Le soulèvement de Pougatchev: cinq questions sur la plus grande rébellion de l’histoire russe

Le jugement de Pougatchev, 1879, musée Russe, Saint-Petersbourg.

Le jugement de Pougatchev, 1879, musée Russe, Saint-Petersbourg.

Global Look Press
La révolte du Cosaque Emelian Pougatchev, qui acquit plus tard le statut de guerre paysanne en raison de son ampleur, secoua le puissant empire russe à la fin du XVIIIe siècle. Le « fantôme de l’insurrection de Pougatchev » hanta la Russie impériale jusqu’à sa chute en 1917. Russia Beyond recense les cinq principales questions à propos de cette révolte.

 1. Pourquoi l’insurrection de Pougatchev fut-elle si particulière ?

Le soulèvement de Pougatchev, commencé à la fin septembre 1773, s’est étendu à de vastes territoires entre la Russie centrale et la Sibérie. D’après certaines estimations, la rébellion aurait touché jusqu’à un million de personnes. Face aux autorités russes de l’époque se dressèrent des individus issus de diverses ethnies, tels des Bachkirs et des Tatars, et d’autres encore, insatisfaits des bouleversements de leurs modes de vie traditionnels. La Russie n’a jamais rien connu de semblable dans son histoire moderne.

Lire aussi :Trois étrangers qui ont bouleversé l'histoire de la Russie

Au pic du soulèvement, les rebelles sont parvenus à réunir une armée de 100 000 hommes, organisée selon les principes militaires classiques, avec des régiments, des commandants et ainsi de suite. Au cœur de la révolte de Pougatchev, ses troupes stationnaient à quelques centaines de kilomètres d’une des capitales russe, Moscou. Les dirigeants ont même envisagé l’idée de marcher sur la capitale, forçant les autorités à installer des canons dans les rues de la ville.

Ainsi le gouvernement de Catherine II fut-il forcé d’accélérer la fin de sa guerre en Turquie afin de redéployer des dizaines de milliers d’hommes, ainsi que ses meilleurs généraux pour écraser la rébellion. L’insurrection de Pougatchev fascina notamment l’un des auteurs majeurs de la littérature russe, Alexandre Pouchkine, qui lui consacra l’intrigue de deux de ses livres.

2. Qui était Pougatchev ?

L’homme qui parvint à secouer les fondations du puissant empire russe était un simple Cosaque du Don, Emelian Pougatchev. Il rejoint l’armée et, à ce qu’on dit, fut un courageux soldat, bien qu’il finît par déserter. Devenu fugitif, il fut capturé par les autorités à plusieurs reprises mais parvint toujours à s’échapper. En septembre 1773, Pougatchev fut impliqué dans cette révolte, qui fut initialement circonscrite à la région des Cosaques de l’Oural.

Lire aussi : Ces deux hommes de bronze sur la place Rouge à qui la Russie doit sa liberté

Les Cosaques bénéficiaient à l’époque d’un statut particulier au sein de la Russie, relatif à leur obligation de prendre en charge l’organisation du service militaire. Cependant, lors de cette période, quelques-uns de leurs privilèges leur furent supprimés. Irrités par les agissements du gouvernement, certains Cosaques de l’Oural se révoltèrent. Pougatchev, qui avait commencé à se faire passer pour l’empereur Pierre III (tsar qui mourut - ou fut tué - dix ans auparavant) devint la figure de l’unification pour les Cosaques mécontents.

3. Quelles sont les raisons du succès de ce soulèvement ?

Cette rébellion courut sur plus d’un an. Bien que négligée à ses débuts, l’insurrection a fini par obliger les autorités à déployer d’importantes ressources, ce qui n’a pas empêché sa propagation.

Soulèvement de Pougatchev, Nikolaï Karazine

Malgré la défaite de l’armée de Pougatchev dans à peu près toutes les batailles importantes face aux troupes du gouvernement, la population a massivement rejoint ses rangs dans les régions qu’elle a traversées. Les nouveaux arrivants étaient pour la plupart des paysans.

Lire aussi : Opritchniki, la terrifiante milice d’Ivan le Terrible

Le XVIIIe siècle fut marqué par une dégradation des conditions de vie des paysans en Russie, tandis que le droit servage se renforçait. Selon l’historien spécialiste de la période prérévolutionnaire Vassili Semevski, les paysans ont à l’époque su faire valoir leurs revendications au sein du mouvement de Pougatchev, en exigeant des libertés individuelles et des terres.

4. Quel était le programme de Pougatchev ?

Les historiens estiment que le manifeste de Pougatchev de juillet 1773, dans lequel sont rassemblées ses aspirations, symbolise le point culminant de la révolte. Usurpant le nom de l’empereur Pierre III, il déclara l’indépendance des paysans vis-à-vis de leurs propriétaires terriens, proclamant ainsi leur liberté. Ils obtinrent aussi le droit à la propriété des terres qu’ils cultivaient. Il les libéra en outre des impôts et taxes dont ils devaient s’acquitter. Dans son manifeste, Pougatchev imagina en fait pour les paysans un statut similaire à celui des Cosaques.

Lire aussi : L’homme au masque de fer russe: pourquoi un bébé royal fut-il condamné à mourir en prison?

Cependant, tout ceci n’était que la première partie du fameux document. Dans la seconde, il exhortait les partisans à « s’emparer, exécuter et pendre » tous les nobles qui lui barraient la route. Et ses partisans répondirent à son appel. De nombreux nobles perdirent la vie en raison du soulèvement. Dans une des régions, 348 nobles sur 1 425 furent assassinés. Les rebelles employaient des méthodes cruelles pour faire face à l’ennemi : lorsqu’ils capturèrent l’une des forteresses (Tatichevskaïa), ils scalpèrent son commandant, découpèrent sa femme et violèrent puis tuèrent sa fille.

5. Comment les autorités réprimèrent-ils cette mutinerie ?

Les troupes du gouvernement furent en fait tout aussi cruelles. Des milliers de personnes furent exécutées lors de la répression du soulèvement. Un nombre encore plus important de rebelles furent envoyés dans d’immondes prisons en Sibérie, après qu’eut été inscrit le mot « voleur » au fer rouge sur leur front.

Finalement défait en août 1774, Pougatchev parvint à s’échapper du champ de bataille avec l’aide de ses partisans. Il fut cependant rapidement trahi puis livré au gouvernement, et c’est dans une minuscule cage de bois qu’il fut envoyé à Moscou, escorté par le célèbre général Alexandre Souvorov.

Lire aussi : Les enseignants des empereurs russes du XIXe siècle, leurs matières et méthodes

Pougatchev fut décapité à Moscou. Lorsqu’il monta sur l’échafaud, il resta calme et courageux. Il s’inclina en demandant son pardon au peuple.

Le pouvoir a tenté de rayer son nom de l’histoire : sa maison fut brûlée et son village renommé. Même le fleuve depuis lequel fut lancée la révolte changea de nom : d’Iaïk, il devint Oural. Comme l’écrivit le fameux penseur libéral russe Pierre Strouve, Pougatchev, dans son action envers les paysans, a posé les jalons de l’abolition du droit de servage, mise en œuvre par le tsar Alexandre II près de 100 ans plus tard, en 1861.
Quand les tsars régnaient par la violence - découvrez le côté obscur des Romanov.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies