Comment des chats et des chameaux ont aidé les Soviétiques à gagner la Seconde Guerre mondiale

Outre les chevaux et les chiens, des animaux aussi exotiques que des chameaux étaient engagés dans la bataille pour la Patrie. Les chats, pour leur part, ne combattaient pas l'ennemi sur les lignes de front, mais sauvaient de nombreuses vies en sécurisant l'arrière soviétique.

La dernière guerre de la cavalerie

Malgré le fait que la Seconde Guerre mondiale ait été une guerre de chars et que les glorieuses attaques de cavalerie fassent alors partie du passé, les chevaux ont toujours joué un rôle important dans le conflit.

Les attaques généralisées des unités de cavalerie étaient rares, car elles causaient d'énormes pertes parmi les animaux. Cependant, des unités de cavalerie étaient parfois utilisées pour effectuer des percées rapides et poursuivre l'ennemi battant en retraite. Mais le plus souvent, les cavaliers soviétiques étaient habitués à débarquer et à combattre comme une infanterie régulière.

Munis de système d’artillerie légère, des cavaliers soviétiques apparaissaient là où l'ennemi ne les attendait pas et pilonnaient les Allemands. Cette tactique a été très utile lors de la bataille de Moscou en 1941, où les unités de cavalerie constituaient près du quart de toutes les divisions soviétiques.

Lire aussi : Bataille de Moscou: cinq faits méconnus sur celle qui a su contrer la blitzkrieg allemande

En plus de participer à la guerre, les chevaux étaient indispensables au transport de cargaisons et d’artillerie sur des terrains sans routes. Dans les conditions cruelles de l’automne et de l’hiver russes, les chevaux avaient un sérieux avantage sur les camions, car ils ne restaient pas coincés dans la boue ou la neige. Ils servaient aussi souvent de nourriture aux troupes soviétiques encerclées par l'ennemi.

La Wehrmacht avait aussi ses propres unités de cavalerie, mais elles ont rapidement été à bout de forces. Les Allemands ne possédaient pas de source aussi illimitée de ces animaux que l’Union soviétique, qui tirait un grand nombre de chevaux de son allié extrême-oriental, la Mongolie.

Le meilleur ami de l’homme

Les chiens ont protégé l'Union soviétique tout comme les simples soldats non seulement à l'arrière, mais également sur les lignes de front.

Bien préparés dans des centres d’entraînement spéciaux, les chiens remplissaient un rôle médical en traînant les blessés hors du champ de bataille. Ils opéraient également comme démineurs, messagers et chiens de traîneaux, protégeaient d'importantes installations contre les saboteurs et jouaient eux-mêmes le rôle de saboteurs.

Au tout début de la guerre, les Soviétiques utilisaient des chiens kamikazes, officiellement appelés « chasseurs de chars canins ». Ils étaient entraînés à courir vers les chars ennemis avec un engin explosif fixé sur le corps. Après avoir rampé sous la machine ennemie, un long levier déclenchait une explosion au contact de la cible, tuant à la fois l'ennemi et le chien.

Lire aussi : Comment les Soviétiques ont utilisé des «chiens suicidaires» contre les chars nazis

Plus de 300 chars ennemis ont été détruits par des chiens kamikazes soviétiques. Au cours des dernières années de la guerre, cette pratique est devenue inutile et a été abandonnée. Les animaux restants ont été transformés en démineurs.

Le rôle des chiens héroïques a été hautement salué par les Soviétiques, qui les ont fait participer à la parade de la victoire de 1945. Staline a personnellement donné sa veste au chien blessé Julbars (un chien qui avait trouvé plus de 7468 mines pendant la guerre) pour qu’il soit transporté à travers la place Rouge.

De Stalingrad à Berlin

Les chameaux sont apparus pour la première fois sur les champs de bataille de la Grande Guerre patriotique lors de la bataille de Stalingrad. Les troupes soviétiques stationnées près d'Astrakhan, qui allaient prendre part à l'une des plus importantes batailles de la guerre, manquaient de camions et de chevaux.

Les soldats ont donc commencé à rechercher et à capturer des chameaux sauvages dans le semi-désert afin de les utiliser pour le transport de marchandises et d'artillerie. Les animaux remplirent leur mission et devinrent bientôt de véritables camarades de combat pour les soldats.

Lire aussi : «Pas un pas en arrière!»: comment la victoire sur les nazis a été possible à Stalingrad

Près de 350 chameaux ont pris part à la guerre. Beaucoup d'entre eux ont été tués et beaucoup d'autres ont été « démobilisés » par les soldats qui les ont laissés avec des zoos locaux le long des routes qui traversent l'Europe de l'Est.

Cependant, certains ont même réussi à se rendre à Berlin. Selon la légende, des soldats ont emmené un chameau appelé Kouznetchik (Sauterelle) sur les marches du Reichstag à peine capturé, l'animal ayant craché dessus.

«Division miaulante»

Contrairement aux autres animaux participant à la guerre, les chats ne combattaient pas l'ennemi et ne transportaient pas de marchandises. Même s'ils ne sont jamais apparus sur les lignes de front, leur contribution à la guerre était également capitale.

Pendant le siège de Leningrad (comme Saint-Pétersbourg s’appelait alors), les citoyens souffraient de la faim. Ils ont mangé tous les chats de la ville, ce qui a entraîné une infestation de rats. Des hordes de rongeurs pénétraient dans les maisons et les entrepôts, dévorant les dernières denrées rares.

Lire aussi : Pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker?

Les autorités de la ville pourchassaient les rats, les abattaient et les écrasaient même avec des tanks, mais rien n'y faisait. C'est pourquoi, lorsque le blocus a été levé en 1943, des wagons remplis de chats ont été les premiers à entrer dans la ville.

La « division miaulante », comme on l'appelait, régla rapidement le problème et sauva la ville de l'armée des colporteurs de maladies. Des monuments à ces chats de la part de citoyens reconnaissants peuvent être vus aujourd'hui à Saint-Pétersbourg.

Savez-vous quelles unités de combat étrangères ont combattu les nazis aux côtés de l'armée soviétique ? La réponse à cette question, vous la trouverez dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies