Les trois choses que Staline craignait le plus

George Petrusov/Sputnik
La propagande soviétique dépeignait Joseph Staline comme un homme d'acier sans peur et sans faiblesse. La vérité, cependant, était très différente: le chef de l'URSS était tiraillé par les peurs et les phobies.

Aérophobie

Joseph Staline avait peur de voler en avion. En dépit de sa passion pour l’aviation, il redoutait plus que tout de monter dans un avion. Le « Petit père des peuples » préférait voyager en train.

Sa peur a été aggravée par les fréquentes catastrophes aériennes des années 1920-1930, au cours desquelles des personnalités politiques soviétiques ont trouvé la mort.

En 1925, un groupe de hauts responsables soviétiques basés dans le Caucase s’écrase près de Tiflis (Tbilissi) alors qu’il se rendait à Soukhoumi. Léon Trotski devait prendre le même vol, mais a décidé au dernier moment de prendre le train.

L'éminent théoricien militaire soviétique Vladimir Triandafillov a été tué dans un autre accident d'avion en 1931. Deux ans plus tard, un des créateurs de l'armée de l'air soviétique, Piotr Baranov, a subi le même sort.

Lire aussi : Les femmes de Staline: histoires d’amour cruelles du «Petit père des peuples»

Staline a été choqué par ces morts et a personnellement mis en place des commissions internes pour savoir pourquoi ces tragédies s’étaient produites. De temps en temps, il interdisait même aux principaux responsables de voyager en avion. Ceux qui ignoraient ses ordres étaient sévèrement réprimandés.

Cependant, à deux reprises, le dirigeant soviétique a pris place à bord d’un avion. En 1943, il assista à la Conférence de Téhéran et effectua un vol aller-retour via Bakou. Staline refusa de prendre un avion soviétique et arriva dans la capitale iranienne à bord d’un avion américain Douglas C-47 Skytrain (appartenant à l’armée de l’air soviétique), accompagné de 27 avions de combat.

Toxicophobie

Bien que chaque repas de Staline fît l’objet de nombreux tests de ses forces de sécurité pour s’assurer qu’il n’était pas empoisonné, le « Petit père des peuples » était toujours méfiant. À la fin des années 1930, lors de la Grande Purge, sa paranoïa s'aggrave.

Pendant les fêtes avec ses amis communistes, il leur demandait toujours de tester la nourriture avant de l’ingurgiter. Même lors de soirées avec ses compagnons de confiance les plus proches, Lavrenti Beria et Anastase Mikoïan, Staline leur demandait de goûter le vin en premier.

Lire aussi : Pourquoi le peuple soviétique ne voyait-il pas en Staline un meurtrier et un tyran?

Bien que l’on pense généralement que Staline est mort de causes naturelles, il existe une hypothèse selon laquelle il aurait été empoisonné par une personne de son entourage.

Hypnophobie

Staline avait peur de mourir en dormant. C’est pourquoi il préférait travailler pendant la nuit. Il s’endormait uniquement lorsqu'il était épuisé physiquement et psychologiquement.

Les responsables soviétiques détestaient le fait qu'il travaillait pendant que tout le monde dormait à poings fermés, car ils pouvaient être convoqués à tout moment de la nuit.

Le « Petit père des peuples » travaille pendant que tout le monde dans le pays soviétique dort, lançait la machine à propagande.

Staline a-t-il été assassiné ? Voici les trois théories à rebours de l’histoire officielle.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies