Quatre ruses de guerre des soldats russes

Getty Images
Comment faire un char à partir de moyens improvisés, démasquer les espions et cacher les secrets contre les écoutes téléphoniques ?

Les Russes n'ont pas de plan d'action, ils sont terrifiants par leur capacité d’improvisation. Cette phrase humoristique décrit parfaitement l'incroyable ingéniosité du peuple russe dans des situations apparemment désespérées. Dans cet article, nous parlerons des astuces militaires les plus inhabituelles des soldats russes de la Seconde Guerre mondiale.

1. Tracteurs-tanks

Durant les premiers jours de la guerre, l'armée allemande a détruit une grande partie de la technologie soviétique. Le pays a connu une grave pénurie de chars et d'autres véhicules blindés.

Lors de la défense de la ville d'Odessa, des soldats soviétiques ont eu l'idée de convertir des tracteurs en chars. On misait sur l'impact psychologique plus que tactique – pas un tracteur avec une arme à feu à bord ne peut rivaliser avec un géant de fer de 30 tonnes.

Lire aussi : Bataille de Koursk: lorsque se sont envolés les derniers espoirs d’Hitler dans la guerre 1939-1945

En conséquence, pour lutter contre les unités roumaines (alliées des nazis) assiégeant la ville, les soldats russes ont confectionné 20 tracteurs qu’ils ont entourés de feuilles de tôle. Les guerriers ont attaqué les envahisseurs au beau milieu de la nuit avec des sirènes et les phares allumés. Et, à la surprise des soldats eux-mêmes, l'effet a fonctionné - les Roumains ont pris la fuite.

« Au départ, les tracteurs de l'Union soviétique étaient fabriqués de manière à pouvoir être convertis en chars. Même la largeur des chenilles des tracteurs soviétiques correspondait la largeur des chenilles des chars soviétiques », raconte l'historien Jaroslav Listov. Les troupes ennemies pensaient alors qu’elles étaient attaquées par des « tanks hors du commun », et dans un accès de panique, elles ont commencé à se retirer. Et nos soldats ont surnommé un tel tracteur « NI-1 » - (« na ispoug », « grosse frayeur » en russe).

2. Des contrefaçons trop parfaites

Pendant le siège de Leningrad, le commandement allemand envoyait régulièrement des espions dans la ville. Ils recevaient les meilleurs documents, et une liste complète des adresses et contacts nécessaires à la réussite de l'opération. Toutefois, ils étaient régulièrement démasqués à la première vérification.

Les Allemands ne pouvaient pas comprendre comment les Russes avaient réussi à démasquer les espions, car les meilleurs personnels étaient impliqués dans la production de passeports. Les spécialistes sélectionnaient du papier texturé de type soviétique, perfectionnaient idéalement les couleurs, ajoutaient les insignes secrets… mais en vain.

Lire aussi : Efficace et cruel: comment est né Smerch, le contre-espionnage militaire de Staline

Après la guerre, il est devenu clair que la méthode était assez simple. Trop soigneux et scrupuleux dans leur travail, les Allemands utilisaient pour ces passeports des agrafes en acier inoxydable. Tandis que les vrais passeports soviétiques étaient tenus par des trombones ordinaires, qui rouillaient rapidement à l’usage.

3. Snipers campagnards

Pendant les combats contre les troupes allemandes sur le Don supérieur, les tireurs d’élite soviétiques ont réussi à détruire toute une unité de mortier sans perte de personnel.

Les troupes allemandes ont placé leurs unités dans un ravin et se sont solidement établies au bout de celui-ci. Ils avaient une vue idéale avec la possibilité de bombarder les troupes avancées soviétiques.

Cependant, cela n'empêcha pas les tireurs d'élite soviétiques d'entrer dans le camp de l'ennemi. Deux combattants ont pénétré dans une ferme proche du ravin, dans le village déjà détruit par les Allemands. Pour cacher leurs positions, les tireurs mirent le feu aux morceaux de bois trouvés dans les ruines et se cachèrent dans le poêle de la maison détruite.

Lire aussi : Lady Death et Terreur invisible: ces femmes tireurs d’élite

Le matin, leurs balles ont décimé toute une unité allemande, qui ne comprenait pas qu’elle se faisait tirer dessus depuis l'ancien four situé dans le centre de ce village stratégique.

4. Berner les écoutes allemandes

Les déchiffreurs d'Hitler pouvaient facilement décrypter et transférer au commandement toutes les émissions et tous les codes des agents de transmission et des partisans soviétiques. Par la suite, les détachements de partisans ont décidé de faire délibérément des fautes d’orthographe dans leurs codes pour semer la confusion chez le renseignement allemand.

Ainsi, au lieu « bronetransportov » est apparu « branetronaspaaaartery » (« transport blindé », ndlr), « somalety » (« samolety », « avions »), vovtomaty (« avtomaty », « mitrailleuses ») et ainsi de suite. Mais la cerise sur le gâteau était la « richesse » de la langue russe - tout simplement, l’argot. Lorsque les agents de transmission prirent l’habitude de converser dans un terrible argot russe, la vie facile dans décrypteurs allemands prit définitivement fin...

Saviez-vous, pourquoi l'Armée rouge n'est-elle pas parvenue à capturer Hitler dans son bunker ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies