Les cinq prisons les plus célèbres de Russie et leurs détenus

Piotr Kovalev/TASS; Andreï Stenine/Sputnik
Du plus ancien centre pénitencier de Russie à la plus emblématique prison de Saint-Pétersbourg, ces lieux ont accueilli des personnages historiques majeurs, d’un émeutier paysan au fils de Staline.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En des temps anciens, en Russie, les prisons séparées n'étaient pas très répandues : pour détenir les prisonniers, on creusait simplement des trous dans le sol. En outre, des passages souterrains sous les murs des forteresses servaient à détenir les criminels et des cellules pouvaient être aménagées dans les monastères.

Entretemps, la plus ancienne prison séparée de Russie a été construite dans ce qui était autrefois la périphérie la plus orientale de l'État, dans la ville de Tcheboksary, capitale de l’actuelle République de Tchouvachie.

Prison de Tcheboksary

Cette prison est considérée comme la plus ancienne de Russie. Elle a d'abord été construite en bois sur ordre d'Ivan le Terrible et simultanément avec le kremlin en bois de Tcheboksary (fondé en 1555). La forteresse y a été érigée pour faciliter la présence du Tsarat de Moscou sur ces terres, soumettre les tribus tatares locales et leur faire payer des tribus. Les chefs des émeutiers locaux, ainsi que les criminels de la population russe locale y étaient incarcérés. 

En 1646, la prison a été reconstruite en pierre, avec des murs de 82cm d'épaisseur. En 1871, elle a été baptisée Château de la prison de Tcheboksary. C'est aujourd'hui la plus ancienne prison en activité en Russie, qui se trouve toujours à sa place initiale au centre de la ville. À noter que personne ne s'est jamais échappé de la prison de Tcheboksary.

Condamnés célèbres : Une légende veut que Stepan Razine (1630-1671), chef de l'émeute paysanne de 1670-1671, ait été brièvement détenu dans la prison de Tcheboksary alors qu'il se rendait à Moscou pour y être exécuté.

Château de la prison de Boutyrka

Au début des années 1770, l'endroit où se trouve aujourd'hui Boutyrka était à la périphérie de Moscou. En 1771, une forteresse en bois y a été construite pour les prisonniers. En 1775, Emelian Pougatchev, leader d'une autre émeute paysanne, y a été détenu dans le sous-sol d'une tour en bois. C'était un criminel si célèbre que la tour où il a été détenu a reçu son nom et que la cage verticale dans laquelle Pougatchev a été contraint de se tenir debout pendant des jours a été conservée dans la cour intérieure de la prison pendant cent ans, et ce, avec ses fers de 10kg.

En 1784, la prison a été reconstruite en un château pénitentiaire en pierre avec quatre tours et un mur. Elle est alors devenue une prison de transit, avec environ 30 000 condamnés qui y passaient chaque année.

Boutyrka a conservé sa fonction à l'époque soviétique. Néanmoins, avant les Jeux Olympiques de Moscou de 1980, les autorités ont décidé de cacher la prison aux yeux des visiteurs de la ville, et un immeuble résidentiel a donc été construit autour.

Condamnés célèbres : Emelian Pougatchev, Félix Dzerjinski, Ossip Mandelstam, Alexandre Soljenitsyne

Lire aussi : Pourquoi il ne faut jamais dire «spassibo» dans une prison russe

Prison de Matrosskaïa Tichina

Le nom de cette prison de Moscou a une histoire intéressante. La rue où elle est située porte également le nom de Matrosskaïa Tichina, ce qui signifie « Le silence des matelots ». Depuis l'époque de Pierre le Grand, les marins étaient installés sur les rives de la rivière Iaouza et, en 1771, un hospice pour les vétérans de la flotte russe y a vu le jour. Un hôpital psychiatrique était situé à proximité et la rue était généralement couverte de foin, afin que les chevaux et les charrettes ne produisent pas de bruit et ne dérangent pas les vétérans et les fous.

La prison, fondée en 1775, était à l'origine une « maison de contrainte », une institution spéciale où étaient détenus les personnes ayant commis des crimes en raison de maladies mentales, ainsi que les débauchés, les ivrognes, etc. En 1870, la maison de contrainte a été transformée en une prison ordinaire.

En 1918-1945, la prison a été utilisée pour arrêter les jeunes criminels et, en 1946, elle est redevenue une prison commune. En 1949-1953, des parties du bâtiment ont ensuite servi à garder les criminels nazis capturés pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle fonctionne actuellement comme une prison de détention préventive et peut accueillir jusqu'à 1 700 condamnés.

Condamnés célèbres : Alexandre Solonik, Sergueï Mavrodi

Prison centrale de Vladimir

Cette prison a été fondée à Vladimir en 1783, sous le règne de Catherine II (règne qui a été marqué par un durcissement considérable du servage en Russie, ce qui a engendré de nombreux crimes et, par conséquent, un grand nombre de condamnations). Elle a d'abord été construite comme maison de travail pour les petits délinquants, mais en 1906, elle est devenu une prison centrale – un établissement de détention particulièrement gardé et fortifié.

À partir de 1921, la prison centrale de Vladimir a été utilisée par les Soviétiques pour retenir les prisonniers politiques et, entre 1929 et 1953, elle a été contrôlée par les organes de la sécurité de l'État (NKVD puis KGB). C'est là que les condamnés les plus dangereux et les plus importants étaient détenus et, au cours de l'histoire de la prison, aucune évasion n'a été enregistrée.

Actuellement, la prison centrale de Vladimir est une prison de sécurité spéciale. Elle est également célèbre dans le folklore criminel en raison de la chanson éponyme du chanteur russe Mikhaïl Kroug (1962-2002).

Condamnés célèbres : Vassili Staline, Francis Gary Powers

Lire aussi : Trois innovations nées dans les prisons de Staline

Prison Kresty

Les bâtiments de cette prison, la plus célèbre de Saint-Pétersbourg, sont en forme de croix, d'où son nom (« kresty » signifie « croix »). Depuis 2017, la Kresty ne fonctionne plus, les prisonniers ayant été transférés dans un autre centre de détention, à Kolpino, près de Saint-Pétersbourg. Toutefois, cet établissement est très célèbre dans la culture et l'histoire des prisons russes.

Elle a été fondée en 1868 et la légende veut que les bâtiments aient été construits par les condamnés qui ont ensuite été détenus dans cette prison. Au départ, elle a été bâtie pour 1 150 détenus. Après la Révolution de 1905, la prison a été utilisée principalement pour les prisonniers politiques. Des futurs bolcheviks célèbres, tels que Léon Trotski, Anatoli Lounatcharski et Lev Kamenev, y ont été détenus.

Parmi les règles strictes de la Kresty, l’on peut citer le lit des prisonniers, qui devait être relevé au début de la journée et abaissé seulement la nuit, afin que les détenus ne puissent pas dormir de jour.

Une autre condition difficile était la surpopulation constante de la prison qui a été particulièrement rude pendant l'époque soviétique – des cellules de 8 mètres carrés pouvaient contenir jusqu'à 18 détenus. Ils dormaient par conséquent à tour de rôle pendant la nuit. En raison de la surpopulation et du mauvais état des bâtiments, la prison a donc été, comme évoqué précédemment, relocalisée. Actuellement, il y a encore environ 200 détenus en charge de l'entretien et des réparations du complexe.

Condamnés célèbres : Daniil Harms, Vladimir Nabokov, Lev Goumilev

Dans cet autre article, nous vous expliquons pourquoi un bébé impérial russe fut condamné à mourir en prison.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies