Top-5 des débarquements aériens et maritimes de l’armée russe

Igor Zerembo/TASS
Les opérations de débarquement en Russie étaient souvent mal planifiées et organisées. Cependant, les parachutistes et les marines ont été si déterminés et intrépides qu’ils ont obtenu la victoire in extremis.

Débarquement sur la côte suédoise (1719)

En 1719, l’issue de la Grande Guerre du Nord était claire pour la Suède et la Russie. La seule question était de savoir combien de territoires les Suédois perdraient. Voyant que les dirigeants suédois étaient réticents à conclure la paix, les dirigeants russes ont décidé de lancer une dernière frappe destinée à leur faire entendre raison.

Plus de 26 000 soldats russes répartis dans 132 galères, 21 vaisseaux de ligne et 100 bateaux ont débarqué sur le continent et les îles suédoises près de Stockholm et ont commencé à piller le territoire. Les troupes n’avaient pas prévu d’attaquer la capitale ennemie. Il avait également été ordonné de ne pas tuer la population locale ni de brûler les églises. Le plan n'était pas de mettre les Suédois en colère, mais de les forcer à conclure la paix.

En raison d'une contre-attaque de la flotte suédoise, les troupes de débarquement russes ont été contraintes de se retirer. Cependant, ils ont quand même réussi à piller et à incendier huit villes, 140 domaines, 21 usines, 1 363 colonies, 21 moulins et 26 entrepôts militaires.

Les débarquements de troupes ont continué de se produire en 1720 et en 1721 jusqu'à ce que la Suède ne capitule finalement.

>>> Russie vs OTAN: les épreuves pour devenir officier des forces d’élite

Opération de débarquement de Kertch-Feodossia (1941)

Alors que la plupart des opérations et des contre-attaques militaires soviétiques se sont terminées par des catastrophes en 1941, l’opération de Kertch-Feodosia a constitué une exception remarquable. Du moins au début.

À la fin de 1941, la Wehrmacht occupait toute la péninsule de Crimée, à l'exception de Sébastopol assiégée. Pour reprendre le contrôle du territoire perdu, l’Armée rouge a lancé le 26 décembre des débarquements de grande envergure dans différentes parties de la région orientale de la Crimée - la péninsule de Kertch.

À Kertch, les soldats ont sauté directement dans l’eau froide de l’hiver et sont arrivés sur terre trempés jusqu’à l’os. Cela a entraîné d'énormes pertes à cause des engelures. Les basses températures des jours suivants ont gelé le détroit de Kertch et ont permis à d’autres types de troupes, même des chars légers, d’atterrir sur la glace.

En moins d'une semaine, l'Armée rouge a écrasé la résistance de l'ennemi et libéré toute la péninsule de Kertch. Elle a perdu plus de 40 000 hommes, tandis que les pertes allemandes sont estimées à 10 000.

>>> Le premier équipage russe de char 100% féminin révélé aux Army Games

Malgré le succès du débarquement, les troupes soviétiques ont plus tard perdu l'initiative et en mai 1942, elles ont été à nouveau chassées de la péninsule de Kertch. Le 4 juillet de la même année, Sébastopol s’est rendu et toute la Crimée est tombée aux mains des Allemands.

Opération aéroportée de Viazma (1942)

Après la contre-offensive réussie de l'Armée rouge près de Moscou en décembre 1941, l'attaque allemande contre la capitale soviétique, surnommée Opération Typhon, s'est effondrée. L'ennemi a été repoussé de 90 à 250 km plus à l'ouest.

Le commandement soviétique a décidé que le moment était venu de prendre des initiatives militaires. Une offensive généralisée contre le groupe d’armée allemande Centre a été lancée en janvier 1942 et les débarquements aériens en constituaient une partie importante.

Plusieurs groupes de troupes aéroportées ont été débarqués à l'arrière de l'ennemi près de Viazma en janvier-février 1942. Au total, plus de 10 000 soldats soviétiques armés de 320 mortiers, de 541 mitrailleuses et de 300 fusils antichars ont combattu la Wehrmacht derrière les lignes ennemies. En coupant les lignes d’approvisionnement allemandes et en les frappant à l’arrière, les troupes de débarquement étaient censées se diriger vers les troupes soviétiques en progression.

Cependant, l'opération ne s'est pas déroulée comme prévu. La grande offensive soviétique s'est enlisée alors que l'Armée rouge subissait de lourdes pertes. Au lieu de plusieurs jours, les troupes aéroportées ont été bloquées dans les zones ennemies pendant près de cinq mois. Là, elles ont été renforcées par le 1er Corps de cavalerie de la Garde, qui a percé les positions allemandes.

>>> Top-5 des opérations de la CIA contre l'Union soviétique

Ces forces conjointes ont traversé le territoire occupé par l'ennemi sur une distance de plus de 500 km, en évitant les encerclements, en se défendant et en contre-attaquant, tout en organisant des missions de sabotage et des embuscades. Cinq divisions allemandes ont été paralysées par leurs actions.

Avant que les parachutistes et les cavaliers ne puissent se rejoindre les troupes soviétiques en juin, elles ont tué plus de 15 000 soldats ennemis.

Opération Danube (1968)

En 1968, l'un des membres clés du bloc socialiste - la Tchécoslovaquie - a décidé de suivre sa propre voie. Une période de démocratisation et de libéralisation lancée par le gouvernement d'Alexandre Dubček, et connue sous le nom de Printemps de Prague, menaçait de détacher entièrement le pays de la sphère d'influence soviétique.

Il n'y avait aucune chance que l'URSS tolère cela. En collaboration avec d’autres alliés du pacte de Varsovie, les Soviétiques ont lancé l’opération Danube - l’invasion militaire du pays et le changement du régime, remplacé pour un pouvoir mieux adapté aux exigences de Moscou.

Le 21 août, à 2 heures du matin, un An-12 « civil » a demandé l'autorisation d'atterrir à l'aéroport Ruzyně de Prague (aujourd'hui l'aéroport de Václav Havel) en alléguant une défaillance technique. Après l'atterrissage, des centaines de soldats ont quitté l'avion. C'étaient des parachutistes de la 7e division aéroportée de la Garde soviétique.

Ils ont rapidement pris le contrôle de l’aéroport et assuré l’atterrissage d’un grand nombre d’avions avec des troupes, qui se posaient à Prague toutes les minutes. Au même moment, d’importantes colonnes du pacte de Varsovie entraient en Tchécoslovaquie depuis différentes directions. Plus d'un demi-million de soldats ont pris part à l'opération.

>>> «Troupes gonflables»: gros plan sur l'armée la plus insolite de Russie

Outre Ruzyně, des troupes aéroportées ont atterri dans d'autres aéroports clés du pays. Ainsi, à Brno, ils ont sauté des avions en cours d’atterrissage. Les parachutistes portaient de nouveaux bérets bleus, récemment adoptés par les troupes aéroportées soviétiques, ce qui a poussé les habitants à les confondre dans un premier temps avec des troupes de l'OTAN.

À 4h30 du matin, des parachutistes soviétiques ont attaqué des bâtiments du gouvernement, ont saisi Dubček et ses ministres et les ont détenus pendant plusieurs heures avant de les remettre au KGB. Le printemps de Prague a été totalement écrasé.

Opération Piège (1986)

Il s’agit de l'un des plus grands succès soviétiques pendant la guerre d’Afghanistan. À la suite de l'opération Piège, les forces soviétiques se sont emparées d'une importante base de ravitaillement fortifiée des moudjahidines à Kokari-Sharshari, à la frontière avec l'Iran.

Cependant, cela tout n’avait pas si bien commencé. Le 18 août 1986, des soldats du 345e Régiment aéroporté de gardes indépendants ont planifié un atterrissage secret sur des hauteurs non loin de la base des moudjahidines. Mais, comme cela a souvent été le cas pendant cette guerre, les moudjahidines étaient parfaitement au courant de l'heure et du lieu du débarquement.

Les parachutistes ont été forcés d'atterrir à partir d'hélicoptères sous le feu nourri de l'ennemi, déplorant de nombreuses victimes, notamment tués par des tirs de mortier ennemis. Les hélicoptères Mi-8 ont travaillé sans relâche pour emporter les blessés et acheminer des renforts sur le champ de bataille.

>>> Voyage dans une base secrète de sous-marins soviétique

Après avoir finalement vaincu la résistance, les parachutistes ont sécurisé le débarquement des troupes principales et ont rapidement marché vers la base ennemie, la bloquant dans différentes directions.

Appuyés par des frappes aériennes de Su-25 et des tirs d'artillerie, les troupes soviétiques se sont emparées le 25 août de la base, capturant 26 dépôts de munitions, 25 maisons fortifiées et 32 ​​abris souterrains. Le groupe clé des moudjahidines « Western United » a été anéanti, bien que son dirigeant - Ismail Khan - l'un des plus importants commandants afghans - ait réussi à s'enfuir vers l'Iran voisin.

Saviez-vous, pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies