Pourquoi il ne faut jamais dire «spassibo» dans une prison russe

Getty Images, Pixabay
L’étiquette des prisons dans n’importe quel pays est comme un labyrinthe byzantin de coutumes et de règles qui peuvent sembler stupides à première vue, mais pourraient vous sauver la vie une fois à l’intérieur. Voici pourquoi les prisonniers russes évitent le mot «spassibo» comme la peste.

Le mot merci est l’un des premiers mots que les non-Russes utilisent dans notre langue. Mais le même mot peut avoir des formes et des origines très différentes selon les langues.

Ne nous méprenez pas : le russe n’est pas une langue agglutinante avec un million de mots pour « merci » (bien que vous auriez tort de soupçonner que c’est le cas des langues esquimaudes. C’est en fait un mythe, quoi que vous ayez pu entendre au sujet des nombreux mots qu'ils possèdent pour définir la neige).

Lire aussi : M*rde alors: tout ce qu’il faut savoir sur les jurons en Russie

Cependant, le russe n’est pas l’anglais non plus. L'anglais est un langage analytique : un langage qui utilise plusieurs mots presque inchangés pour réaliser ses combinaisons.

Le russe se situe quelque part à mi-chemin.

En quoi le russe est-il différent? Et pourquoi le fait de dire «merci» pourrait-il vous valoir la mort en prison?

Notre langue est ce que nous appelons une langue flexionnelle (l’anglais partage cette qualité à un degré modéré) - une langue dans laquelle un mot a tendance à être composé de plus d’un morphème. Plus spécifiquement, le russe combine des préfixes, des suffixes et des flexions pour former un mot. Cependant, contrairement au turc, par exemple, la même flexion en russe peut exprimer différentes catégories grammaticales et différentes flexions peuvent exprimer la même catégorie grammaticale.

Toujours avec nous ? Bien.

En Russie, les prisonniers ne tolèrent ni fausse modestie ni courtoisie, ni la moindre référence aux principes aristocratiques et au vocabulaire associé. La forme traditionnelle de remerciement est à éviter par écrit ou à l’oral. Les criminels endurcis pourraient ne pas comprendre et devenir très mécontents. Si vous êtes chanceux, vous pourriez recevoir un avertissement. Les récidivistes seront traités durement, souvent avec des lésions corporelles graves.

Lire aussi : Que répondre lorsque les Russes vous demandent «Comment ça va?»

D'abord et avant tout, « spassibo » pourrait ne pas être un remerciement suffisant pour la faveur que vous pourriez avoir reçue. Ces faveurs constituent collectivement un « blago ». « Blago » se traduit par « bien » ou « trésor » : des cigarettes, de la littérature, un message, une place dans une file ou toute autre chose concevable. Le mot russe pour « bénir », par exemple, est blagoslovenie - signifiant vaguement célébrer tout ce qui est bon. La forme correcte de remerciement pour rendre un blago est blagodariou - littéralement « je vous donne de bonnes choses ». Car vous devez rendre un « bien » pour le bien qui vous est donné.

« Blagodariou » est la deuxième forme de remerciement la plus populaire après spassibo. Vous voudrez peut-être l'intégrer à votre lexique russe.

Le problème avec spasibo est qu’il prend ses racines dans « Spassi Bog / Boje », ou littéralement « Dieu sauve (nous) ». En d'autres termes, vous faites appel au domaine sacré pour des biens très réels et souvent difficiles à trouver. Dieu ne t'a pas apporté ce thé et ces cigarettes – c’est un autre détenu qui l'a fait.

Une autre option pourrait être de dire « ot douchi » - ou « de [mon] âme ». Encore une fois, les remerciements viennent de vous - pas de Dieu.

Lire aussi : Dix expressions familières qui vous transformeront en véritable Russe

Et si vous vous retrouvez de l’autre côté, vous n’êtes pas censé utiliser la forme traditionnelle de « pas de quoi » - qui est « na zdorovié » (oui : cette phrase infâme qui vous a été enseignée comme voulant dire « À ta santé » au moment de boire ; ce n'est pas le cas). « Na zdorovié » signifie que vous espérez que tout ce que vous aurez fait de bon à une personne reconnaissante lui apportera une bonne santé (le mot « zdorovié »). Si vous recourez à cela, la réponse traditionnelle en prison pourrait être la suivante : « Et que fais-tu pour ma santé ?! ».

La prison favorise ceux qui sont modestes ; les détenus qui remercient et recherchent des faveurs avec les manières appropriées à l’homme lambda. Rappelez-vous : « blagodariou » ou « ot douchi » montrera que vous êtes prêt à travailler avec des gens de votre niveau sans vous placer sur le piédestal des bonnes manières et de l'éducation de la classe moyenne.

Et cela va plus loin...

Pour être clair, « spassibo » vous classe en tant que membre de l’intelligentsia ou, à l’époque soviétique, en tant que membre de haut rang du parti. Derrière les barreaux, il existe un mépris de ces deux groupes, ce qui vaut pour les gardiens de prison, les détectives, les enquêteurs et les autres ennemis jurés des groupes criminels.

La plupart des criminels endurcis de la Russie du XXe siècle sont le produit d'une société rendue violemment anti-classiste pendant la révolution russe, qui renversa le tsar Nicolas II et porta au pouvoir Vladimir Lénine et ses communistes.

Lire aussi : Pourquoi la langue russe est-elle si difficile?

Les hommes de ces castes inférieures sont généralement appelés « moujiki » (vrais hommes, types) et ils méprisent quiconque se trouve en dehors de leur couche sociale. Ce qui est drôle, parce que ce soi-disant jargon de la classe ouvrière est précisément le russe que nous parlons tous les jours. Moujik n’est qu’une forme plus ludique de moujchtchina (« homme ») qui change de connotation en fonction de la personne qui le prononce.

Même au-delà de la prison, vous impressionnerez les gens en utilisant des formes plus courantes de leur langage. Surtout ici, en Russie.

Dans cet autre article, nous vous révélons huit erreurs communes que font les étrangers apprenant la langue russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies