Ces femmes soviétiques qui ont grandement contribué à vaincre le nazisme

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les femmes soviétiques montraient souvent autant d'héroïsme que les hommes, combattant l'ennemi en tant que pilotes, conductrices de chars, tireuses d'élite ou partisanes. Quatre-vingt-dix femmes ont reçu la récompense militaire la plus élevée, le titre de héros de l'Union soviétique, pour leur contribution à la victoire.

Lidia Litviak

Avec 12 victoires aériennes, la pilote de chasse Lidia Litviak a été le meilleur as féminin non seulement de la Seconde Guerre mondiale, mais de tous les temps. Elle a été tuée au combat le 1er août 1943 alors qu'elle n'avait que 21 ans.

Ekaterina Boudanova

Ekaterina Boudanova était l’« as féminin » numéro 2 et une amie de Lidia Litviak. Elle est créditée de 11 victoires. Boudanova n'a jamais vu la fin de la guerre, puisqu'elle a été tuée en 1943 à l'âge de 26 ans.

Lire aussi : Lady Death et Terreur invisible: ces femmes tireurs d’élite

Maria Oktiabrskaïa

Peu de temps après le début de la Seconde Guerre mondiale, Maria Oktiabrskaïa a vendu tous ses biens pour faire un don en vue d'acquérir un char pour l'effort de guerre. Elle a baptisé le tank « Petite amie combattante » et a reçu une autorisation personnelle de Staline pour être son conducteur-mécanicien, devenant la première femme au monde à occuper ce poste. Maria Oktiabrskaïa a été mortellement blessée dans le nord de la Biélorussie en 1944, alors qu'elle avait 38 ans.

Zoïa Kosmodemianskaïa

Première femme décorée en tant que héros de l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale, Zoïa Kosmodemianskaïa a opéré en tant que saboteuse derrière les lignes allemandes. Elle a été capturée, torturée et pendue le 21 novembre 1941 alors qu'elle n'avait que 18 ans. Zoïa Kosmodemianskaïa est devenue l'un des symboles les plus populaires de la résistance au nazisme en Union soviétique.

Natalia Mekline

Natalia Mekline était un commandant de liaison au sein du célèbre 46e régiment de la garde des bombardiers nocturnes, connu sous le nom de « Sorcières de la nuit ». Elle a accompli 980 missions de combat. Ayant survécu à la guerre, Mekline est décédée en 2005 à l'âge de 82 ans.

Lire aussi : Les «Sorcières de la nuit» aux trousses de l’aviation allemande

Lioudmila Pavlitchenko

Créditée de 309 victoires, Lioudmila Pavlitchenko est considérée non seulement comme le numéro 1 des tireurs d'élite féminins, mais aussi comme l'un des meilleurs tireurs d'élite au monde. En 1942, elle a visité les États-Unis en tant que membre d'une délégation soviétique et a rencontré le président Franklin Roosevelt. Pavlitchenko est décédée en 1974 à l'âge de 58 ans.

Tatiana Makarova

Tatiana Makarova, commandant de liaison dans le régiment des « Sorcières de la nuit », a été tuée au combat le 25 août 1944 dans les cieux au-dessus de la Pologne. Elle avait 23 ans.

Alexandra Samoussenko

La conductrice Alexandra Samoussenko était une opératrice de char T-34 et la seule femme commandante adjointe d'un bataillon de chars. Samoussenko est morte à 23 ans des suites de ses blessures, le 3 mars 1945.

Lire aussi : Ces femmes russes devenues célèbres dans le monde entier

Roza Chanina

La tireuse d'élite soviétique Roza Chanina était connue pour sa capacité à faire des doublets – en frappant deux cibles avec deux balles tirées en succession rapide. Avant d'être tuée à l'âge de 20 ans le 28 janvier 1945, Chanina a éliminé 59 soldats et officiers ennemis.

Nina Petrova

La tireuse d'élite féminine la plus âgée, Nina Petrova, avait 46 ans au début de la Grande Guerre patriotique. Elle a volontairement rejoint l'armée et a réussi à éliminer 122 soldats ennemis pendant toute la période. Elle est morte dans un accident de voiture à la veille de la victoire - le 1er mai 1945.

Helene Kullman

L'Estonienne soviétique Helene Kullman était un agent de renseignement qui opérait sur le territoire de l'Estonie occupée par les nazis. Elle a été capturée et exécutée le 6 mars 1943, à l'âge de 23 ans.

Lire aussi : Trois héroïnes de la révolution russe

Aniela Krzywoń

Aniela Krzywoń était un soldat du Bataillon indépendant des femmes de l'Armée populaire de Pologne « Emilia Plater », qui opérait au sein des troupes soviétiques pendant la guerre. Le 12 octobre 1943, Emilia, âgée de 18 ans, est morte en portant secours à des soldats blessés et en sauvant des documents importants d'un camion en flammes après un raid de la Luftwaffe. Elle est la seule femme polonaise à avoir reçu le titre de héros de l'Union soviétique.

Et aujourd'hui, pourquoi les femmes rejoignent-elles l'armée russe ? La réponse est dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies