Qui sont les trois footballeurs les plus dangereux de l’équipe de Russie?

Fyodor Smolov

Fyodor Smolov

Bai Xuefei/Global Look Press
Bien que hôte de la Coupe du Monde de la FIFA 2018™, la Russie a l’une des équipes les plus mystérieuses du tournoi. Celle-ci ne compte en effet pratiquement aucune grande star de la discipline. Cependant certains jeunes joueurs au jeu mature pour leur âge pourraient créer la surprise, potentiellement désagréable, face aux Bleus.

L’une des plus talentueuses générations de l’équipe nationale française se trouve sur la dernière ligne droite avant le mondial, dont le coup d’envoi sera donné en juin sur le territoire russe. Pogba, Griezmann et compagnie seront-ils en mesure de répéter le légendaire triomphe de 1998 ? Dans le rôle d’entraineur, Didier Deschamps, l’un des acteurs de cette précédente victoire, prépare en tous cas son équipe pour le voyage vers la Russie, pays que la France s’apprête à affronter lors d’un match amical, le 27 mars.

Cette rencontre à Saint-Pétersbourg ne sera probablement pas un simple échauffement pour l’équipe nationale de Russie. En effet, malgré sa faible 63ème place dans le classement de la FIFA, elle s’efforcera de montrer son plein potentiel devant un public de presque 60 000 personnes, réunies dans le nouveau stade nommé en l’honneur de la ville et situé sur l’île Krestovski, sur le delta de la Neva. Qui en incarnera les premiers rôles ?

Lire aussi : Mondial 2018: les stades russes dans lesquels les Bleus joueront au 1er tour

Fyodor Smolov: du glamour et des buts

À 28 ans, Fyodor Smolov n’a jamais évolué dans de grands clubs internationaux, mais ses adversaires devraient tout de même s’attendre à quelques éclats de sa part. Marquer, ce gars sait le faire : au cours des deux dernières saisons il a été le meilleur buteur de Russie (20 et 18 buts respectivement pour les saisons 2015/2016 et 2016/2017).

Smolov était il y a déjà 10 ans considéré comme un grand talent, lorsqu’il faisait ses débuts, à 17 ans, au sein du Dynamo de Moscou, club pour lequel jouait, dans les années 50-60, le légendaire gardien Lev Yachine. Néanmoins, son meilleur jeu, l’attaquant en a fait la démonstration à l’âge adulte, après avoir changé d’équipes à de nombreuses reprises, de l’hollandaise Feyenoord Rotterdam à l’Oural d’Ekaterinbourg.

Il a été élu meilleur attaquant de Russie au sein du club Krasnodar, détenu par l'un des hommes les plus riches du pays, Sergueï Galitski, un mania du commerce de détail (propriétaire de la plus grande chaîne du pays, Magnit). C’est ici que son talent de buteur a su exprimer tout son potentiel. Dans les clubs précédents il était en effet principalement relégué au flanc, alors qu’il est bien plus efficace en avant-centre.

Lire aussi : Passeport de supporter en Russie: qu’est-ce que c’est et comment l’obtenir?

Malgré le fait que Fyodor évolue dans un club provincial, il prend des airs et se comporte comme s’il était une superstar. À la mode et tatoué, il pourrait tout à fait figurer sur la couverture de magazines peoples. Relation tumultueuse et rupture finale avec la mannequin, présentatrice télé et Miss Russie 2003, Viktoria Lopyreva, soirées en compagnie de rappeurs russes, photo sur la Une de la version russe du magazine pour hommes Esquire : on ne s’ennuie pas en survolant son compte Instagram.

Cependant, cette vie personnelle intense n’empêche pas Smolov de faire montre de son talent un ballon au pied et de progresser. Dans ses interviews il n’a d’ailleurs de cesse d’évoquer le fait qu’il rêve d’intégrer un grand club européen. Son jeu confiant pour son club et son équipe lui permet d’espérer une carrière prometteuse. En novembre, après un double but contre l’équipe d’Espagne, sont apparues des rumeurs quant à l’intérêt que lui accorderaient le Borussia Dortmund et le londonien West Ham. Ses prouesses durant la Coupe du Monde seront donc un facteur décisif.

Igor Akinfeev: une légende mal aimée

Dans l’équipe de Russie il parait déjà être éternel. Ayant fait ses débuts en tant que gardien dans l’équipe nationale à l’âge de 18 ans, Igor Akinfeev a d’ores et déjà enfilé le maillot de cette dernière à 102 reprises au cours de ces 14 dernières années.

Lire aussi : Calculatrice Coupe du Monde 2018: combien coûtera votre voyage en Russie?

Il est ainsi le capitaine de l’équipe russe et le plus expérimenté de ses joueurs. Au cours de sa carrière il s’est démarqué par son enviable stabilité, et la qualité de son jeu n’a pas même été impactée par ses deux ruptures de ligament croisé au genou, alors qu’il s’agit de la blessure la plus grave pour un footballeur.

Cela dit, il est plutôt malchanceux dans les compétitions de haut niveau. Durant la Coupe du Monde 2014 l’équipe n’a pas été en mesure de sortir de la phase de groupes principalement à cause d’erreurs stupides contre la Corée du Sud et l’Algérie. Akinfeev en personne avait qualifié dans un entretien avec des journalistes ces maladresses d’« enfantines ».

Ce mauvais sort a poursuivi le gardien jusqu’en Ligue des Champions : au sein de l’équipe CSKA Moscou, il n’est pas parvenu à arrêter les tirs adverses durant 43 matchs d’affilée. Et cette triste série a duré 11 années entières, de 2006 à 2017. Cette malchance est d’ailleurs devenue le sujet d’innombrables blagues parmi les supporters qui, malgré ses mérites, n’apprécient que peu Akinfeev. Ce dernier n’est cependant pas innocent dans cette affaire. En effet, un jour, il avait qualifié la presse sportive en ligne de « décharge », déclarant qu’il ne lisait rien à propos de son jeu, surtout pas les retours des fans. Ceux-ci ne lui ont depuis lors pas pardonné.

Aleksandr Golovin: un talent venu de Sibérie

Lire aussi : Coupe du Monde 2018 en Russie: que pourront déguster les supporters?

L’Euro 2016 en France s’est transformé en véritable cauchemar pour la Russie. Un jeu terne, des résultats accablants, des espoirs déçus. On a alors accusé l’entraineur de l’équipe, Leonid Sloutski, de tous les péchés. Ce qui a particulièrement suscité la critique, a été sa décision de placer en milieux de terrain, zone de la plus haute importance, le méconnu Aleksandr Golovin, 20 ans. Pourtant, Sloutski lui-même a soutenu que le jeu du jeune homme avait justement été l’un des moments les plus lumineux des rencontres de l’équipe.

« Avoir honte de quoi ? », s’était emporté Golovin en personne suite à une question provocatrice d’un journaliste à l’aéroport de Moscou, au retour de l’Euro. La diplomatie, ce n’est pas le fort de ce joueur, que les observateurs sportifs du CSKA avaient déniché en Sibérie alors qu’il n’était qu’un adolescent.

Le caractère complexe de Golovin ne l’a cependant pas empêché de poursuivre sa progression, au contraire, il est très sérieux et ne se laisse presque pas distraire de ses objectifs.

Aleksandr s’est rapidement hissé jusqu’au rôle de leader du CSKA, au sein duquel il a cette saison atteint les quarts de finale de la Ligue Europa, battant en huitièmes l’Olympique Lyonnais. Son magnifique but au Stade de Gerland a tant impressionné les journalistes, que Golovin a été élu meilleur joueur de la semaine.

Lire aussi : Cinq choses à faire absolument à Moscou entre deux matchs de la Coupe du Monde de la FIFA™

Les observateurs sportifs sont eux aussi stupéfaits par le progrès du joueur et les représentants des grands clubs européens examineront immanquablement ses prouesses lors de la Coupe du Monde. Aleksandr note cependant que l’attention accrue dont il fait l’objet ne l’atteint pas : « Je n’y pense pas du tout. Si tu commences à te mettre la pression, il n’en ressortira rien de bon ».

Russia Beyond vous explique dans cet autre article pourquoi l’équipe nationale de football russe ne parvient pas à tirer son épingle du jeu sur la scène internationale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer