La bataille de Rjev, clef de la victoire ultérieure à Stalingrad

Université d'État de Iougra
La bataille près de Rjev, une petite ville du Nord-Ouest de la Russie, n'a pas été un triomphe pour l'Armée rouge. Cependant, elle a jeté les bases des victoires fatidiques à Stalingrad et dans le saillant de Koursk.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Lorsque, en décembre 1941, l'Armée rouge a lancé une contre-offensive près de Moscou, la Wehrmacht a été repoussée jusqu'à 300km de la capitale. « Pour la première fois dans cette guerre, j'ai donné l'ordre de retirer une grande partie du front », a été forcé d’admettre Adolf Hitler. Cependant, les espoirs du commandement soviétique de vaincre bientôt le Groupe d'armées Centre étaient prématurés.

Début de la contre-offensive près de Moscou

Malgré la considérable pression exercée par les troupes soviétiques, les Allemands ont en effet réussi à prendre pied entre les villes de Rjev et Viazma, à seulement deux cents kilomètres de Moscou. Cette présence allait devenir une épine dans le pied du commandement soviétique au cours des années suivantes – à tout moment, la Wehrmacht pouvait entreprendre une nouvelle avancée sur la capitale.

Chars allemands dans les environs de Rjev

C'est donc ici que d'octobre 1941 à mars 1943 s’est déroulé l'un des affrontements les plus sanglants de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale : la bataille de Rjev. Il convient de noter qu'en URSS, cette appellation n'existait pas – chaque opération offensive de l'Armée rouge visant à détruire une dangereuse tête de pont était considérée séparément. Le même point de vue est partagé par un certain nombre d'historiens contemporains.

Soldats de l'Armée rouge durant une offensive

Les Allemands ont transformé le pôle de Rjev et Viazma en une véritable forteresse. Aux abords de Rjev, ils ont bâti pas moins de 559 blockhaus et creusé 7 kilomètres de fossés antichars, tandis que jusqu'à la moitié des forces du Groupe d'armées Centre a été concentrée dans la région. La propagande allemande l'a par conséquent déclarée « ligne imprenable du Führer », affirmant que « la perte de Rjev équivaudrait à la perte de la moitié de Berlin ».

Troupes allemandes à Rjev

Rjev, selon l'historien Alekseï Issaïev, est ainsi devenu le « Verdun de la Seconde Guerre mondiale ». Il n'y avait pas de place pour une blitzkrieg, mais y sont survenues de longues et épuisantes batailles de positions, broyant des centaines de milliers de vies.

Grenadier

Lire aussi : Comment la victoire sur les nazis a été possible à Stalingrad

Après avoir essuyé un échec à l'hiver 1942, l'Armée rouge a effectué une nouvelle tentative en été. Cependant, en raison de la sous-estimation des capacités de l'ennemi, des erreurs du commandement soviétique, et de la dispersion de ses forces, même l’assaut d'un demi-million d’hommes lors de la première opération offensive de Rjev-Sytchev n'a pas été en mesure de percer la défense profondément échelonnée de l'ennemi. « Des milliers de fragments, comme des scorpions venimeux, pénètrent dans les gens, arrachent les corps et le sol... "En avant! En avant!" », crient les commandants survivants et tombent morts avec leurs combattants », se souvient Boris Gorbatchevski, commandant de la 215e division de fusiliers.

Artilleurs près de Rjev en 1942

Subissant de lourdes pertes, les armées soviétiques, lors des combats d'été et d'automne, ne sont parvenues à avancer que sur quelques dizaines de kilomètres dans le territoire capturé par l'ennemi. Les pluies torrentielles qui ont alors débuté ont, qui plus est, fortement compliqué les actions de l'aviation et l'offensive générale de l'Armée rouge. « Dans la tranchée, presque jusqu'aux genoux dans l'eau, sous l'eau, nos cadavres et ceux des Allemands, quelque chose de mou et glissant bouge encore sous tes pieds, et toi, en équilibre sur ce fond inégal, tu esquives les coups fatals et en portes toi-même », a décrit Piotr Mikhine, commandant du peloton de tir de la 52e division de fusiliers, à propos des combats au corps à corps avec l'ennemi. Le 27 septembre, des unités de la 30e armée ont même fait irruption à Rjev, mais en ont été chassées par les réserves ennemies.

Affrontements près de Rjev en août 1942

Cependant, même pour les Allemands, le « hachoir à viande de Rjev » en été et en automne 1942 a eu un coût important. La plus grande division de la Wehrmacht, appelée « Grande Allemagne » (Grossdeutschland) et ayant compris jusqu'à 18 000 soldats, a compté environ 10 000 morts et blessés en quelques semaines de combat. Dans de nombreux régiments de la 9e armée du colonel général Walter Model, défendant le pôle de Rjev et Viazma, ont trouvé la mort tous les vétérans qui avaient traversé les campagnes de Pologne et de France, l'offensive de 1941. Ils ont été remplacés par des conscrits d'Europe occidentale non aguerris.

Des soldats soviétiques près d'un véhicule allemand abandonné près de la ville de Toula

Comme elle le note dans son étude Le carnage de Rjev. Victoire perdue de Joukov, l’historienne Svetlana Gerassimova affirme que « pour Hitler, c'est devenu une question de prestige de prendre Stalingrad et de ne pas céder Rjev, pour Staline – de prendre Rjev et de ne pas céder Stalingrad ». La première offensive de Rjev-Sytchev n'a pas atteint cet objectif, mais a déjoué une nouvelle attaque imminente sur Moscou et a réussi à attirer dans la bataille les divisions allemandes qui avaient l'intention de se déplacer vers le sud, où la bataille de Stalingrad avait déjà commencé.

Des soldats soviétiques lors de l'offensive de Rjev-Sytchev

Lire aussi : Comment Soviétiques et Américains se sont combattus durant la Seconde Guerre mondiale

La deuxième offensive de Rjev-Sytchev (plus connue sous le nom d’opération « Mars ») est beaucoup moins connue que sa « jumelle », l'opération « Uranus » à Stalingrad. L'Armée rouge a entamé l’opération « Mars » le 25 novembre, soit une semaine après « Uranus », et ce, avec plus de soldats et d'artillerie qu'à Stalingrad. Cependant, la 9e armée de Model, contrairement à la 6e armée de Friedrich Paulus, n’a pas pu être prise en tenaille : il n'y avait pas de troupes roumaines faibles sur les flancs et les attaques soviétiques se sont écrasées sur la défense bien préparée de l'ennemi. À la mi-décembre 1942, l'offensive de l'Armée rouge à Rjev s’est finalement épuisée. L’opération « Mars » n'a pas atteint ses objectifs, mais a néanmoins étouffé les divisions allemandes, ne leur permettant pas d'aller près de Stalingrad pour débloquer la 6e armée encerclée.

Des chars soviétiques en embuscade près de Rjev

Après la catastrophe de Stalingrad et la capture par les troupes soviétiques de la ville de Velikié Louki, à l'arrière des 4e et 9e armées, les troupes allemandes de l'avant-poste de Rjev et Viazma se sont retrouvées en mauvaise posture. En conséquence, en mars 1943, lors de l'opération « Büffel », elles ont complètement dégagé le pôle, supprimant définitivement la menace qui pesait sur Moscou.

Des soldats de l'Armée rouge combattent près de Velikié Louki

Selon Alekseï Issaïev, la bataille de Rjev a ainsi non seulement contribué au succès de l'Armée rouge à Stalingrad, mais a aussi indirectement aidé le triomphe soviétique dans la bataille de Koursk à l'été 1943. Fortement épuisée et y ayant perdu beaucoup d’hommes expérimentés, la 9ème armée de Model n'a pas pu se rattraper, et son offensive considérée comme essentielle dans la section nord du saillant de Koursk a, il est vrai, presque immédiatement été étouffée.

Rue libérée de Rjev

À la suite de cette bataille, qui a été l'une des plus sanglantes de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, entre octobre 1941 et mars 1943, l'Armée rouge a dénombré plus de 1,3 million de personnes tuées, blessées, disparues et capturées. Les pertes allemandes sont quant à elles estimées entre 400 000 et 700 000. « Et les os n'ont pas été enlevés de ces champs », a témoigné après la guerre l’un des habitants de la ville de Gjatsk, au sud de Rjev. Par endroit on les ratissait au bulldozer, et à d’autres on labourait directement sur les os. Cela arrivait qu’on démarre le tracteur et qu’on regarde vers l’avant, fixant un bouleau au loin, pour ne pas perdre pied et ne pas voir ce qui passait sous les roues du tracteur… ».

Bataille de Rjev

Dans cet autre article, nous vous révélons dix faits étonnants sur la bataille de Berlin.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies