Comment la Crimée a-t-elle été intégrée à l'Empire russe?

Getty Images, Russia Beyond
Au XVIIIe siècle, la péninsule de Crimée a été transférée de l'Empire ottoman à la Russie. Nous expliquons ce processus complexe en neuf étapes simples.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Quel était le statut de la Crimée avant l’annexion ?

Ces territoires faisaient autrefois partie de la Horde d'Or. Après l’effondrement de cette dernière à cause d'un conflit dynastique, le Khanat de Crimée a été créé en 1441.

En 1475, certains ports maritimes importants de la péninsule ont été intégrés à l’Empire ottoman (créé par des tribus turques), tandis que le Khanat de Crimée est devenu un État satellite. De ce fait, la mer Noire était entourée de territoires ottomans ou dépendants de leur empire.

Lire aussi : Comment des pirates russes pillaient les capitales de la Suède et de la Finlande

Pourquoi la Russie en avait-elle besoin ?

Au XVIe siècle, la Russie (Tsarat de Moscou à l'époque) a commencé à étendre ses territoires après l'effondrement de la Horde d'Or. Et après avoir conquis les Khanats de Kazan et d’Astrakhan, elle s’est étendue plus au sud. Dans le même temps, les nomades tatars du Khanat de Crimée pillaient la périphérie de la Russie, ce qui perturbait considérablement le commerce et l’agriculture du Sud de la Russie. Au début du XVIIIe siècle, il est devenu évident que la Russie avait besoin d'un accès à la mer Noire pour son développement ultérieur.

Quand que le moment est-il venu ?

En 1736-1737, l'armée russe envahit la Crimée et la traverse. Mais les Russes ne pouvaient pas maintenir leurs lignes d’approvisionnement, les territoires russes étant trop éloignés, séparés de la Crimée par le vaste territoire des Terres sauvages - en gros, la steppe pontique de l’Ukraine, au nord de la mer Noire et de la mer d’Azov, ainsi que le sud et l'est de l'Ukraine.

Prince Potemkine

La possibilité d’alimenter efficacement des forces militaires en Crimée n’est apparue que dans les années 1760 et 1770, après la création d’une nouvelle province impériale, le gouvernorat de Novorossia (Nouvelle Russie) en 1764. Des approvisionnements commençant à arriver du nouveau gouvernorat, la possibilité d’une avancée vers la Crimée est devenu réelle. Cela a été réalisé sous le contrôle et la supervision du prince Grigori Potemkine, ami proche et conseiller militaire de Catherine la Grande.

Riourikides: Cette dynastie qui gouvernait la Russie avant les Romanov

La Russie a-t-elle recouru à la force ?

Pendant la guerre russo-turque de 1768-1774, la Crimée était sans aucun doute un objectif prioritaire de la Russie. En 1771, les Tatars de Crimée ont refusé de se battre pour la Turquie et les dirigeants ottomans n’avaient pas assez de puissance militaire pour protéger la péninsule. Ainsi, à l'été 1771, l'armée russe, dirigée par le général Vassili Dolgoroukov, s'empare de la Crimée en à peine 16 jours. Khan Selim III Giray, une marionnette de la Turquie, s’enfuit à Constantinople.

Vassili Dolgoroukov par Alexandre Rosilin

En 1772, Sahib II Giray, un nouveau khan pro-russe de Crimée, déclare son khanat comme un État libre sous le protectorat de la Russie. Cependant, l’Empire ottoman refuse de le reconnaître et la guerre continue.

Les forces turques se sont-elles retirées ?

En 1774, l’Empire ottoman est contraint de signer le traité de Küçük Kaynarca. Selon le document, le khanat de Crimée obtenait officiellement son indépendance de l'Empire ottoman et de l'Empire russe ; la Russie, cependant, gagnait Kertch (un port militaire et commercial important). Mais le sultan turc avait conservé le pouvoir religieux - les khans de Crimée devaient encore être approuvés par le sultan.

Sahin Giray

Les forces turques n’ont pas quitté la Crimée, espérant qu’à terme, le sultan parviendrait à ramener la péninsule dans le giron ottoman. En 1776, l'armée russe entre en Crimée et nomme un autre khan, Sahin Giray, qui consent à ce que l'armée russe soit déployée dans la péninsule. Sahin Giray tente de lancer des réformes sur le modèle européen.

Mais rapidement, le peuple de Crimée a commencé à se soulever. La partie musulmane de la population s’opposait à la population chrétienne et au khan jugé trop amical envers la Russie. En 1778, la Russie a donc dû envoyer le héros militaire Alexander Souvorov pour mater les émeutes.

Lire aussi : Qui était Ermak, chef cosaque et conquérant de la Sibérie?

Qu'a fait la population de Crimée?

Suivant les ordres de Grigori Potemkine, Alexander Souvorov a supervisé la réinstallation d'une partie de la population chrétienne de Crimée en Russie continentale, dans la zone côtière du nord de la mer Noire (depuis 1764, ces terres faisaient partie de la Novorossia). Au total, plus de 30 000 Arméniens, Grecs et Géorgiens ont été transférés de Crimée.

Alexandre Souvorov

Souvorov a empêché l'armée turque de se déployer davantage en Crimée et, en 1779, la majeure partie de l'armée russe avait également disparu - Alexandre Souvorov a été transféré en Novorossia. Cependant, les espions turcs ont continué à provoquer des troubles en Crimée, le khan Sahin Giray réprimant toute émeute avec une cruauté impitoyable.

Comment s'est déroulé le processus d'annexion ?

En 1782, Grigori Potemkine adresse à Catherine la Grande un mémorandum suggérant d’unir la Crimée à la Russie afin de « couper la route aux Turcs » et de sécuriser la présence de l'Empire dans la mer Noire. L’impératrice accepte et publie une proclamation officielle d’annexion le 19 avril 1783. En route pour la Crimée, Potemkine découvre soudain que Sahin Giray a quitté son trône - la noblesse tatare de Crimée s’était opposée ouvertement à lui et préférait que le pouvoir russe les contrôle formellement.

Le 9 juillet 1783, Potemkine déclare solennellement la proclamation de Catherine au sommet du mont Aq Qaya (Roche blanche). Par la suite, des représentants de la noblesse et du peuple de Crimée ont prêté allégeance à Catherine la Grande en tant que souveraine de la Russie. Ce n’est que début 1784 que l’Empire ottoman a accepté à contrecœur le nouveau statut de la Crimée en tant que province russe.

Lire aussi : Qui sont les Cosaques, ce peuple assoiffé de liberté et de conquêtes?

Comment les monarques européens ont-ils réagi ?

Après que la nouvelle de l'annexion s’est répandue à l'échelle internationale, seule la France a déposé une note de protestation, mais les diplomates russes ont répondu que la Russie ne s'opposait pas à l'annexion de la Corse et attendait la même chose de la France concernant la Crimée ; Catherine II leur a également rappelé que l'annexion avait été réalisée dans le seul but d'apaiser la situation tendue qui régnait à la frontière russo-ottomane.

Que s'est-il passé après l'annexion ?

En 1784, Sébastopol, la nouvelle capitale de Crimée, a éte fondée par Potemkine, et le gouvernorat de Crimée a été établi. La population de la péninsule a considérablement diminué - une grande partie des musulmans s'est réfugiée en Turquie. Potemkine a insisté pour que la garnison russe traite la population tatare avec respect. Les familles nobles tatares avaient été déclarées membres de la noblesse russe et avaient obtenu de nombreux privilèges, à l'exception du droit de posséder des serfs chrétiens.

À partir de 1780, avec l’aide considérable du prince Grigori Potemkine, qui considérait la Crimée comme « sa terre » depuis qu’il l’avait conquise, un développement agricole et économique sans précédent a commencé en Crimée ; sa population a commencé à se reconstituer et à augmenter grâce à l’afflux de colons venus de Russie continentale.

Au cours de son histoire, la Russie a mené d'innombrables guerres et conflits, assez souvent victorieusement. Pour en savoir plus, suivez le lien.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies