donc arrivé. Vous êtes arrivé en Russie (pour travailler, voyager ou pour toute autre raison), et l’on vous a convié à une soirée. Or, en franchissant le seuil de l’appartement de votre hôte, vous constatez que vous êtes le seul non-Russe dans les parages. À quoi vous attendre ?

Ne vous inquiétez pas, n’importe qui serait un peu intimidé dans une telle situation. Vous pourriez en effet vous demander : « Vont-ils se moquer de moi et parler dans leur incompréhensible langue ? Est-ce que boire jusqu’à ne plus pouvoir avaler une goutte est obligatoire ? Comment dois-je me comporter avec les garçons / filles russes ? »

Pour répondre à l’ensemble de ces questions, nous avons interrogé à des étrangers de partager leur expérience lors de soirées russes.

FAIT : Vous êtes susceptible d’être placé sous les projecteurs

CONSEIL : Certains Russes peuvent être un peu trop collants

« Je dirais que les Russes jugent bon de m’accorder plus d’attention qu’à leurs invités russes afin que je puisse me sentir à l’aise et comme chez moi, affirme le Breton Erwann. Ils sont attentionnés, chaleureux, et s’efforcent de montrer le meilleur côté de leur culture. Mais cette sorte de traitement de faveur concerne surtout les cas où je ne connais pas encore très bien les personnes présentes. Si ce sont de bons amis, ils se comportent avec moi comme ils le font avec leurs concitoyens ».

Pour un Russe, un étranger le reste totalement jusqu’à ce que la conversation soit engagée. Ensuite, vous deviendrez très rapidement « son ami Toby de Manchester » ou « sa chère Barbara du Minnesota », et bim, vous voici accepté.

Lire aussi : Qu’est-ce qui surprend le plus les étrangers en Russie?

« Je me sens très à l’aise avec les Russes, affirme l’Italienne Lucia. Ils sont accueillants et bavards, posent beaucoup de questions sur l’Italie et sur les raisons qui m’ont poussée à choisir Moscou ».

Toutefois, c’est là que peuvent survenir certaines difficultés. « Vous avez à répondre aux 5-10 mêmes questions pour la centième fois », se lamente Tim, venu des États-Unis. Des questions comme : « Pourquoi es-tu venu en Russie ? Combien de temps ça prend pour apprendre le russe ? »

Le pire, c’est que certains Russes aiment vraiment s’emparer d’un étranger et ne plus le lâcher, comme s’il s’agissait de leur animal de compagnie. Vous vous retrouvez alors embourbé dans une interminable et déplaisante ritournelle : il est de votre devoir d’illuminer leur soirée, de les aider à pratiquer leur anglais (français, polonais, mandarin ou péruvien…) et d’être le convive le plus divertissant et passionnant.

FAIT : Vous devrez boire et festoyer comme seuls les Russes le font

CONSEIL : Ne vous impliquez pas trop dans les jeux et défis d’alcool

Les soirées russes, lorsque tout le monde est de bonne humeur, peuvent être véritablement étonnantes, et si la capacité des locaux à boire est célèbre, c’est à juste titre. Ce vice national implique d’ailleurs une multitude de règles et de traditions.

Lire aussi : Ces habitudes étrangères mal vues en Russie

Qu’en de telles occasions il faille absolument boire de la vodka ou d’autres alcools forts est cependant un mythe. Non, ce n’est pas une obligation, et si vous êtes abstinent, vos hôtes le comprendront, même s’il est vrai que démontrer vos aptitudes à avaler quelques verres facilite généralement le rapprochement.

« Pour me rapprocher des parents de ma copine, j’ai dû prouver que je pouvais boire et que j’étais un moujik, raconte le Français Paul. Pour survivre à la soirée avec les amis de sa mère, j’ai dû montrer que je pouvais supporter l’alcool, et ensuite, tous ont pu dire de moi que j’étais un homme, ce qui était très amusant ! »

Une idée stupide serait toutefois de tenter de boire plus que les Russes. Tout d’abord, ce genre de challenge n’est même pas populaire auprès des locaux eux-mêmes, et si vous y êtes invité, cela cache peut-être une mauvaise blague. Réfléchissez-y donc à deux fois avant d’accepter de participer à un jeu d’alcool.

FAIT : Vous apprendrez plein de nouveaux mots et plaisanteries russes

CONSEIL : Tous ne sont cependant pas à ressortir n’importe où

Comme tout le monde, les Russes adorent comparer leur langue aux autres, et aiment rire de la prononciation des étrangers. Mais comment pourrait-il en être autrement avec une telle phonétique ! « Ils se moquent souvent de mon accent, mais gentiment », confie Lucia.

Lire aussi : Au-delà des clichés: les Russes sont-ils si différents des autres nations?

En réalité, les Russes ont beaucoup de respect pour les étrangers en mesure de parler leur langue, ne serait-ce qu’un peu. Aussi, lors des soirées, ils se donnent à cœur joie pour leur apprendre de nouvelles expressions, parfois grossières. Ce qu’il vous faut cependant savoir c’est que ces mots sont fortement déconseillés dans la vie de tous les jours, la vulgarité étant mal perçue en Russie.

FAIT : La glace est très rapidement brisée

CONSEIL : Certains sujets sont toutefois à éviter

Les Russes sont connus pour leur sincérité et leur ouverture. Par conséquent, une personne rencontrée lors d’une soirée peut aisément livrer des histoires très personnelles à propos de sa famille ou de sa vie sentimentale. Les Russes considèrent en réalité que l’amour, le chagrin et la joie sont des sentiments universels et qu’il n’y a donc aucun secret quant au fait que les gens ont des relations sexuelles, se marient, élèvent leurs enfants, aident leurs parents, naissent et meurent, tombent malades et se rétablissent. La vie suit son cours et ils apprécient de comparer leurs expériences personnelles.

Lire aussi : Tout ce que vous mourez d’envie de demander aux Russes sans oser le faire

Certains sujets sont néanmoins à aborder avec précaution. Par exemple, le montant du salaire est ici rarement évoqué, il s’agit aux yeux des Russes d’une question privée. La politique est également un sujet sensible. « Ne commencez pas directement par parler des droits de l’Homme et de la Crimée », recommande Paul.

Avant tout, il faut se rappeler que tout individu est différent, et que les Russes n’échappent pas à cette règle. Vous pourrez donc être confronté à des réactions diamétralement opposées en fonction de la personne se trouvant face à vous.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment faire la fête à la façon des Russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies