Staline parlait-il avec un accent géorgien?

Staline dans son bureau en 1938

Staline dans son bureau en 1938

Sputnik
Dans la conscience collective, le dictateur soviétique parlait russe avec un fort accent géorgien – c'est ainsi qu'il était souvent montré dans les films, et cet accent est également entendu dans de nombreux enregistrements de ses discours. Mais dans la vie, il parlait différemment.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La plupart des Russes d'aujourd'hui n'ont jamais vu Staline de son vivant, mais ils n'ont jamais vu non plus de vidéo de ses allocutions. C'est pourquoi, lorsque de tels enregistrements apparaissent sur YouTube, de nombreuses personnes écrivent en commentaires « pour la première fois, j'entends sa voix » et sont étonnées par son comportement, par le fait qu'il rit ou plaisante, et que les gens ordinaires l'applaudissent et rayonnent de bonheur à sa rencontre. Ce n'est pas surprenant : les images d'un tel Staline, charismatique et « positif », ont été cachées dans les archives pendant de nombreuses années.

Lors du célèbre 20e Congrès du Parti en 1956, le nouveau secrétaire général Nikita Khrouchtchev a fait un rapport sur les crimes de Staline et a initié le démantèlement de son culte de la personnalité. Son corps a été retiré du mausolée de la place Rouge et enterré au pied des remparts du kremlin, ses monuments ont été démolis dans tout le pays, et il n'a plus été montré à la télévision. Par ailleurs, Khrouchtchev a noté qu'un rôle important dans la création du culte de la personnalité de Staline avait été joué par le cinéma. Par conséquent, sur décision du gouvernement, dans les années qui ont suivi, les films de propagande avec Staline, tournés pendant son mandat, n'ont pas été diffusés, et aucun nouveau n'a été tourné.

Staline riant sur la tribune du mausolée

Les Russes d’aujourd’hui sont habitués à percevoir l'image de Staline par le biais des nombreuses productions de la fin de l'ère soviétique et des temps modernes. Dans celles-ci, « le petit père des peuples » apparaît sous une forme hypertrophiée avec des attributs indispensables – en uniforme, avec une casquette, une pipe et un accent géorgien prononcé. Ce dernier renforce en quelque sorte  son côté sinistre.

Mais dans quelle mesure cette image est-elle fidèle ? Et à quel point son accent était-il prononcé ? Ceux qui ont entendu le chef parler de son vivant ont été surpris de ne pas reconnaître sa voix dans les enregistrements. Par exemple, au sein des anciennes archives du Politburo du Comité central du PCUS a été conservé le journal d’une parente de Staline, Maria Svanidze. Son mari était le frère de la première femme de Staline et leurs familles étaient très proches. Habituellement, Maria écoutait Staline en personne, mais une fois, en 1936, elle l'a entendu à la radio et a été très surprise. « Comme c'est étrange, je n'ai pas reconnu sa voix – à travers le micro le timbre était différent, et surtout son accent était 100% plus fort que dans la vie. Il parle un russe très propre et a des tournures de langage typique de la langue russe populaire… ».

Lire aussi : Ces photos de Staline soigneusement cachées au peuple soviétique

Staline, un Géorgien russifié

Staline en 1902

Staline, de son vrai nom Djougachvili, est né en 1878 à Gori, près de la ville de Tiflis (ancien nom de Tbilissi, capitale de l’actuelle Géorgie), en Empire russe. Jusqu'à l'âge de 8 ans, il ne connaissait pas le russe, mais sa mère a voulu l'inscrire dans un séminaire orthodoxe et a demandé aux enfants d'un prêtre local d'enseigner le russe à Joseph. Ainsi, en deux ans seulement, il a appris la langue et est entré immédiatement en deuxième année d'études.

Tiflis abritait de nombreux révolutionnaires, qui avaient été exilés de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Joseph a activement communiqué avec eux et s'est intéressé au marxisme, puis s’est engagé dans la propagande dans tout l'Empire. Bien sûr, il parlait surtout en russe – et il a alors d’ailleurs pris le pseudonyme de Staline, un nom de famille clairement russe. Plus tard, Vladimir Lénine l’a nommé à un poste de responsabilité au sein du bureau du Parti.

La fille de Staline, Svetlana Allilouïeva, a écrit dans ses mémoires Vingt lettres à un ami, que jusqu'à l'âge de 6 ans, elle ne savait même pas que son père était Géorgien. La famille parlait russe, et c’est son frère qui lui a un jour révélé que son père « était Géorgien avant ». Elle ne savait même pas ce que cela signifiait exactement. Elle a témoigné que « le côté géorgien n'était pas cultivé dans notre foyer – mon père était complètement russifié ». En outre, la question des origines ethniques n'intéressait guère les gens et Staline lui-même était irrité par le sujet de ses racines. « Père s’énervait follement quand ses camarades de Géorgie venaient et, comme il est de coutume, les Géorgiens ne peuvent pas s’en passer, apportaient avec eux de généreux cadeaux : du vin, du raisin, des fruits ».

Lire aussi : Pourquoi Staline a-t-il réhabilité l'Église orthodoxe russe?

Des problèmes de voix ou d'enregistrement ?

Toutefois, Svetlana s'est rappelée que Staline aimait les chansons géorgiennes, tout comme les russes et ukrainiennes, et qu'il chantait avec plaisir avec ses amis. « Il avait une excellente ouïe et une voix haute et claire (et il parlait, au contraire, pour une raison inconnue, avec une voix sourde et basse) ».

De cette voix sourde et basse ont également témoigné les intendants de la datcha de Staline à Sotchi. Dans son bureau, avait même été imaginée une acoustique spéciale, afin que les personnes présentes puissent bien entendre le leader, car il parlait si faiblement.

Par ailleurs, Maria Svanidze a constaté que l’enregistrement était de très mauvaise qualité, comme si Staline parlait dans une pièce bruyante et qu'il était très difficile à comprendre. Maria y a même vu un « sabotage de la part des agents de transmission ».

Il s'avère que la voix inaudible du leader avec un léger accent, qui souvent ne peut être complètement éliminé, ne faisait qu'empirer à cause des vieux microphones et des appareils d'enregistrement utilisés.

Il y a également une différence entre les discours selon le lieu où ils sont prononcés. Voici une allocution de dirigeant plutôt gaie et badine à l’inauguration du métro. L'accent est presque imperceptible, peut-être, seulement dans certains mots et combinaisons de sons.

Il existe également un enregistrement de l'appel radio de Staline à la nation en 1941, au tout début de la guerre. Il fait des pauses, contrôle clairement sa voix. L’accent est inaudible.

Mais voici un enregistrement du discours, déjà plus spontané, de Staline à l'Armée rouge en 1941. Il ne regarde le texte qu'occasionnellement, le reste du temps il parle de lui-même. Ici, l'accent est déjà plus perceptible, peut-être aussi à cause de l’émotion.

Enfin, voici l’une de ses interventions de 1952, l'un de ses derniers discours – devant le Parti. Ici, il parle très clairement, en faisant des pauses. L'accent est presque inaudible. Le timbre de voix et l'accent sont étonnamment différents de ceux de 1941, et les experts estiment que sa voix n'aurait pas pu changer autant en raison de l'âge – cette différence est donc considérée comme un mystère historique.

Lire aussi : Iakov Okhotnikov, cet élève-officier ayant frappé Staline sans en être puni

Avait-il donc un accent au quotidien ?

À gauche: Mikhaïl Gelovani dans le film

Dans ses mémoires, le maréchal Joukov a écrit que Staline parlait calmement, séparant clairement une phrase d'une autre. « Il parlait avec un accent géorgien perceptible, mais connaissait parfaitement la langue russe et aimait utiliser des comparaisons littéraires figuratives, des exemples, des métaphores ».

Le traducteur de Staline, Valentin Berejkov, a quant à lui mentionné que Staline avait un accent géorgien, et même plus – qu'il pouvait en « jouer ». Il a rappelé que lors des négociations avec Churchill sur l'ouverture du second front, il y a eu un moment de tension, et Staline « parlant lentement, peut-être même avec un accent géorgien délibérément souligné ... » a fait un discours assez dur sur le fait que les Britanniques ne devaient pas « craindre » les Allemands.

Un autre détail intéressant a été révélé par un traducteur ultérieur de Staline, Vladimir Erofeïev, lors d’une interview. « Molotov a prévenu : en aucun cas il ne faut reposer une question. Tu n’as pas entendu, sors-toi d’une manière ou d’une autre de cette situation. Sinon, Staline s'offusque, comme s'il avait un accent incompréhensible ».

Il convient de noter que l'attitude de Staline vis-à-vis de son propre accent est susceptible d’avoir également changé. Dans le cinéma soviétique, il y avait beaucoup de films de propagande pseudo-historiques, où Staline apparaissait comme un héros. Avec l'approbation du leader en personne, ce rôle a pendant de nombreuses années été joué par l'acteur géorgien Mikhaïl Guelovani. Ce dernier n'avait jamais personnellement rencontré Staline et se préparait pour les rôles grâce aux allocutions radiophoniques du chef d’État, essayant d'imiter ses gestes, ses expressions faciales, ainsi que la particularité du discours et de l'accent. Or, en 1949, était en préparation le film La Bataille de Stalingrad et Staline lui-même a décidé que l'acteur géorgien ne convenait pas pour le rôle du leader et vainqueur russe. Il a alors déclaré au ministre de la Cinématographie Ivan Bolchakov : « Guelovani a un fort accent géorgien. Ai-je un tel accent ? Pensez à un acteur approprié pour le rôle du camarade Staline. Le mieux serait de choisir parmi les Russes ». Ce rôle a par conséquent été confié à l'acteur Alexeï Diki.

Beaucoup pensent qu'après avoir vaincu Hitler, Staline a en effet définitivement commencé à se sentir comme un leader russe et n’a donc plus voulu être identifié à la Géorgie provinciale.

Lire aussi : Quel était le salaire de Lénine et Staline?

Théories conspirationnistes

À gauche: Nikolaï Prjevalski, à droite: Staline

Les conspirationnistes sont de leur côté sûrs que la différence de perception s'explique facilement – Staline aurait eu beaucoup de doublures. Certaines avaient des accents plus prononcés, d'autres pas du tout.

Il existe une autre version populaire – Staline n’aurait pas du tout été Géorgien. Apparemment, sa famille n'aurait pas de racines géorgiennes mais ossètes. Plus mystérieuse encore est la version selon laquelle le père de Staline n'était pas Vissarion Djougachvili mais le voyageur Nikolaï Prjevalski, qui aurait été en visite à Gori.

Cependant, on ne sait pas exactement comment le père biologique peut être lié à l'accent. Après tout, Staline a parlé le géorgien jusqu'à l'âge de 8 ans. De plus, Staline parlait souvent le géorgien avec son camarade Lavrenti Beria, et l'accent de ce dernier était plus fort. 

En outre, il existe une version selon laquelle celui qui intervenait à la radio n'était pas Staline, mais une autre personne, et qu’en vidéo l’on pouvait superposer la voix de quelqu’un d’autre. Cependant, il est peu probable que nous connaissions un jour la vérité, il ne reste donc plus qu'à regarder la vidéo et à se demander comment Staline a pu être à la fois un tyran brutal et autant charmer les foules.

Dans cet autre article, nous vous révélons quels étaient les passe-temps favoris de Staline.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies