Cinq questions sur la Crimée

Le Grand Accord sur l’amitié,  la collaboration et le partenariat signé par Moscou et Kiev en 1997, reconduit le droit russe sur la base navale de Sébastopol et le droit de stationnement de la Flotte russe de la mer Noire en Crimée jusqu’en 2017. Crédit : Sergueï Savostianov / RG

Le Grand Accord sur l’amitié, la collaboration et le partenariat signé par Moscou et Kiev en 1997, reconduit le droit russe sur la base navale de Sébastopol et le droit de stationnement de la Flotte russe de la mer Noire en Crimée jusqu’en 2017. Crédit : Sergueï Savostianov / RG

La Russie d'Aujourd'hui répond aux questions fréquentes sur le statut de la Crimée, son histoire et ses habitants.

Qu’est-ce que la Crimée et à qui appartient-elle ?

La Crimée est une péninsule au sud de l’Ukraine. Son territoire abrite la République autonome de Crimée (la majeure partie du territoire, partage une frontière maritime avec la Russie à l’est), la ville de Sébastopol (dotée d’un statut spécial, unité administrative primaire particulière de l’Ukraine), ainsi qu’une petite partie de l’oblast de Kherson. Simféropol est la capitale de la République autonome de Crimée.

Quelle est la population de la Crimée ?

Selon le dernier recensement pan-ukrainien en date (2001), la population de la Crimée s’élève à 2 413 228 habitants. Selon les données du Bureau national de la statistique de l’Ukraine, au 1er novembre 2013, la population de la République autonome de Crimée s’élevait à 1 967 119 habitants. La population est composée de Russes à 50%, d’Ukrainiens à 24% environ et de Tatars de Crimée à 12% environ.

Comment la Crimée est-elle devenue partie de l’Ukraine ?

En 1921, après la guerre civile de 1917-1920 et la succession de plusieurs gouvernements « blancs » et « rouges », la République socialiste soviétique autonome de Crimée est créée, elle fait partie de la RSFSR (aujourd’hui, la Fédération de Russie). Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Crimée a vécu 4 ans d’occupation allemande et roumaine et a été libérée par les troupes soviétiques. En 1954, le Présidium du Soviet suprême de l’URSS a transféré l’oblast de Crimée à la République socialiste soviétique d’Ukraine (qui jusqu’en 1991 faisait partie de l’URSS). Aussi, après l’effondrement de l’URSS et l’indépendance de l’Ukraine, la Crimée est devenue partie de l’Ukraine.

Quelle est la langue parlée en Crimée ?

La République autonome de Crimée n’a pas de langue « nationale » ou « officielle ». En réalité, le russe et l’ukrainien servent de langues officielles. Selon le sondage réalisé en 2004 par l’Institut international de sociologie de Kiev, la langue russe (aux côtés d’autres langues) est pratiquée par la majorité absolue de la population — 97 % de l’ensemble de la population de la Crimée.

Quelles sont les troupes russes stationnées en permanence en Crimée ?

Le Grand Accord sur l’amitié,  la collaboration et le partenariat signé par Moscou et Kiev en 1997, reconduit le droit russe sur la base navale de Sébastopol et le droit de stationnement de la Flotte russe de la mer Noire en Crimée jusqu’en 2017.

Conformément à l’accord entre l’Ukraine et la Fédération de Russie sur le statut et les conditions de stationnement de la Flotte russe de la mer Noire sur le territoire ukrainien, un groupe de navires russes allant jusqu’à 388 unités (dont 14 sous-marins diesels) peut stationner dans les eaux territoriales ukrainiennes et sur terre. 161 avions peuvent stationner sur les aérodromes de Gvardeïskoïe et de Sébastopol. Cela est tout à fait comparable à la capacité du groupe naval de la Turquie, mais la Russie ne dispose pas d’une telle quantité de navires et d’avions en Crimée.

L’accord est signé pour 20 ans. Sa reconduction pour des périodes de 5 ans est automatique si aucun des parties n’informe l’autre par écrit de sa résiliation au moins un an avant son expiration.

Un second accord, signé à Kharkiv en avril 2010 a reconduit le stationnement de la Flotte russe de la mer Noire jusqu’en 2042.

 

Êtes-vous déjà allé en Crimée ? Tweetez @larussie #Crimee #Ukraine


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.