Bataille de Koursk: lorsque se sont envolés les derniers espoirs d’Hitler dans la guerre 1939-1945

Getty Images
Lors de la bataille de Koursk les nazis ont perdu l’avantage stratégique. Après la défaite, la Wehrmacht n’a cessé de reculer jusqu'à ce que l'Allemagne d'Hitler soit écrasée en 1945.

La bataille de Koursk (5 juillet – 23 août 1943) a été l'une des plus grandes et des plus sanglantes de l'histoire. Deux millions de soldats, 6 000 chars et 4 000 avions ont pris part à cet épisode militaire à plus de 500 kilomètres au sud de Moscou. Les pertes russes se sont élevées à environ 250 000 hommes et les nazis ont vu 500 000 des leurs être tués.

Après avoir subi une lourde défaite à Stalingrad, Hitler était désespéré de reprendre l’avantage. Le plan de campagne pour l'été 1943 était de frapper simultanément au sud et au nord de la colline de Koursk afin d’encercler et piéger l'Armée rouge. C’est ainsi qu’est née l’Opération Citadelle.

Lire aussi : La bataille de Koursk vue par les combattants

Au même moment, les chefs militaires soviétiques avaient également prévu une offensive d'été pour capitaliser sur le succès de Stalingrad. Mais en apprenant la préparation de l'Opération Citadelle par les Allemands, l'état-major général soviétique a changé de tactique. Il a en effet reporté l'offensive et décidé de repousser avant tout l'attaque allemande.

Pour anticiper l'attaque, les troupes soviétiques ont renforcé leur défense en l’étendant sur plusieurs niveaux pour qu’elle soit presque impossible à percer. Huit lignes de défense bien fortifiées ont ainsi été construites.

Lorsque les Allemands ont lancé l'offensive le 5 Juillet, ils sont parvenus à avancer sur le front sud, mais au nord, leurs attaques se sont enlisées dans les lignes de défense soviétiques. En parallèle, l'Armée rouge a atteint son principal objectif : empêcher les deux armées allemandes de se rejoindre et de l’encercler.

La célèbre bataille de chars de Prokhorovka (12 Juillet), qui a vu 1 000 chars de chaque côté se livrer un combat dantesque, faisait partie de la poussée allemande du sud. La bataille s’est terminée sur une impasse puisque l'attaque allemande a été arrêtée, mais l'Armée rouge n'a pas non plus pu encercler et détruire totalement son ennemi.

À Prokhorovka, les Allemands ont utilisé leurs nouveaux chars lourds, le Tiger I et le Panther, en espérant qu'ils puissent faire la différence contre les chars soviétiques T-34 et KV. Cependant, ces espoirs ont été déçus. Ces nouveaux chars n’ont pas su s‘imposer comme un facteur décisif dans la bataille.

Peu après la bataille de Prokhorovka, les troupes soviétiques ont lancé une offensive au nord et au sud. Les deux opérations ont été un succès. À la fin août 1943, l'Armée rouge avait gagné du terrain tout le long de la ligne de front, soit sur près de 2 000 kilomètres. À la suite de la bataille de Koursk, les Allemands ont perdu la capacité de mener toute opération offensive stratégique. Ils ont entamé leur retraite, qui se terminera par leur défaite totale et leur capitulation sans condition.

Découvrez l’horreur de la plus célèbre bataille de la Seconde Guerre mondiale, celle de Stalingrad. Pour cela, dirigez-vous vers cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies