Pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker?

Des soldats soviétiques lors de la prise de Berlin

Des soldats soviétiques lors de la prise de Berlin

Oleg Knorring/Sputnik
Les Soviétiques étaient à deux jours de la prise d'assaut du refuge souterrain de Hitler à Berlin lorsque le leader nazi s'est suicidé...

Dans le film de Clint Eastwood Le 15h17 pour Paris, il y a une scène où trois Américains sont dans un musée de Berlin. Le guide leur dit qu'Adolf Hitler s'est suicidé à Berlin encerclé par les Soviétiques, et tous trois sont plutôt surpris - ils pensaient que c'était l'armée américaine qui avait encerclé Hitler.

« Vous, les Américains, ne pouvez pas prendre tous les lauriers à chaque fois que le mal est vaincu! », répond le guide, et il a raison. Les États-Unis, ainsi que la Grande-Bretagne et d'autres nations alliées ont beaucoup investi pour vaincre le nazisme, mais c'est l'Armée rouge qui a capturé Berlin et causé le suicide de Hitler. Voici comment cela s'est passé.

Adolf Hitler et Eva Braun

Forteresse souterraine

Au début du printemps 1945, Hitler se trouvait dans une situation désastreuse, les Soviétiques se rapprochant de la capitale de l'Allemagne par l'est, et les forces britanniques et américaines venant de l'ouest. L'étau se refermait, mais le leader nazi impitoyable ne voulait pas se rendre.

Lire aussi : La bataille de Berlin, dernier combat avant la fin

« Il ne correspond pas à notre style d'être égorgé comme un mouton », a-t-il déclaré, cité par Joachim Fest, biographe d'Hitler, ajoutant que le « style » de Hitler s'était maintenu pendant ses derniers mois : intransigeant, sanguinaire et prétentieux avec des airs wagnériens.

Néanmoins, Hitler a compris que la fin était proche. De janvier 1945 jusqu'à sa mort en avril, il a vécu au Führerbunker, un abri sous la Chancellerie du Reich au centre de Berlin. Les alliés bombardaient lourdement la ville, si bien qu'Hitler apparaissait rarement au-dessus du sol.

Führerbunker

L'homme le plus sinistre de la Terre perdait la guerre ainsi que le contrôle. « Il passait tout son temps à se quereller, à récriminer et à se souvenir », écrit Fest. Le cercle intérieur de Hitler décrivait un vieil homme hystérique avec des mains tremblantes, mangeant sans arrêt des gâteaux (même les meurtriers de masse traitent le stress de cette façon), et qui pourtant prêchait la « victoire » et appelait à « se battre jusqu'à la fin ».

Les Russes arrivent

À ce moment-là, tout espoir de victoire pour l'Allemagne était inexistant sauf dans le cerveau de Hitler. Le 9 avril, les Soviétiques prirent Königsberg et, le 13 avril, ils s'emparèrent de Vienne. Trois jours plus tard, la bataille de Berlin a commencé.

Lire aussi : Comment un maréchal nazi s’est recyclé dans la propagande soviétique

« 3,5 millions de soldats se sont battus des deux côtés, a déclaré l'historien Anatoli Davydenko. Aucune autre opération militaire de la Seconde Guerre mondiale n'eut une telle ampleur. C'était Berlin ».

Les Allemands se sont battus pour défendre leur capitale. Le général Nikolaï Popel, un officier de chars, a écrit dans ses mémoires « Berlin est devant nous ! Nous avons payé de notre sang pour chaque mètre de sol berlinois ». En effet, l'Armée rouge a perdu 80 000 hommes lors de la prise de la ville.

Tout est perdu

« L'optimisme artificiel du bunker a persisté », écrit Fest vers le 20 avril, soit 10 jours avant le suicide d'Hitler et son 56e anniversaire. Presque tous les autres fonctionnaires nazis avaient fui la ville, mais il est resté. Désespéré, Hitler ordonna toujours au peuple allemand de se battre, malgré les pertes district après district, et il continuait à parler des armées et des divisions qui avaient déjà été anéanties.

Fest suppose que durant ces derniers jours, son chef d'état-major, le général Krebbs, n'a même pas essayé de donner au dirigeant nazi d'informations correctes - c'était insensé parce qu'Hitler était devenu complètement fou. « Krebbs a laissé Hitler s'occuper de +jeux de guerre+ qui n'avaient aucun lien avec la réalité mais qui tenaient compte de ses illusions ».

Lire aussi : Le procès de Nuremberg en cinq questions

Un soldat russe assis sur le banc sur lequel le dictateur allemand Adolf Hitler s'est suicidé

Néanmoins, la réalité ne pouvait pas être tenue à distance, et le 26 avril les bombes russes ont commencé à exploser littéralement sur la tête de Hitler, dans la Chancellerie du Reich. Deux jours plus tard, il entendit la nouvelle : Himmler, l'un de ses plus proches collaborateurs, avait tenté de contacter les Alliés pour se rendre et Benito Mussolini, chef de l'Italie fasciste, avait été attrapé et pendu par ses ennemis. Se sentant trahi et craignant qu'il ne devienne « une pièce d'exposition dans un zoo de Moscou », Hitler décida de se suicider.

La dernière page

Alors que l'Armée rouge se trouvait à quelques pâtés de maisons du Führerbunker, Hitler devait agir rapidement. Le 29 avril, il s'est marié avec sa partenaire de longue date, Eva Braun. Ce fut un mariage très bref - le lendemain, les Hitler sont allés dans sa chambre pour prendre du cyanure. Pour être complètement sûr de mourir, le leader nazi s'est ensuite tiré une balle dans la tête.

Après moins d'une semaine, le 5 mai, des soldats soviétiques dirigés par le lieutenant Alexeï Panassov ont trouvé les corps de Hitler et de sa femme, brûlés et ensevelis près du bunker. La nouvelle a fait le tour du monde : Hitler est mort ! Selon le maréchal Gueorgui Joukov, qui commandait l'Armée rouge, lorsque Joseph Staline fut informé de la mort de son ennemi, le dirigeant soviétique déclara : « Il est dommage que nous ne soyons pas parvenus à le prendre vivant ».

Deux soldats russes montrent ce que l'on pense être la tombe d'Hitler, derrière la Chancellerie de Berlin, près de jerricans d'essence

Nikolaï Popel, cependant, écrit que les soldats soviétiques se fichaient généralement du sort de Hitler. Il se souvient avoir parlé avec l'officier qui a capturé la Chancellerie du Reich : « Ce bandit s'est échappé à la dernière minute... il ne reste que de la chair brûlée et des os ». « Ne sois pas triste, colonel - nous cherchions la victoire, pas lui ! ».

Et ils ont bel et bien obtenu leur victoire. Le 2 mai, la garnison de Berlin capitula, tandis que le 9 mai toute l'armée allemande se rendit. Le nazisme avait vécu, tout comme son chef.

Savez-vous quelles unités de combat étrangères ont combattu les nazis aux côtés de l'armée soviétique ? La réponse à cette question, vous la trouverez dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies