Quatre raisons pour lesquelles le tsar Ivan IV a été surnommé «le Terrible»

Ivan le Terrible par Klavdi Lebedev

Ivan le Terrible par Klavdi Lebedev

Legion Media
En Russie au XVIe siècle, «terrible» avait un autre sens que ce à quoi il renvoie actuellement. Pourquoi le premier tsar russe a-t-il acquis ce surnom de son vivant?

Terrible - aujourd'hui en français, cet adjectif désigne clairement une personne menaçante, voire malfaisante. Ce sens est très différent de la connotation du surnom qu’Ivan IV Vassilievitch, le premier tsar russe, a acquis de son vivant. Au XVIe siècle, son surnom « Grozny », comme le mentionne Russia Beyond, signifiait « Le fort », « Le menaçant », « L'impressionnant ». Expliquons pourquoi ce tsar a été appelé ainsi.

1. Grand, athlétique et très puissant

L'une des rares descriptions de l'apparence physique d'Ivan est due à Daniel Prinz von Buchau (1546-1608), envoyé du Saint-Empire romain germanique dans le tsarat de Moscou. « Il est grand, robuste et plein d'énergie. Ses yeux sont grands, perçants et agités. Sa barbe est noire-rougeâtre, longue et épaisse », a écrit Prinz à propos d'Ivan au moment où le tsar avait 46 ans. Prinz a également noté le lourd bâton que le tsar portait tout le temps avec lui et a subtilement laissé entendre qu'il symbolisait l’« imposante virilité » du tsar.

Squelette d'Ivan le Terrible

>>> Opritchniki: la terrifiante milice d’Ivan le Terrible

En 1963, la tombe d'Ivan a été ouverte et ses restes ont été étudiés par les historiens soviétiques. Nous avons obtenu une image du squelette d'Ivan qui était sûrement celui d'un homme très fort. L'analyse a montré qu'Ivan mesurait 1,78 m et pesait 85-90 kg - des proportions imposantes même pour un homme contemporain, sans parler d’un homme du XVIe siècle. Il n'est donc pas étonnant qu'il ait été très craint.

Ivan le Terrible par Viktor Vasnetsov

2. Il était passionné de science, ce qui effrayait ses contemporains

Pendant ses jeunes années, Ivan n’était pas passionné par les études, préférant faire la fête, souvent même avec des skomorokhs - des musiciens païens - ce qui a provoqué la désapprobation du clergé de son temps. Ivan se livrait à différentes activités obscènes, fréquentait les femmes et s’adonnait à une consommation excessive d'alcool, repoussant tous les appels à mener le mode de vie pieux qui sied à un dirigeant chrétien.

Maxime le Grec

Cependant, le jeune Ivan a reçu les conseils de Maxime le Grec (1475-1556), l'un des principaux intellectuels de l'époque, invité en Russie d'Europe, puis de Sylvestre (? - 1566), prêtre de la cathédrale de l'Annonciation à Moscou, qui a convaincu Ivan de mettre fin à son mode de vie dépravé. Vers la fin des années 1540, Ivan a mis ces conseils en pratique.

En mûrissant, il a acquis un solide niveau de langues et de sciences. À sa cour, des médecins, astronomes et scientifiques étrangers ont trouvé un soutien et ont été payés en conséquence. Ivan a commencé à collectionner des livres et manuscrits rares qui auraient formé sa bibliothèque perdue. Qu'elle ait existé ou non, la question est toujours ouverte, mais il est certain qu'Ivan a développé une réputation d'intellectuel et même de magicien, qui instillait à la fois peur et respect chez ses collaborateurs et ses ennemis. Ivan a également écrit de la poésie et composé de la musique.

>>> À la recherche de la bibliothèque disparue d’Ivan le Terrible

3. Il avait un mauvais caractère issu de son enfance

De nombreuses sources indiquent qu’Ivan était d’un tempérament féroce. À 15 ans, il a ordonné que l'un de ses jeunes amis (le prince Mikhaïl Troubetskoï) soit exécuté à la suite d'une dispute insignifiante et de couper la langue d'un autre (Afanassy Boutourline) pour avoir insulté le tsar. Au cours de sa vie, il a assassiné plusieurs membres de son entourage lors de crises de rage.

Ivan le Terrible et sa mère

Ce tempérament féroce avait une cause - dans son enfance et ses jeunes années, il a vu des membres de sa famille assassinés par des boyards et des rebelles moscovites, et à cause des intrigues de cour, il a développé une paranoïa qui avait, cependant, des fondements bien réels - comme l'historien russe contemporain Sergueï Chokarev l’a prouvé et comme l'analyse de la dépouille d'Ivan le confirme, la mort du tsar (ainsi que celle de son fils Ivan) était due à un empoisonnement au mercure.

>>> Les troubles psychologiques des tsars russes

4. Il a conquis le khanat de Kazan, dernier bastion de la Horde d'or

La première moitié du XVIe siècle marqua l'apogée de l'Empire ottoman, gouverné par Soliman le Magnifique (1494-1566). L’influence des Ottomans s’étendit même aux khanats de Crimée, d’Astrakhan et de Kazan. Il existait un danger imminent que les terres russes ne soient conquises par les khans musulmans. Les khans de Kazan et d'Astrakhan menaçaient et pillaient les terres russes, se rapprochant dangereusement de Moscou et atteignant Nijni-Novgorod et Vladimir.

Kazan au XVIe siècle

Peu de temps après être devenu le premier tsar russe en 1547, Ivan le Terrible a dirigé une campagne militaire contre le khanat de Kazan, reste le plus puissant de la Horde d'or. Les prêtres russes, dirigés par Macaire de Moscou (1535-1556), ont déclaré que tous les guerriers russes qui participaient à la campagne et se battaient pour la cause chrétienne iraient au paradis s'ils mouraient dans ces batailles.

>>> Ce qu’il faut savoir de la cathédrale Saint-Basile pour briller en société

À la grande crainte de tout le peuple russe, le jeune tsar en personne a dirigé toutes les campagnes contre Kazan à partir de 1547. Les contemporains ont fait l'éloge d'Ivan, qui a risqué sa propre vie en se rendant de Moscou à Kazan, refusant de rester les bras croisés dans son palais pendant que ses hommes risquaient leur vie au combat. En 1552, à la suite d'une nouvelle campagne, Ivan vainquit Kazan et entra lui-même dans la ville. Le peuple russe se réjouit de cette victoire et le prestige et la renommée d’Ivan devinrent immenses. C’était une victoire importante et durement gagnée, qui a été célébrée par la construction de la cathédrale Saint-Basile à Moscou - l’un des principaux monuments de la capitale russe.

Cathédrale Saint-Basile à Moscou au XVIIe siècle

Après la victoire sur le khanat de Kazan, le surnom « Grozny » (« Le Terrible ») a été associé à Ivan. Les historiens ne sont pas unanimes sur le moment et l'endroit exact où ce surnom est apparu pour la première fois, mais il existe des témoignages selon lesquels il a commencé à être associé à Ivan dans les chansons folkloriques de la seconde moitié du XVIe siècle. Avant Ivan, ce nom appartenait à son grand-père, le Grand Prince Ivan III de Moscou (1440-1505), créateur de l'État de Moscou.

Dans cet autre article, nous vous narrons l’histoire inverse d’un maréchal tsariste devenu khan en Mongolie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies