«Je ne suis pas un héros»: comment un officier soviétique évita la troisième guerre mondiale

Legion Media
Le lieutenant-colonel soviétique Stanislav Petrov est décédé dans la région de Moscou en mai 2017. Ce n’est que quelques mois plus tard que le monde a appris sa mort, malgré le fait qu'il ait sauvé l'humanité en décidant de ne pas lancer une frappe nucléaire contre les États-Unis suite à une fausse alerte.

« Je ne suis pas un héros », déclarait Stanislav Petrov avec un soupçon d'irritation dans la plupart de ses interviews. Ce lieutenant-colonel soviétique avait fait l’objet d’un film en 2014 : L'homme qui a sauvé le monde.

« J'étais juste au bon endroit au bon moment », a déclaré Petrov. Il a affirmé que les étrangers exagéraient son héroïsme et semblait fatigué de l'attention du public.

Mais il était difficile pour les médias de ne pas coller sur Petrov l’étiquette de héros. Le 26 septembre 1983, le destin de la planète était entre ses mains. Il était l'officier chargé de prendre une lourde décision : entamer une guerre nucléaire ou non. Heureusement, il a choisi de l'éviter. S'il en avait décidé autrement, nous ne serions peut-être pas là aujourd'hui.

Au seuil de la guerre

« Une alarme au poste de commande et de contrôle s'est déclenchée, des lumières rouges clignotaient sur le terminal », a déclaré Petrov dans des interviews. Les faits se sont déroulés dans la base militaire fermée Serpoukhov-15 où se trouvait le centre de commandement du système d'alerte nucléaire précoce Oko.

Petrov était à son poste de travail lorsque le système a informé les officiers du lancement d'un missile américain, suivi de cinq autres. Si Washington avait vraiment pressé le bouton, cela aurait signifié le début de la guerre nucléaire.

À cette époque, les relations entre les deux rivaux nucléaires étaient proches de la catastrophe. Trois semaines seulement auparavant, l'URSS avait accidentellement abattu un Boeing coréen au-dessus de Sakhaline, tuant 62 Américains. Le président américain Ronald Reagan appelait à se lever contre « l'empire du mal ». Les deux puissances nucléaires échangeaient des menaces, et la guerre semblait possible.

Nuit de tous les choix

Petrov a dû se décider: les États-Unis avaient-ils lancé des missiles? Son ordinateur l’affirmait - et les 30 niveaux du système confirmaient qu’une attaque s’était produite. Il n'avait que 15 minutes pour faire un choix. S'il avait cru l'ordinateur, il aurait appelé les autorités soviétiques à lancer une riposte à grande échelle, en éliminant environ la moitié de la population américaine et en lançant la Troisième Guerre mondiale dans la foulée. Si l'attaque était réelle et que Petrov ne parvenait pas à réagir, des centaines de milliers de ses compatriotes auraient été tués. On ne peut donc qu'imaginer la pression immense dont il faisait l’objet. Le temps passait irrémédiablement.

La troisième guerre mondiale n’aura pas lieu

Petrov a finalement fait un choix. Lorsque la ligne du gouvernement a sonné, Petrov a décroché et déclaré : « Notre système vous donne de fausses informations ». Il avait raison : le système avait subi un dysfonctionnement en raison d'un alignement rare de la lumière du soleil sur les nuages à haute altitude. Les États-Unis n'avaient lancé aucun missile.

En plus de cela, Petrov - qui avait scrupuleusement étudié le système informatique utilisé par l'URSS - a déclaré qu'il était sceptique au sujet des ordinateurs en général. « Je me permets de me méfier du système - parce que je suis un homme, pas un ordinateur », a-t-il déclaré au quotidien Gazeta.ru dans une interview.

La vie après le choix

L'officier n'a été ni massivement récompensé, ni sérieusement puni après l'incident. Comme il l'a raconté, le commandement ne s’empressait pas de le louer officiellement car cela aurait revenu à divulguer de graves lacunes dans le système d'alerte nucléaire (ce que le gouvernement n'était pas prêt à faire). Ainsi, ses patrons se sont limités à des louanges à son sujet, mais l'ont également réprimandé pour « ne pas avoir rempli le journal correctement » pendant l'incident.

La fausse alerte est restée classée jusqu'au début des années quatre-vingt-dix lorsque le général Youri Votintsev, ancien commandant des unités de défense antimissiles de la défense antiaérienne soviétique, a publié ses mémoires dans lesquels il a mentionné l'incident et le rôle crucial de Petrov.

Mort en toute discrétion

Par la suite, Petrov - qui a quitté l'armée - s'est retrouvé dans les médias, en particulier à l'Ouest. Il n'était pas vraiment satisfait de cette renommée subite. Vivant dans un petit appartement de Friazino (région de Moscou), il communiquait avec les journalistes plutôt à contrecœur et soulignait toujours qu'il « n'était pas un héros ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer