Comment les Soviétiques ont utilisé des «chiens suicidaires» contre les chars nazis

Archives de Ninel Ustinova/russiainphoto.ru
Lorsque les Allemands ont avancé vers Moscou en 1941, les troupes soviétiques se trouvaient dans une situation presque désespérée, faute d’armes antichars efficaces. Des chiens militaires hautement qualifiés ont alors été utilisés pour détruire l’ennemi.

Dans les premières années de la Seconde Guerre mondiale, les chiens antichars soviétiques constituaient une menace majeure pour l’avancée allemande. Bardés d’explosifs, ces animaux étaient envoyés en mission pour détruire le matériel ennemi. Alors qu'aujourd'hui ce fait peut sembler dérangeant pour les défenseurs des droits des animaux, il est important de se rappeler à quel point ces temps étaient désespérés, alors qu'un ennemi redoutable et diabolique était presque aux portes du Kremlin.

Les mitrailleuses des chars allemands étaient trop hautes pour atteindre les « chiens suicidaires » proches du sol, et grâce à la couverture de l'infanterie soviétique, les Allemands ne pouvaient pas sortir facilement de leurs chars et tirer sur les chiens avec des fusils.

Lire aussi : Pourquoi l'URSS a bombardé Berlin quand les nazis étaient aux portes de Moscou

Les unités de chars allemandes ont souvent arrêté leur attaque quand elles voyaient des bataillons de chasseurs de chars avec des chiens sur le champ de bataille. La seule méthode efficace pour empêcher une telle attaque était d'utiliser des lance-flammes. Souvent, lorsque les forces allemandes lançaient l'offensive, elles tiraient sur tous les chiens en cours de route. Même les avions de la Luftwaffe ouvraient le feu sur eux.

Origine des chiens « suicidaires »

L'Union soviétique n'a pas commencé à utiliser des chiens antichars en réponse à l'invasion nazie de 1941. En fait, on a commencé à entraîner de tels chiens dans les années 1930, bien avant le déclenchement de la Grande Guerre patriotique.

Les chiens antichars ont été entraînés à ramper sous les tanks ennemis tout en transportant des explosifs sur leurs corps (12 kg de TNT). Un long levier déclenchait l’explosion au contact de la cible.

Les chiens ont appris à se faufiler sous les chars. Ils étaient affamés pendant plusieurs jours, et des morceaux de viande étaient placés sous les chars d’entraînement pour tromper les chiens en leur faisant croire que la nourriture pouvait être trouvée sous tous ces véhicules. Ils apprenaient également à ne pas craindre l'artillerie lourde et ont été entraînés à ramper à l’arrière des chars pour éviter le feu des mitrailleuses ennemies.

Lire aussi : Quatre ruses de guerre des soldats russes

Les premiers chiens antichars ont été introduits dans l'Armée rouge en 1939 et deux ans plus tard, les animaux ont été mis à l'épreuve au combat.

Première bataille désastreuse

Les chiens antichars du 1er bataillon spécial (212 chiens et 199 entraîneurs) ont été déployés pour la première fois au combat près de Moscou.

La première attaque majeure des chiens fut un désastre complet car il n'y avait pas de couverture de l'infanterie soviétique. En conséquence, les Allemands ont facilement tiré sur les chiens. En outre, les entraîneurs avaient commis une grave erreur tactique en entraînant les chiens avec des chars soviétiques fonctionnant au diesel. Les animaux étaient habitués à l'odeur du diesel, mais les chars allemands utilisaient de l'essence. Ainsi, les chiens ont été complètement désorientés sur le champ de bataille.

Les soldats qui n'ont pas été tués se sont rendus avec leurs chiens. Lors des interrogatoires, les formateurs captifs ont révélé les méthodes soviétiques utilisées pour entraîner les chiens antichars.

Lire aussi : Pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker?

Se battre sur tous les fronts

Bien que le 1er bataillon spécial ait été éliminé, l’Union soviétique a continué à utiliser des chiens contre les Allemands. Les tactiques ont été modifiées et l'entraînement des chiens a repris. À la fin de 1941, plus de 1 000 chiens se battaient sur le front et, l’année suivante, ils étaient plus de 2 000.

Le 21 juillet 1942, des « chiens suicidaires » ont contribué à déterminer l'issue d'une bataille majeure près de Taganrog sur la mer d'Azov.

Lorsque 40 chars ennemis sont tombés sur une batterie de canons antichars et ont compromis la position de la brigade d’infanterie navale, la 4ème compagnie de chiens antichars était la seule chose qui se trouvait entre le poste de commandement et les nazis.

Simultanément, 56 chiens ont lancé une attaque et détruit de nombreux chars ennemis. Non seulement ces chiens ont arrêté l'offensive, mais ils ont également forcé les Allemands à fuir le champ de bataille.

Lire aussi : Bataille de Koursk: lorsque se sont envolés les derniers espoirs d’Hitler dans la guerre 1939-1945

Pendant le siège de Leningrad, un groupe de chiens a fait exploser des chars et des fortifications ennemis. Ils avaient sournoisement contourné les barbelés, identifié l'emplacement de l'ennemi et couru vers l'entrée des bunkers où ils avaient détecté la présence humaine. Ils ont réussi à faire exploser plusieurs bunkers, ainsi qu'un dépôt de munitions.

Contribution essentielle à la victoire

Vers le milieu de l’année 1943, la situation sur le front avait changé. L'Armée rouge a commencé à recevoir une quantité suffisante d'armes antichars, qui manquaient durant les premiers jours de la guerre. En conséquence, on a cessé d'utiliser des chiens pour des missions suicides.

Au total, les chiens ont aidé à détruire 304 chars ennemis pendant la guerre, faisant peut-être pencher la balance en faveur de l'Union soviétique et apportant une contribution majeure à la défaite du nazisme.

La victoire étant devenue presque certaine, les chiens restants ont été recyclés pour des missions de détection de mines et beaucoup ont survécu jusqu'à la fin de la guerre.

Savez-vous quelles unités de combat étrangères ont combattu les nazis aux côtés de l'armée soviétique ? La réponse à cette question, vous la trouverez dans cette autre publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies