Cinq guerres victorieuses qui furent déterminantes pour la Russie

Global Look Press
Au cours de sa longue histoire, la Russie a mené d'innombrables guerres et conflits, assez souvent victorieusement. Mais si certaines de ses victoires sont passées aux oubliettes, les conséquences d'autres ont encore un impact sur le présent.

1. Lutte contre Mamaï (1374-1380)

Depuis le milieu du XIIIe siècle, les différentes principautés russes étaient dépendantes politiquement et économiquement de la Horde d’or. À la fin du XIVe siècle, la Principauté fortifiée de Moscou tenta de se libérer du pouvoir des khans.

Suite à l'assassinat du Khan Berdi Beg (Berdibek) en 1359, la Horde d'or s’enfonça dans le chaos des guerres intestines pour le trône, connues sous le nom de « grands troubles ».

Les principautés russes ont été contraintes de traiter avez Mamaï, l'un des grands généraux Mongols. Il ne figurait pas parmi les descendants de Gengis Khan, et n'avait donc pas le droit de gouverner la Horde d'or. En mettant une marionnette, Khan Bulak, sur le trône, Mamaï a en fait usurpé le pouvoir. 

Lire aussi : Bataille de Koulikovo: la naissance de la nation russe

En 1374, le Prince de Moscou Dmitri Ivanovitch (plus tard - Donskoï) a refusé de payer le tribut aux Mongols, ce qui a été suivi par une série d'affrontements. Après la défaite dans la bataille sur la rivière Piana en 1377, les troupes russes ont écrasé les Mongols lors de la bataille sur la rivière Voja l'année suivante – ce qui constitua la première victoire russe sérieuse sur la Horde d'or.

La bataille de Koulikovo en 1380 devint le point culminant de la guerre. Les troupes de Mamaï ont subi une défaite écrasante. Ce dernier ne pouvait plus conserver le pouvoir de la Horde d'or et dut le céder à Tokhtamych, un descendant de Gengis Khan et le nouveau souverain de l'État mongol.

La bataille de Koulikovo n'a pas libéré les principautés russes du pouvoir des Mongols. Tokhtamych l'a restauré en incendiant Moscou en 1382. La Russie a finalement été libérée des Mongols 100 ans plus tard seulement, après le « grand face à face » sur la rivière Ougra en 1480.

Lire aussi : Kiev, «mère des villes russes»: mythe ou réalité?

Pourtant, l'importance de la victoire de la bataille de Koulikovo était grande. L'autorité et le prestige militaire des Mongols ont été gravement écornés. Ils n'ont jamais rétabli leur influence sur les Russes comme cela avait été le cas auparavant.

2. Grande guerre du Nord (1700-1721)

Cette guerre fut l'une des plus importantes de l'histoire russe, car elle marqua la Renaissance de la Russie en tant qu'Empire.

Pendant des années, l'État russe avait essayé de saisir la Livonie et l'Estonie et de sécuriser son accès à la mer Baltique. La dernière tentative majeure a été realisée par Ivan IV, mais s’est terminée en catastrophe quand la monarchie de Moscovie a été vaincue par deux ennemis : la Suède et l’État uni polonais-lituanien.

À la lumière de cette amère expérience, Pierre le Grand s'est préparé pour la prochaine guerre de façon très réfléchie. L'Alliance du Nord entre la Russie, l’État polono-lituanien, le Danemark et la Saxe prévoyait de mettre fin au tenant de l'hégémonie en Europe de l'est et du Nord – le Royaume suédois.

Lire aussi : Pourquoi la Russie est-elle si grande?

Cependant, après que le roi suédois Karl XII eut vaincu tous les membres de l'Alliance du Nord, la Russie a affronté seule la puissante armée suédoise. La bataille de Narva en 1701 fut un désastre pour l'armée russe et força Pierre le Grand à entreprendre des réformes militaires en profondeur.

Le tsar russe a persisté à atteindre son objectif principal - ouvrir une « fenêtre sur l'Europe ». Il fonda la future capitale de la Russie, Saint-Pétersbourg, en 1703 sur des terres tout juste prises aux Suédois, et a finalement vaincu la Suède avec son armée modernisée lors de la bataille de Poltava (1709). En 1714 a eu lieu la bataille navale de Gangut (1714), la première victoire importante de l’histoire de la flotte russe.

Après la conclusion du traité de Nystad en 1721, la Russie a acquis les vastes territoires de Livonie, d'Estonie, d’Ingrie et une partie de la Carélie. L'Empire russe nouvellement proclamé a commencé à jouer un rôle actif dans la politique européenne.

Lire aussi : Ce que Pierre le Grand a ramené d’Europe en Russie

3. Guerre russo-turque (1768-1774)

La guerre qui opposa Catherine II de Russie à l'Empire ottoman est considérée comme l'une des plus importantes parmi les nombreux conflits russo-turcs. Elle a également montré au monde plusieurs commandants russes exceptionnels.

Lors de la bataille de Kagul en 1770, l'une des plus grandes batailles du XVIIIe siècle, l'armée russe de près de 40 000 hommes sous le commandement de Piotr Roumiantsev a vaincu l'armée ottomane de 150 000 hommes.

Le légendaire Seigneur de guerre Alexandre Souvorov, avec 5 000 soldats, a réussi à vaincre une armée ottomane cinq fois plus nombreuse dans l'un des affrontements les plus décisifs - la bataille de de Kozludzha en 1774.

Lire aussi : Les meilleurs chefs militaires russes de l’histoire

Des victoires glorieuses ont été remportées non seulement sur terre, mais aussi en mer. Pendant la bataille navale de Chesma en 1770, la majeure partie de la flotte ottomane a été décimée.

Le traité de Küçük Kaynarca (1774) a permis à l'Empire russe de prendre pied sur la côte de la mer Noire : il a sécurisé les villes de Kertch et Yeni-Kale en Crimée, et obtenu le droit de fonder une flotte militaire en mer Noire, ainsi que le droit de patronage des chrétiens dans les principautés de Moldavie et de Valachie, vassales des Ottomans.

Selon les conditions de la paix, le khanat de Crimée a obtenu l'indépendance de l'Empire ottoman. En fait, il est tombé sous la puissante influence de la Russie et a finalement été annexé en 1783. Il convient de mentionner que le territoire du khanat incluait non seulement la péninsule, mais aussi de vastes territoires sur la côte de la mer d’Azov et de la mer Noire.

Lire aussi : Cinq raisons d’être fier de ses origines russes

Dans l’ensemble, la guerre a permis à la Russie de progresser sensiblement vers le sud, alors que l'Empire ottoman commençait à décliner.

4. Invasion française de la Russie et Guerre de la Sixième Coalition (1812-1814)

Après que l'Empire russe eut été écrasé par Napoléon dans la guerre de la Quatrième Coalition en 1807, il a été contraint de rejoindre le blocus continental de la Grande-Bretagne, qui a nui à l'économie de la Russie.

Les conditions imposées étaient considérées comme humiliantes par les dirigeants russes, qui cessèrent bientôt de s’y soumettre. La guerre devint inévitable, et l'invasion de la grande armée arriva en 1812.

Parfaitement conscients du génie militaire de Napoléon, les commandants russes refusèrent de lui donner la bataille à grande échelle qu'il désirait tant.

Lire aussi : Сomment le piège de Moscou s’est refermé sur Napoléon

Une bataille majeure s'est déroulée à la périphérie de Moscou uniquement, à Borodino, sans qu'aucune force ne parvienne à obtenir l'avantage.

L'occupation de la capitale russe n'a rien donné à l'empereur français. Il a été contraint de la quitter, échouant à conclure une paix ou une trêve avec l'empereur russe Alexandre Ier.

La retraite de la grande armée fut un désastre. Le froid, la guérilla active et la poursuite incessante de l'armée russe l'ont totalement détruite. Sur 680 000 hommes, près de 90% ont été tués, emprisonnés, furent portés disparus ou désertèrent.

La campagne étrangère de l'armée russe prit fin avec la prise de Paris en 1814 et l'abdication de Napoléon.

Lire aussi : Un Jour dans l’Histoire: la bataille de Borodino

La victoire sur Napoléon a rehaussé les positions de la Russie dans le monde. L'Empire russe a réalisé ce que les autres n'avaient pas été en mesure de faire pendant bien plus d'une décennie - écraser le génie français invaincu.

5. Seconde Guerre mondiale

La victoire sur l'Allemagne nazie et ses alliés est l'événement le plus important de l'histoire russe. Cette guerre différait sensiblement des précédentes, car il s'agissait d'une véritable guerre d'extermination.

Bien que l'armée soviétique ait commencé à recevoir des équipements militaires modernes avant la guerre, on déplorait un grave manque de commandants bien formés, car beaucoup d'officiers de haut rang avaient été exécutés pendant la grande purge de la fin des années 1930.

Lire aussi : Par-delà le courage: souvenirs d'anciens combattants

La catastrophe des premières années de la guerre a mis un point d'interrogation sur l'existence même de l'Union soviétique.

La consolidation et l'acceptation nationale du pouvoir soviétique, la guérilla à grande échelle, et une nouvelle vague de commandants talentueux ont transformé la défaite en victoire. Le prix payé par le peuple soviétique fut tout simplement ahurissant - plus de 27 millions morts.

Outre l'éradication du nazisme, la Seconde Guerre mondiale a considérablement amélioré le statut géopolitique de l'URSS. Des régimes amis ont été établis dans l'Europe de l'est nouvellement libérée.

Lire aussi : La bataille de Berlin, dernier combat avant la fin

L'Union soviétique est devenue l'une des deux superpuissances mondiales, un géant militaire et industriel qui a été en mesure de lancer le premier satellite artificiel dans l'espace seulement 12 ans après la fin de cette guerre dévastatrice.

Nous vous proposon en outre de découvrir comment le soldat russe était perçu sur le champ de bataille.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies