Pourquoi l'URSS a bombardé Berlin quand les nazis étaient aux portes de Moscou

Getty Images
Le célèbre raid Doolittle, durant lequel les avions américains ont bombardé Tokyo en représailles à l'attaque sur Pearl Harbor, a été précédé par une opération encore plus folle de bombardement de Berlin par l'aviation soviétique, à ce moment presque anéantie.

Lorsque, le 7 août 1941, l'aviation ennemie apparut au-dessus de Berlin, les Allemands estimèrent que c'étaient des appareils britanniques. Cependant, ils ont vite compris que c'étaient les bombardiers soviétiques qui bombardaient la capitale du Reich. Cela semblait totalement improbable, car les Allemands en étaient sûrs : l'URSS était en train de perdre la guerre et l'aviation soviétique était presque détruite.

Revanche pour la capitale

L'idée d'une frappe aérienne de représailles contre Berlin est venue aux dirigeants soviétiques lorsque les Allemands ont commencé à bombarder Moscou à la fin de juillet 1941, ce qui a miné la confiance du peuple soviétique dans la victoire. L'amiral Nikolaï Kouznetsov, commandant de la marine soviétique et artisan du succès de l'opération, a rappelé : « L'attaque de Berlin aurait eu en cas de succès une grande importance. Après tout, les nazis répétaient au monde entier que l'avion soviétique avait été écrasée ». (Nikolaï Kouznetsov, La course à la victoire, Moscou, 1975)

Il était cependant presque impossible de le faire, car l'armée de l'air soviétique avait subi une perte catastrophique de plusieurs milliers d'avions au cours des premiers mois de la guerre. Chaque avion valait son pesant d'or, et il fallait les utiliser rationnellement. De plus, il n'y avait plus à la disposition de l'URSS d'aérodromes à partir desquels il serait possible de se rendre à Berlin et de revenir sans s'arrêter.

Lire aussi : La bataille de Berlin, dernier combat avant la fin

Les terrains d'aviation les plus proches de la capitale du Reich étaient situés près de Leningrad, mais un bombardier décollant de ceux-ci pouvait tenir seulement jusqu'à Libava (Liepaja aujourd'hui, sur la côte ouest de la Lettonie). La direction soviétique a joué le tout pour le tout et a décidé d'utiliser pour le raid des pistes non aménagées de l'archipel de Moonsund dans la partie orientale de la mer Baltique, qui se trouvait à proximité de l'ennemi.

De là, les bombardiers soviétiques DB-3 pourraient parcourir la distance jusqu'à Berlin en 900 km et rentrer chez eux. Cependant, les troupes allemandes sont arrivées tout près de Tallinn, la base principale de la mer Baltique, et se sont dirigées vers le golfe de Finlande. En outre, l'aviation finlandaise opérait activement dans la région.

Préparation

Le terrain d'aviation de l'île d'Ezel (aujourd'hui Saaremaa), la plus grande de l'archipel de Moonsund, n'était pas du tout préparé à l'utilisation de bombardiers à longue portée. Il a fallu le convertir dans les plus brefs délais et rapidement, les bombardiers soviétiques ont été transférés sur l'île.

« Les marins ont eu une tâche difficile. On n'avait pas de stocks suffisants de carburant et de bombes sur l'île... De petites péniches avec de l'essence et des munitions sous bonne garde quittaient le golfe de Finlande miné jusqu'à Tallinn, et plus tard, arrivaient à l'île de Saaremaa. Le danger les attendait à chaque tournant. Il faut garder à l'esprit que Tallinn était déjà assiégé par l'ennemi », écrit Kouznetsov.

Lire aussi : Pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker?

Les attaques possibles de la Luftwaffe étaient encore plus dangereuses. Afin de ne pas attirer l'attention des Allemands, les avions étaient cachés dans différentes parties de l'île, dans des fermes et recouvertes de filets de camouflage. Il semblait que l’aérodrome d’Ezel était toujours désaffecté et inutilisé.

Opération «Berlin»

Le 6 août, cinq avions ont effectué un vol de reconnaissance vers Berlin, qui s’est avéré un succès. Deux jours plus tard, 15 bombardiers DB-3 équipés de munitions ont commencé l'opération « Berlin ». Ils ont survolé la majeure partie de la mer Baltique puis, tournant à Stettin (maintenant Szczecin en Pologne), ont foncé sur la capitale allemande.

Pour les Allemands, ce qui se passait était une surprise complète. Au début, ils ont pris les avions soviétiques pour les leurs. « Les Allemands ne s’attendaient pas à une telle insolence. Lors de l'approche de nos avions vers la cible, ils ont demandé depuis le sol : quel type d'appareils, où volez-vous ? Considérant qu'ils s'étaient égarés, les pilotes se sont vu proposer d'atterrir sur l'un des aérodromes les plus proches », se souvient Kouznetsov.

La ville était complètement illuminée et apparaissait devant les pilotes soviétiques comme dans la paume de leur main. Les raids aériens britanniques avaient lieu du côté ouest et étaient alors rares. La défense aérienne ennemie ne s’attendait pas à une frappe du nord et réagit tardivement.

Lire aussi : Quatre ruses de guerre des soldats russes

Cinq avions soviétiques se dirigèrent vers Berlin et y lâchèrent des bombes. Les autres frappèrent les banlieues de la capitale et Stettin. Après l'opération, tous les équipages sont revenus à la base sans pertes.

Choc

Le même jour, la radio allemande a déclaré : « Dans la nuit du 7 au 8 août, les forces aériennes britanniques, au nombre de 150 appareils, ont tenté de bombarder notre capitale... Sur les 15 avions qui ont atteint la ville, neuf ont été abattus ».

En réponse, la BBC a formulé un démenti : « Le rapport allemand sur le bombardement de Berlin est intéressant et mystérieux, car aucun aéronef britannique n'a volé au-dessus de Berlin les 7 et 8 août ».

Quand on a appris qui avait effectivement bombardé Berlin, cela a provoqué une réaction de choc, tant chez les dirigeants de l'Allemagne nazie que chez les gens ordinaires. Ni les uns ni les autres ne s'attendaient à ce que les avions soviétiques détruits, comme on le croyait, puissent atteindre la capitale du Reich.

Victoire psychologique

Un mois plus tard, les avions soviétiques ont effectué neuf autres raids sur la capitale allemande, mais l'effet de surprise ne pouvait plus fonctionner comme la première fois - l'ennemi était prêt à de telles attaques.

Lire aussi : Ces femmes soviétiques qui ont grandement contribué à vaincre le nazisme

Les frappes de l'aviation soviétique étaient activement rapportées dans la presse nationale et occidentale. Bien qu'elles n'aient pas causé de graves dommages, les attaques sur Berlin comportaient un facteur psychologique important : elles ont montré au monde que la force aérienne soviétique existait toujours, et pouvait porter des coups au cœur même de l'Allemagne nazie.

Connaissant personnellement les participants du bombardement, le colonel Sergueï Ostapenko se rappelle : « Après le premier bombardement, le peuple russe a commencé à parler, penser et écrire dans les journaux : "Étant donné que nous avons réussi à voler jusqu'à Berlin, on l'atteindra aussi par la terre" ».

Savez-vous quelles unités de combat étrangères ont combattu les nazis aux côtés de l'armée soviétique ? La réponse à cette question, vous la trouverez dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies